Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Burger 3D, fromage à base de plantes : la liste des courses de demain

    En 2050, nous devrions être 9 milliards. Comment faire pour tous nous nourrir sans décimer les ressources de la planète ? Certains s’essayent à des solutions radicales, comme le « Soylent », une boisson en poudre nutritive capable de satisfaire tous les besoins nutritionnels de l’organisme. D’autres, tout en cherchant des alternatives à notre mode de vie actuel, veulent conserver nos bons petits plats. L’hebodmadaire italien l’Espresso a fait le tour des initiatives de starts up et de laboratoires de recherche qui inventent nos aliments de demain, et a composé son panier de courses virtuel. Complètement fou pour l’instant, il pourrait devenir réalité plus vite qu’on ne le pense : quand les plus anecdotiques existent déjà, les autres bénéficient de solides soutiens financiers.

    La liste des courses de l’Espresso :

    • Un hamburger 3D

    L’équipe de scientifiques new yorkais « Modern Meadow », financée à hauteur de 10 millions de dollars par le milliardaire chinois Li-Ka-Shing, veut – entre autres – imprimer des tissus de viande élaborés en laboratoire (sans tuer d’animaux, donc) en utilisant une imprimante 3D, le Bioprinter. Le coût de développement d’un seul de ces burgers, qui ressembleraient en tout point à ceux que nous consommons aujourd’hui, s’élève pour l’instant à plusieurs centaines de milliers d’euros. Un prix que ses inventeurs espèrent voir décroître rapidement, avec l’amélioration des technologies nécessaires à leur réalisation.

    cocos-original-burger

    • Du fromage à et de la viande à base de plantes

    Développer du fromage 100% végétal : c’est le défi d’Impossible Food, une start-up de la Silicon Valley créée par un professeur de la prestigieuse Université de Stanford. Une idée qui vaut aussi pour la viande : comme Modern Meadow, Beyond Meat, une start-up de Los Angeles financée entre autres par Bill Gates et les confondateurs de Twitter, extrait des nutriments à partir de plantes et les réassemble en laboratoire pour obtenir de la viande. Ils espèrent, à terme, obtenir le même goût et la même consistance que la viande que nous avons l’habitude de consommer. Tout l’enjeu, note cependant le Guardian : que les consommateurs acceptent d’ingurgiter de la viande produite en laboratoire.

    • Un cappucino au lait de chameau

    cafe2go

    « Café 2 Go », une chaîne implantée à Dubaï, compte exporter son concept de cafés à la demande préparés à base de lait de chameau (connu pour être plus nourrissant que le lait de vache).

    • De la mayonnaise sans oeuf

    Dans cette mayonnaise créée par la start-up Hampton Creek, le jaune d’oeuf est remplacé par une préparation à base de pois jaunes du Canada. Déjà commercialisée aux Etats-Unis, soutenue notamment par Bill Gates (encore lui) et l’un des co-fondateurs de Yahoo, la société se developpe si vite qu’elle effraye les poids lourds de l’industrie agroalimentaire : en novembre dernier, le géant Unilever a attaqué Hampton Creek en justice pour utilisation abusive du mot mayonnaise.

    HamptonCreekFoods1

    • De la nourriture pour astronautes

    La firme italienne « Argotec », spécialisée dans l’aérospatiale, développe de la nourriture pour astronautes, notamment pour l’Agence Spatiale Européenne. Depuis peu, elle vend ses préparations sur son site Internet, et revendique leurs bienfaits pour le corps et l’environnement. Prêts pour les smoothies de l’espace ?

    spacefoodargotec

    Sciences Food Futur

    Commentaires
    Newsletter