Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Les carnets de notes de Jean-Michel Basquiat révélés au public

    De Jean-Michel Basquiat, on connaissait l’oeuvre et la personnalité iconique qui sut, en un éclair, passer du graffiti à la peinture. Moins ses carnets de notes, restés à demi confidentiels jusqu’ici. Le Brooklyn Museum de New York va en exposer huit, dès le début du mois d’avril, lors de l’exposition « The Unknown Notebooks » (« Les carnets secrets »).

    kh

    Basquiat & Keith Haring, photographie © Egodesign

    Ces cahiers ne dévoilent ni récits intimes, ni confessions. Juste des observations et des croquis que Basquiat griffonnait sur page blanche ou striée, souvent à la hâte. Des esquisses d’images et surtout de mots qui révèlent, en creux, toute la place de l’écriture dans le processus créatif de l’artiste.

    basquiat-composition

    Photographie © Presses de l’Université de Princeton

    Basquiat a tenu ces « journaux d’artiste » entre 1980 et 1987 – année qui précède sa disparition, à 27 ans. Il y consigne slogans publicitaires, extraits de bandes dessinées, rimes de rap et phrases cryptiques. Il croque aussi des couronnes et des visages, autant de motifs que l’on retrouve dans bon nombre de ses oeuvres grand format.

    Les huit carnets appartiennent désormais à Larry Warsh, collectionneur d’art contemporain et mécène – hier l’un des premiers collectionneurs de Basquiat et de Keith Haring, aujourd’hui très impliqué dans le travail du dissident chinois Ai Weiwei. En plus de l’exposition de Brooklyn, Warsh a lui-même édité sept des cahiers en un livre, The Notebooks, soit 160 pages noircies par les majuscules en bâtons de Basquiat.

    On y trouve beaucoup de poésie, comme le montre le « T Magazine » du New York Times qui a pu en reproduire quelques extraits. Ici, un psaume, sur le processus de création et l’addiction :

    NYT

    Capture d’écran © NYT

    À propos de poésie justement, le magazine reprend et corrige à sa façon une phrase que René Ricard (critique d’art américain et figure, comme Basquiat et Warhol dont il était très proche, de l’« underground » new-yorkais), écrivait il y a plus de 20 ans :

    “S’il avait atteint sa maturité artistique un tout petit peu plus tôt (ou plus tard), Jean-Michel Basquiat se serait manifesté en tant que poète ».

    Selon le journaliste Luc Sante, ces carnets prouvent bien qu’il faut aller plus loin dans la comparaison. « Basquiat », écrit-il,  « a toujours été à la fois poète et peintre ; par instinct ».

    basquiat3

    Exposition The Unknown Notebooks, du 3 avril au 23 août au Brooklyn Museum de New-York. Le livre de Larry Walsh sera disponible en juin 2015 aux Presses de Princeton. Photographie à la une : Jean-Michel Basquiat par Andy Warhol, polaroïd, 1982.

    Arts Archives Basquiat

    Commentaires
    Laura Aronica
    Rédactrice en chef adjointe
    Voir tous ses billets
    Newsletter