Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Omar Sy : « Ceux qui vendent des livres aujourd’hui, qui sont numéro un, sont ceux qui vomissent les choses »

    Mardi 11 octobre, Omar Sy était l’invité d’Anne-Sophie Lapix sur France 5 pour la promotion de son film Inferno, réalisé par Ron Howard – également présent. Dans cette superproduction tournée entre Venise, Florence et Istanbul, point final de la trilogie d’adaptation des livres de Dan Brown (après Da Vinci Code et Anges et Démons), il joue aux côtés de Tom Hanks, sur fond de course contre la montre pour déjouer un complot mondial. Lors de l’émission, l’acteur est revenu sur son immense succès depuis Intouchables, et sur son expérience à Hollywood : « La chose la plus difficile pour moi sur le plateau, c’était de faire comme si tout était normal ». Un peu plus tard, Anne-Sophie Lapix interroge Ron Howard à propos de la présidentielle américaine, puis évoque le versant français du sujet avec Omar Sy, questionnant son « engagement citoyen » tout neuf (il disait, en janvier, avoir « envie d’ouvrir (sa) gueule » dans les Inrocks). L’acteur s’est alors exprimé en ces termes :

    « Aujourd’hui, on n’écoute et on ne va donner la parole qu’aux guignols, qu’aux gens qui vont marquer le trait, qui vont aller dans la provocation, dans la caricature, provoc’ pour provoc’ sans vraiment de fond. On voit que ceux qui vendent des livres aujourd’hui, qui sont numéro un, sont ceux qui vomissent les choses. Je ne nommerai personne car je ne veux pas donner d’intérêt à qui que ce soit. Mais il y a du vomi qui est vendu par milliers, et il est là le danger. C’est à ça que j’ai envie de dire stop. J’ai envie qu’on se concentre sur les gens qui ont besoin d’être entendus et je pense que c’est à eux qu’il faut donner la parole. Quand on me tend un micro à moi, Omar Sy, qui vit à Los Angeles, aisément…

    Quand on me pose des questions sur la banlieue, alors que j’ai quitté Trappes il y a 20 ans… C’est à moi que vous posez la question ? Il est là le problème. Si c’est à moi qu’on pose des questions sur la banlieue, on ne va jamais le résoudre.

    Allez-y et posez-leur la question. Les jeunes sont là-bas et n’attendent que ça. Qu’on leur tende un micro et qu’on leur donne la parole ». Amen.

    Voir l’extrait :

    Revoir notre conversation avec Omar Sy :

    Cinéma Omar Sy Télévision

    Commentaires
    Laura Aronica
    Rédactrice en chef adjointe
    Voir tous ses billets
    Newsletter