Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Le Gros Journal avec Jacques Séguéla : « Macron est le fils adultérin de Ségolène Royal et du Nicolas Sarkozy de 2007 »

    Ce soir dans le Gros Journal, c’est à côté d’une 2 CV sur les quais de Seine, à Paris, que Mouloud Achour reçoit Jacques Séguéla. Le célèbre publicitaire raconte sa passion pour cette voiture avec laquelle il a fait le tour du monde lorsqu’il était jeune. Il évoque son parcours, lui qui a conseillé François Mitterrand et Nicolas Sarkozy, signé des campagnes publicitaires demeurées célèbres et affirme que nous vivons actuellement un changement majeur de société.


    Le Gros Journal avec Jacques Séguéla, l… par legrosjournal

    On apprend notamment, au cours de cette rencontre, que Mitterrand était complexé par ses cheveux, et que la fameuse affiche de campagne « La force tranquille » aurait pu s’en trouver radicalement changée. Jacques Séguéla publie avec Christophe Haag Contre nos peurs changeons d’intelligence, un livre dans lequel il essaie de trouver un antidote à cette émotion paralysante qu’est la peur.

    Mouloud Achour : Comment ça va, Jacques Séguéla ?
    Jacques Séguéla : Mais bien, d’être là avec toi !

    On est là avec cette 2 CV derrière nous, parce que c’est là que tout a commencé.
    Quand je vois une 2 CV, je suis obligé de l’embrasser, de la caresser…

    Mais avant que cette émission commence, un petit préambule : récemment, vous avez vu Jacques Séguéla sur tous les plateaux des chaînes d’info, donner son avis sur la politique, sur les élections, parce qu’il avait conseillé François Mitterrand, et qu’après il avait conseillé Nicolas Sarkozy. Cela dit pour nous, Jacques Séguéla est avant tout un publicitaire.
    On parle assez mal de la publicité à la télévision, et donc on s’était dit que ce serait pas mal d’avoir Jacques Séguéla pour en discuter. D’ailleurs, il y a un livre qui sort ?

    Absolument ! Il s’appelle Contre nos peurs changeons d’intelligence, allons vers l’intelligence créative.

    On va revenir sur votre parcours parce qu’il est assez atypique. Vous avez commencé, vous, avec des parents médecins.
    Oui mon père était radiologue.

    Vous étiez un cancre !
    J’étais un cancre, je suis dans le Guinness Book des records, j’ai mis 8 fois à passer mon bac ! J’avais pas le droit à 9…

    Sur ce plateau, on avait reçu Idriss Aberkane, qui parlait du besoin de rendre l’Éducation nationale ludique.
    L’Éducation nationale, qui est ce qu’il y a de plus important pour une société, le plus important dans la vie, se trompe complètement. Il ne faut pas faire des adultes, il faut garder les enfants. Cervantès disait : “La jeunesse est une maladie mentale, dont on guérit quelques fois avec l’âge”. Moi je dis “ne guérissez jamais !”. Regardez-moi, je suis toujours un clown, toujours un gosse.

    Qu’est-ce que vous avez à dire aux jeunes générations ? Pour qu’elles réussissent à prendre des risques alors qu’on a l’impression qu’aujourd’hui, quelque soit la voie professionnelle qu’on prend, il n’y a pas de travail.
    Je leur dis « c’est le temps des jeunes, c’est le temps des femmes, on est en train de changer de société ». On rentre dans la société collaborative, et aujourd’hui c’est celle des jeunes, c’est Blablacar, c’est Airbnb, c’est tout ce qui est en train… c’est la révolution digitale ! C’est la révolution digitale pour que les gens se retrouvent, pour que les gens se rassemblent, pour qu’ils parlent, pour qu’ils s’aiment ! Et ce siècle qui s’invente va complètement changer la donne. Je crois qu’il va changer la donne politiquement aussi. On est dans une sorte de tsunami qui se lève, et qui va soulever la France, les temps d’élection sont fait pour ça, ils sont fait pour créer des ruptures !

    On a l’impression pourtant que cette élection n’incarne pas du tout cela. On a l’impression que l’élection de 2017, ce ne sont que des conservatismes qui s’affrontent.
    Oui, sauf qu’il y a le phénomène Macron. Et Macron c’est justement ça. Macron c’est justement la jeunesse, c’est justement la rupture.

    Donc Séguéla cela aurait été Mitterrand, Sarkozy, et maintenant Macron ?Oui, oui. Tu sais, c’est une filiation. Moi je pense que Macron est le fils adultérin de Ségolène Royal, qui a inventé tout ce mouvement là, du désir d’avenir et tout cela, et de Nicolas Sarkozy. Il y a du Nicolas Sarkozy de 2007, celui qui a vraiment fait naître l’espoir. Hélas il n’est pas arrivé parce qu’il y a eu la crise.

