Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Mur symbolique des deux artistes américains contre Donald Trump

    Des artistes construisent le mur voulu par Donald Trump à la frontière mexicaine

    Contre les 1 600 kilomètres de séparation imaginés par Donald Trump, formellement désigné comme le candidat républicain à la Maison Blanche, deux artistes construisent 52 parpaings. 52 parpaings pour dénoncer les promesses de campagne insensées du milliardaire américain.

    Officiellement investi pour la présidentielle mardi 19 juillet, Donald Trump l’avait annoncé en grande pompe : s’il est élu, un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique sera érigé pour empêcher les migrations illégales. Et ce sera au gouvernement mexicain de payer la facture, affirme-t-il. Or Enrique Peña Nieto, le président mexicain, l’a assuré : son pays ne paiera en aucun cas pour la construction d’un tel mur.

    Mary Mihelic et David Gleeson, deux artistes américains, l’ont pris au mot, et ont échafaudé en miniature ce mur fantasmé par le magnat de l’immobilier américain. C’est au cœur de la Californie, au niveau de Jacumba Hot Springs, une propriété vacante située à une centaine de kilomètres de San Diego, que les artistes ont pris possession des lieux.

    À quelques encablures de la grille qui sert de frontière réelle entre les deux pays, le petit morceau de mur ébauché par les deux artistes impose son message, prophétique et réprobateur :

    Vue d'ensemble petit mur face à grille imposante dans le désert américain
    Vue d’ensemble du mur devant les grilles qui séparent les Etats-Unis du Mexique © Hyperallergic.

    Le mur factice situé du côté nord-américain est criblé d’affiches publicitaires en faveur du candidat républicain à la Maison Blanche. Néanmoins, celles-ci sont recouvertes de fleurs fanées, de fruits moisis et d’objets de consommation courante. Une façon pour les artistes de mettre au jour l’impact économique négatif qu’aurait la fermeture des frontières sur l’agriculture et l’industrie américaine.

    Mur criblé de fruits et de pourritures diverses sur fond d'affiches publicitaires en faveur de Donald Trump
    Le mur côté nord-américain © Hyperallergic.

    « L’art peut être l’instrument du changement. Son impact est social. Cela renvoie au pouvoir de l’image. L’art est une menace (…) c’est la raison pour laquelle les gens comme Donald Trump souhaitent réduire la liberté d’expression. Parce que l’art a le pouvoir de contrer leur agenda », rappelle Mary Mihelic, l’une des deux artistes, à Clique.tv.

    À cet égard, leur objectif est net : influencer les urnes. Et, pour affaiblir le candidat républicain, rien de mieux que de rappeler ses propres déclarations, à la fois absurdes, xénophobes et sexistes.

    « Au mois de juin l’année dernière, il qualifiait les Mexicains de ‘violeurs’. Au mois d’octobre suivant il disait de la journaliste Megyn Kelly que ‘du sang sortait de ses yeux, d’elle, de partout’, et cet hiver il a menacé tous les musulmans de leur interdire l’entrée aux États-Unis. (…) Si l’on parvient à changer le point de vue des citoyens nous pourrons changer leur vote », poursuit  Mary Mihelic.

    L’œuvre est inachevée, mais poursuit en ce sens un but bien précis : chaque artiste est invité à apporter sa pierre à l’édifice. Alors que le favori républicain fera bientôt face aux urnes, l’art impose sa pertinence et sa force critique. Le Philadelphia Museum of Art a récemment annoncé l’ouverture prochaine d’une exposition dédiée à l’importance des beaux-arts mexicains dans l’histoire de l’art, intitulée « Peindre la Révolution : le modernisme mexicain, 1910-1950». À cet égard, l’œuvre de l’artiste mexicaine Frida Kahlo témoigne de la ligne ténue qui sépare les cultures mexicaines et américaines :

    Oeuvre autoportrait de l'artiste Frida Kahlo partagé entre le Mexique d'un côté, les Etats-Unis de l'autre
    « Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis », Frida Kahlo, huile sur métal, 1932. La tradition, incarnée par le Mexique sur le pan gauche du tableau, s’oppose ici aux machines et au progrès, situés à la droite de l’artiste, qui font référence à la culture américaine.

    Pour David Gleeson, l’autre artiste à l’origine du mur miniature, l’art est encore plus nécessaire dans ces moments de troubles et de confusion. Quand la réalité est navrante, il est encore possible de s’expatrier dans l’art. C’est sûrement ce qu’a voulu exprimer Nietzsche dans La Naissance de la tragédie, quand il disait qu’heureusement, « nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité ».

    Or la réalité selon Donald Trump, c’est aussi de faire payer ses propres fantasmes de séparation par México. Les artistes, déterminés à singer le projet jusqu’au bout, se sont également emparés de l’idée, et de la facture qui va avec. 14 600 dollars, c’est le montant adressé par les deux créateurs à Enrique Peña Nieto, le président du Mexique. Le bénéficiaire en est bien sûr Donald Trump, qui lui évalue le projet réel à 8 milliards de dollars.

    Finalement, après les « No-Go Zones », place aujourd’hui aux « No-Trump Zones », ces lieux d’initiatives artistiques qui poursuivent tous un même objectif : tenir le candidat républicain le plus éloigné possible de la Maison Blanche !

    Photographie à la Une © Sandy Huffaker for The New York Times

    Arts Art Donald Trump

    Commentaires
    Nina Masson
    Journaliste
    Voir tous ses billets
    Newsletter