Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Le Tchip est mort, vive le Tchip !

    La nouvelle est tombée hier, le 2 juin : le « Tchip » est désormais banni de certains collèges et lycées au même titre que d’autres insultes du type « Vas niker ta m*** ».

    Mais attention le Tchip est une insolence bien particulière… une technique de dédain qu’il faut savoir maîtriser… et qui « appartient » à une culture bien précise.

    Comme l’explique très clairement Nadéra Bouazza dans son article sur Slate.fr (2012), le Tchip (littéralement : sucer sa langue) « est l’une de ces onomatopées, reprises et véhiculées par la majorité des cultures noires qu’elles soient africaines, caribéennes ou américaines ».

    Une façon de dire : « N’importe quoi… » ; « Non, mais j’te jure » ; « Fait chier » ; « Ne prend pas la tête petite merde » ; « Vas bien te faire enc***** », selon le contexte…

    Le Tchip est une attitude. Une attitude noire. Et quand je demande à ma collègue Elisabeth, dont la maman est haïtienne, ce qu’elle penserait d’un blanc en train de tchipper, elle me répond sans hésiter :

    « Ça me ferait rire, parce qu’il ne saurait pas le faire. »

    Est-ce Christiane Taubira qui a démocratisé le tchip à la télé et a indirectement participé à sa propagation dans les cours de récrée ?
    N’exagérons rien…

    Cependant, force est de constater qu’aujourd’hui, quand je prends le bus, tous les jours, pour rentrer chez moi le soir, je tombe régulièrement sur des bancs d’ados tous plus tchippeurs les uns que les autres, qui ponctuent toutes leurs phrases par un « ppptttttshhhhhhtttt », très similiaire grammaticalement au « c’est bon, ça va… » désabusé de mon adolescence.

    Aujourd’hui, l’École française, cette institution sacrée ouverte et respectueuse de toutes les cultures, prend en considération cette violence linguale et décide de la bannir des expressions acceptables en cours de classe, voire même de la sanctionner quand elle est prononcée.

    Une offense s’exclament déjà certains ?

    MAIS NON ! En le bannissant l’État français reconnait le Tchip !
    Il entre ainsi bel et bien dans le lot des insultes françaises.
    Ce n’est plus juste une insulte communautaire que les caucasiens font semblant de ne pas comprendre…
    C’est une fière insulte et peut-être même le premier « bruitage » de la langue française à avoir sa propre définition.

    Le Tchip est mort, vive le Tchip !

    Société Christiane Taubira Dedain

    Commentaires
    Adeline Grais-Cernea
    Rédactrice en chef adjointe
    Voir tous ses billets
    Newsletter