Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    JUSTINE… fait sa lettre au Père Noël

    Retrouvez, chaque semaine, la chronique de Justine Paolini.

    Cher Papa Noël,

    Cette année, j’ai été très sage, j’ai bien travaillé. *Hilarité générale* Je mérite donc d’exiger de toi tout ce que je veux.

    Noël approche, on te voit partout, dans toutes les versions possibles, difficile de te louper. Mais moi, c’est ta voix qui me manque un peu, ta vraie voix. Celle des années 90. Tu te rappelles quand on pouvait te téléphoner ? C’était encore le XXème siècle… C’était facile, tu filais ton 06 – qui était pas du tout un 06 d’ailleurs, on en était encore aux numéros à huit chiffres – à tous les morveux du pays. Et ouais, je te parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.


    T’avais peur de rien toi, tu balançais ton num comme ça gratos à la télévision. Enfin, gratos… 3 francs 71 la minute quand même. Ca équivaut à 0,56 cté d’euros la minute. Bon ça a l’air de rien – merci l’euro – mais à l’époque, c’était une somme. Surtout que la boîte vocale prenait bieeeeen son temps avant qu’on puisse te parler et ça obligeait ma mère à craquer son PEL tous les ans.

    Donc, petit Papounet, j’ai deux-trois trucs à te demander :

    Déjà, je voulais te toucher un mot concernant Star Wars… Ca y est il est enfin sorti en salles. Peut-on l’avoir en DVD, VOD, WTF, ce que tu veux, mais que tout le monde arrête ENFIN de me SOÛLER avec ça !? Parce que j’ai vraiment qu’une hâte, c’est celle de m’en foutre royalement. (Mais euh, arrêtez de me lancer des sabres lasers dans la tronche, c’est bien Star Wars !). À la base, je n’ai aucun problème avec Star Wars, hein… c’est rigolo. Il y a des guerres sanglantes, des méchants très méchants, des animaux bizarres mais mignons, des histoires d’inceste entre frère et soeur… Game of Thrones dans l’espace quoi. C’est sympa, c’est fun, ça me rappelle un bon souvenir avec mon Papa en plus, qui m’avait emmené les voir au cinéma quand ils étaient ressortis pour leurs 20 ans… Oui je suis vieille. Mais voilà, c’est tout, c’est sympa. Harrison Ford était canon, j’en conviens, Leia était bonnasse dans son bikini, tout le monde a oublié le mec qui joue Luke, mais that’s it ! Et avouons que les épisodes I, II et III étaient bien pétés quand même. Qui n’a pas eu envie de buter Jar-Jar Binks ? Ce personnage qui défie toutes les règles du racisme au cinéma ? Et puis, le nouveau film vient à peine de sortir qu’on a déjà l’impression qu’il va faire 48 milliards d’entrées et l’équivalant du PIB du Tchad en recettes. On avait eu le droit au même bordel quand Indiana Jones IV était sorti, on a bien vu que ça n’en avait pas fait un chef d’oeuvre… Je vais arrêter là sinon des fans déguisés en Ewok vont venir plastiquer ma baraque…

    Au fait, avant que j’oublie et qu’on passe au reste, Petit papa Noël, je voulais qu’on discute d’un gros problème qu’on a toi et moi. Tous les ans, depuis presque 30 ans, tu me voles la vedette. Je suis née le 24 et tout le monde s’en fout. Petite, c’était cool, je croyais qu’on mettait des décos dans les rues pour me célébrer et que tout le monde s’apprêtait à fêter ma naissance en grande pompe et grosses boules. Mmmm sexy. Mais avant que j’aie l’esprit perverti, avant mes 9 ans, c’était chouette et réconfortant de me sentir le centre du monde. Ahhhh, l’égocentrisme de l’enfance… Ca rend nostalgique. Mais malheureusement, j’ai vite compris que c’était pour te célébrer TOI, et le fils de ton pote. D’ailleurs je lui dirais deux mots tout à l’heure à celui-là. Bref, à cause de toi tout le monde m’oubliait, ou me le souhaitait avec trois jours de retard. Ma colère s’est apaisée grâce à Facebook qui prend le soin d’éviter tous les incidents diplomatiques amicaux liés aux anniversaires oubliés. Mais n’empêche, je t’en veux sur ce coup-là.

    En parlant de ton pote… Je me disais que ça serait pas mal que tu souffles un vent d’amour et de fraîcheur sur notre jolie planète. Je sais t’es pas Dieu, mais entre grands barbus imaginaires, vous avez la possibilité de papoter. Tu lui diras qu’il déconne un peu ces temps-ci. Il est flou. Et comme disait Martine : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a le loup ». Il serait peut-être temps, s’il en a quelque chose à carrer de notre tronche, de renvoyer un message un peu plus clair sur le « Tu ne tueras point », « Je ne suis qu’amour », blablabla. Parce que ça n’a pas l’air évident pour tout le monde. Et après, des gens (surtout des blondes peu sympathiques) récupèrent ce que les gars n’ont pas compris pour faire chier ceux qui avaient compris. Du coup, c’est pas la grosse marrade entre nous dernièrement, donc merci de dire à ton pote que s’il y a un truc à faire, genre prophète, révélation, amour éternel, preuve de son existence, c’est le moment de se manifester. Sinon, j’espère qu’il a une bonne excuse.

    Pour finir, j’aimerais aussi un joli trois pièces très lumineux dans le centre de Paris avec balcon plein sud, cuisine équipée à la TopChef et baignoire king size… Ne t’inquiète pas, je suis pas difficile, je réclame même pas d’ascenseur. Mais si ça pouvait éviter que je doive encore vendre un rein en frais d’agence, tu auras ma gratitude éternelle. Et je t’épargnerai une autre liste l’année prochaine.

    Sur ce, je te souhaite de bien bosser d’ici là. Ah non, c’est vrai, t’as une armée de petits esclaves qui fait tout ça à ta place. T’es tellement le Steve Jobs du jouet.

    Allez, je te laisse. Et n’oublie pas, j’ai été super sage.

    Check, peace, love, bisous

    Justine

    PS : