Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Bar à cocktail à Paris

    Méchant mais drôle : l’anti-guide du cool à Paris

    Paris à chier est un Routard artisanal d’un genre nouveau. Du café du 6e arrondissement au faux-PMU du 18e, en passant par ce bar de Châtelet toujours plein à craquer, l’auteur du site assassine les lieux parisiens honnis de tous et les présente « tels qu’ils sont réellement : surestimés et merdiques ». Le ton est donné.

    C’est parti pour un voyage dans les affres parisiens. Rendez-vous au Sans Souci, dans le 9e, l’arrondissement où pour prendre un verre, il faut sortir sur le trottoir. Frayez-vous un chemin dans la masse compacte des fumeurs en Stan Smith, prêts à vendre leur barbe pour prouver qu’ils ne sont pas des hipsters. Une fois au bord de l’étouffement, ce qu’il vous reste de souffle servira à siroter les cocktails maison, « à faible teneur en alcool et à forte teneur en euro ». Petit détour Gare de l’Est. Au Fantôme, bar pour « déjà ringards », des mecs aux « grosses lunettes conceptuelles » se défient aux jeux d’arcades, dans un décor « repeint à l’arrache au bleu dégueulis ». A chaque fin d’article, l’auteur pousse la haine jusqu’à la sentence. Exemple, pour le Fantôme : « qu’on les force tous à chier des briques s’ils aiment tant jouer à Tetris ».

    Si ces lieux vous sont étrangers, peu importe – leur clientèle est universelle. Alors que la rive gauche pullule de « petites connasses locales » venues « y dépenser leur SMIC d’argent de poche » , et de la « fiotte de l’hyperclasse germanopratine » qui « dégaine une American Express pour fourrer le baveux d’une demi-pute en Prada », on trouve de tout de l’autre côté de la Seine – des « redoublants, retriplants, titulaires du permis B, appelés au service militaire », à « toute la clientèle de bobos prétentieux qui se pavanent dans ce boui-boui comme des poux dans un tonneau de caca ». Vilain, mais bon… La méchanceté sur Internet, c’est gratuit. Pas comme ce verre de vinasse, commandé dans un cupcake bar, qui vous coûtera tout de même « 260 de nos bon vieux francs ».

    Capture d'écran du site Paris à chier

    Société Bars Guide

    Commentaires
    Laura Aronica
    Rédactrice en chef adjointe
    Voir tous ses billets
    Newsletter