Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    BREXIT : Pourquoi dire « on reste », c’est voter pour l’humanité

    "Aucun homme n'est une île"

    Notre clique, celle dont vous faites partie si vous lisez ces lignes, ne connaît pas de frontières, et encore moins d’exclusion. Le texte qui suit, traduit de l’anglais, fait office de rappel à la tolérance et au vivre-ensemble, en ce jour de résultats décisifs.

    « La décision que nous prenons aujourd’hui va bien au-delà de l’Union européenne, de l’économie, des frontières.
    Nous vivons dans un monde extrêmement segmenté. Rares sont ceux, de nos jours, qui se sentent appartenir à une communauté, et ils sont encore moins à vivre près de leur famille. Aujourd’hui, l’individu est Roi Soleil au détriment du collectif. Les ménages sont régis par des contrats dont les parties gardent leur autonomie via des machines, des appareils. Tout ceci nous rend insulaires, égoïstes… et surtout seuls.

    Le vote contre l’Europe aura pour conséquence d’approfondir notre rejet des « autres » – pas simplement pour nous, mais pour les générations ultérieures. L’histoire nous a pourtant appris ce qu’il arrive lorsque la division s’allie aux extrêmes, lorsque les pays se déchirent à propos des races, des religions. Il ne s’agit pas ici de l’Angleterre, encore moins de la nature humaine.
    Simplement, nous avons besoin d’appartenance, de vivre-ensemble. Aucun homme n’est une île, et nous sommes dangereusement proches, aujourd’hui, de tourner le dos aussi bien à ce qui constitue notre identité britannique qu’à nos valeurs humaines. La campagne pour sortir de l’Union contredit toute pensée illuminée – elle est à l’exact opposé de l’amour, du partage et de la tolérance. ‎Elle a révélé le pire chez ceux qui l’ont soutenue : la xénophobie, celle-là même qui a mené une femme innocente à la mort.

    Le Brexit, c’est aussi une illusion. Il est simple de maudire le status quo : l’herbe est toujours plus verte ailleurs. Mais il est aussi probable que ce jardin fruitier soit moins excitant que prévu, une fois pénétré, connu, labouré. Pendant ce temps, ces fraises que vous achetiez hors-saison : attendez-vous à ce que leur prix double. Cette longue queue que vous ne faisiez plus à l’aéroport deviendra la norme. Ce travail que votre fils désirait tant en France n’aura lieu d’être, désormais, que sous condition de l’obtention d’un permis.

    Le vivre-ensemble aura toujours plus d’impact que l’isolement. Sans cela, nous n’aurions pas gagné la Première et le Seconde guerre mondiale, nous n’aurions pas démantelé des complots terroristes. Le multiculturalisme n’est-il pas fait, par nature, pour ne pas être isolé? Seligman, ce grand psychologue « positif », a montré qu’aider les autres, partager, travailler avec ses pairs, est source d’une satisfaction au moins équivalente que celle que décharge la partie du cerveau liée au plaisir. Tout cela mène à une forme de confiance en soi, à la résilience. Tenons-nous-en, alors, à l’échelle fondamentale : partager les peines de l’Europe et ses joies nous est bénéfique à tous, tant sur le plan émotionnel que physique. Tourner le dos à tout ceci, cela ne relève pas seulement d’une problématique économique et politique.

    À terme, tout cela va devenir un problème pour nous, pour nos enfants, pour leurs enfants – ceux-là même qui vivront dans une atmosphère de haine, de peur, de défiance.

    Alors, ne rejoignez pas le côté obscur, dîtes, aujourd’hui : « On reste ».

    Le texte originel, en anglais :

    « We are faced with a decision today, that is far bigger than the EU, the economy and borders.
    We live in a highly segmented world. Few of us live in a community any more, and even fewer close to their family. Today the individual reigns supreme but the collective suffers. Households are about co-tenancy, it’s members able to do their own thing, thanks to devices. But it can make us insular, self-seeking…even alone. The vote against Europe will deepen the division with ‘others’, not just for us, but for future generations. We can see further afield what division can do when taken to the extreme – where countries are torn apart over race or religion. This isn’t British, this isn’t human nature. We are in need of belonging and togetherness. No man is an island, and we are perilously close to turning our back not just on Britishness but basic human values. All the sentiments of the Brexit campaign gave been ‎counter an enlightened way of living – it is the polar opposite of love, sharing and acceptance. ‎It has brought out the worst in their voters, a xenophobic mood that led to the death of an innocent woman. It is also an illusion. It’s easy to damn the status quo and look over the fence. But the other side may be a lot less exciting once we are in it. Those strawberries you buy out of season, they will be double the price. The long queue at the airport you avoid will be the norm. That job your son wanted to take in France will now require a permit.‎ Together is always more powerful than being apart. The first and second world wars wouldn’t have been won ‘apart’, terrorist plots wouldn’t have been foiled ‘apart’, multiculturalism is not meant to be ‘apart’. The positive psychologist Seligman has proven that helping others, sharing, working together releases the same amount of satisfaction as the pleasure part of the brain, building confidence and resilience.
    So at a fundamental level, sharing Europe’s problems and its joys, is actually emotionally and physically good for us.
    Turning our back on them is not just a problem for the economy and politics, it’ll be a problem for us, our children and their children.‎ ‎They will grow up in an atmosphere of hate, fear and mistrust.
    Don’t go to the dark side, vote Remain. »

    Elizabeth Kesses

    Société Brexit Elizabeth Kesses

    Commentaires
    Newsletter