    Et là je propose un tour de magie, on va faire un grand tour de magie, on arrête la politique… Il y a quelque chose qu’on aimerait voir ensemble, on vous a demandé de choisir des films marquants dans la publicité. Donc le premier, c’est la pub GTI sur le porte-avions.
    Je me suis dis, GTI c’est la vitesse, donc il faut faire une démonstration de vitesse… Porte-avions ! On va faire une course, on va mettre la GTI face à un jet, et effectivement, la voiture part plus vite que le jet. Puis elle arrive… Et alors après il a fallu trouver une idée pour qu’elle ressorte de l’eau. Comment on fait ? Sous-marin. J’envoie une équipe à Los Angeles pour voir comment on pouvait faire ça en studio, combien cela allait coûter, et une autre en Russie, parce que les russes étaient en train de larguer leurs porte-avions démodés, leurs sous-marins etc… Refus total. Donc je dis “Bon, il n’y a que tonton », on était en 81, 82 donc je demande un rendez-vous à François Mitterrand, je dis à sa secrétaire que pour moi c’est une question de vie ou de mort, on est à trois semaines de l’antenne, il faut qu’il me sauve de là, bon… Deux minutes après, elle me dit “le Président vous attend”. J’arrive, c’est le Président lui-même qui ouvre la porte. Il me dit “Séguéla, qu’est-ce qui se passe ? Vous avez-besoin de quelque chose ?” “Monsieur le Président, il me faudrait un porte-avions et un sous-marin”, “Monsieur Séguéla, vous êtes fou ! Mais pour quoi faire Séguéla ?”, “Mais pour faire de la pub monsieur le Président”. “Mais qu’est-ce que vous me racontez ?” Et je lui dis voilà etc… Il éclate de rire et me dit : “vous vendrez pas une bagnole avec ce truc là, mais c’est formidable pour l’armée française. Vous aurez votre porte-avions, vous aurez votre sous-marin”. C’est tellement mieux quand les Présidents font la pub et pas la guerre avec les sous-marins et les porte-avions, merci Tonton !

    Là on va passer à une autre pub, c’est MTV Erotica.
    C’est ma pub préférée parce que c’est la pub la moins chère que j’ai pu faire. Donc il fallait trouver une idée très simple, pas chère et tournable dans la nuit. J’étais avec une fille sublime, j’ai du m’accrocher pour pas tromper ma femme mais j’ai résisté, c’est elle qui fait la voix off, moi j’ai écrit les textes qui font pour moi le film le plus érotique, le plus enivrant, auquel on ne peut pas résister, que j’ai pu faire dans ma vie.

    Dernière pub, et pas des moindres, c’est génération Mitterrand.
    C’est ma seule pub politique, c’est le seul film que j’ai réalisé, et l’idée c’était de raconter 200 ans d’histoire de France en 600 plans et en 90 secondes. Et c’est un match de boxe ! Tu rentres dans la gueule…

    C’est ça et c’est pas ça quoi. Parce que moi je me rappelle de ça, le changement c’est maintenant, c’était gênant.
    Je le présente à l’Élysé. Le président dit “Séguéla je voudrais vous voir”. Je dis “Oh la la, qu’est-ce qui se passe ?”. Il me met dans son bureau et me dit “Séguéla, moi j’aime beaucoup votre film mais vous ne trouvez pas que je fais un petit peu petit par rapport à Kohl ?”.
    Donc je retourne dans le studio et je dis “Les enfants, il faut faire quelque chose”. Il  y a un mec qui me dit “Moi je peux lui couper la main de Kohl”. On a donc coupé la main de Kohl de 27 cm. Et donc Mitterrand a récupéré une quinzaine de centimètres par rapport à Kohl. Mitterrand était aussi très complexé par rapport à ses cheveux. Quand je lui ai amené l’affiche de “La force tranquille”. Il m’a dit “Seguela vous m’avez trouvé, mais est-ce qu’on pourrait pas cadrer plus serré ?” Je lui dis « Mais monsieur le président, si le cadre est plus serré la petite église n’existe plus, l’affiche c’est la petite église ». Et je comprend qu’il voulait cacher sa calvitie. J’ai dit « Mais non monsieur le Président, non, les Français veulent un père, ils veulent un grand-père, au contraire c’est parce que vous n’avez pas de cheveux que vous deviendrez Président ».

    Aujourd’hui les gens s’intéressent plus à ce qui marche à la télévision plutôt qu’à ce qui se dit ?
    C’est vrai de la télévision, ce n’est pas vrai de la publicité, le premier média d’aujourd’hui c’est l’idée, aujourd’hui il y a que si tu trouves une idée, qui va elle-même créer sa propre diffusion gratuite, qui va faire que tu trouves ça tellement marrant, que tu l’envoies à ton copain, qui l’envoie à son copain.

    Donc pour terminer cette émission on boucle la boucle, et pour faire face à l’époque qui est de plus en plus sombre il faut considérer que la seule valeur que chaque homme et femme peut avoir pour s’en sortir, c’est l’idée. C’est considérer l’idée comme une valeur.

    Le Gros Journal CANAL+ Jacques Séguéla

    Commentaires
    Newsletter