Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Booba et Nikkfurie

    Quel est le secret de fabrication des morceaux « Numéro 10 » et « Poltergheist » ?

    S'ils sont moins mis en avant que les rappeurs pour lesquels ils créent des productions musicales, ce sont pourtant souvent les beatmakers qui sont à l'origine du succès, ou non, d'un morceau.

    Pour la série Beatmakers, diffusée sur ARTE Radio et soutenue par Clique, le journaliste musical David Commeillas et le musicien/sound designer Samuel Hirsch ont rencontré dix des plus grands compositeurs français de rap et d’electro. Sur dix épisodes de presque trente minutes, ils racontent les coulisses de la fabrication de leurs titres emblématiques en dévoilant leurs techniques.

    Dans les épisodes 4 et 5, Beatmakers rencontre deux pointures du rap français : Clément d’Animalsons, à propos de « Numéro 10 » de Booba, et Nikkfurie de la Caution, à l’origine de « Poltergheist ».

    Dans l’épisode 4, le producteur Clément d’Animalsons explique que la composition du morceau « Numéro 10 » était une expérience créatrice « quasi-mystique » tant les notes lui sont venues vite. Il fait de la musique tous les jours et conserve dans son ordinateur des milliers de titres, sans savoir pourquoi, parfois, certains connaissent un aussi grand succès. Pour « Numéro 10 », Clément confie : « Je cherchais un son, et j’ai trouvé le son qui fait les nappes principales de « Numéro 10 ». On est sur des accords à deux notes, c’est une descente. C’était sur un expandeur Virus Access noir (machine pour composer, NDLR). C’est une version rare et extraordinaire, qui n’a pas vieilli« .

    Il continue : « Le Virus, lorsqu’il est arrivé, avait un son ultra moderne. Je trouve que tous les sons qui sont dedans sont dingues. Juste, je l’ai entendu et je l’ai trouvé magnifique. Il est large, il est beau, il est différent. Je pense que ça a participé à ce que ce morceau existe et ait l’histoire qu’il a eu ».

    « S’il n’y avait pas eu ce synthé, si j’avais joué la même chose avec un violon ou un piano, c’était beaucoup moins sexy évidemment. Je pense que c’est le son du synthé qui a fait le morceau, au-delà de la composition ou de l’arrangement ».

    L’épisode 5 se concentre sur la création du morceau « Poltergheist » de La Caution, groupe originaire de Noisy-le-Sec composé des deux frères Hi-Tekk et Nikkfurie. C’est ce dernier qui a produit le morceau. Réalisé par Gil Kenan,  Poltergeist est un film culte des années 80 qui avait marqué les deux rappeurs et auquel ils voulaient rendre hommage. Nikkfurie explique que, comme pour la majorité de ses productions, c’est le hasard qui a fait la genèse du morceau :

    « J’ai tripatouillé tout et n’importe quoi jusqu’à trouver quelque chose. En l’occurrence sur « Poltergheist », j’ai trouvé assez vite l’espèce d’arpège, du coup j’ai commencé à broder dessus en jouant sur plusieurs tentatives de mélodie et celle-là est arrivée quasi-instantanément ».

    Chaque semaine, deux Beatmakers à découvrir. Pour écouter les premiers épisodes, cliquez sur ce lien. Rendez-vous prochainement sur Clique.TV et ARTE Radio.

    Musique Arte Radio Beatmakers

    Commentaires
    Newsletter