Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cryogénie : 3 minutes à -129°C, la thérapie du futur

    Après la chaleur étouffante, le froid extrême. Fini le sauna : la dernière mode aux États-Unis, c’est la cryothérapie. Une journaliste du New York Magazine a voulu tester le seule centre de New-York qui fournit ce type de service :

    « Un traitement de trois minutes censé brûler 800 calories, libérer un shoot d’endorphine, vous aider à mieux dormir, booster le système immunitaire, réduire les inflammations, réduire les rides, et résoudre le conflit Israélo-Palestinien ».

    Pour bénéficier de ces effets pour le moins révolutionnaires, il faut être prêt à grelotter et à renoncer à toute velléité stylistique. Simplement vêtu d’une culotte, en chaussettes et sandales, il s’agit de tenir trois minutes coincé dans une sorte de chaudron refroidi à -264 degrés Farenheit, soit 129 degrés en-dessous de zéro sur l’échelle de Celsius. Des conditions qui ne semblent pas effrayer les américains : selon la propriétaire du centre KryoLife, situé à Central Park, le nombre d’instituts de cryothérapie aurait quintuplé en deux ans.

    “Lorsque nous avons ouvert notre site en 2012, il y avait peut-être six autres centres de cryothérapie aux États-Unis » explique-t-elle au New York Magazine. « Maintenant, il y en a au moins 30”.

    L’expérience ne va cependant pas sans risque. Il faut notamment s’assurer de porter des chaussettes sèches : une fois dans la machine, le moindre tissu humide peut provoquer de dangereuses gelures. La journaliste évoque aussi les risques d’évanouissement liés au changement de température, et rappelle que comme pour le sauna, mieux vaut tenter l’expérience avec l’accord préalable de son médecin. Mais malgré les risques, les résultats, eux, semblent être là  : »Mes collègues m’ont dit qu’on aurait dit que je rentrais d’une journée au ski », écrit-elle. Soit, mais prix de la session – 90 dollars les trois minutes – (environ 80 euros) autant aller respirer le bon air de la montagne, non ?

     

    Société Santé USA

    Commentaires
    Newsletter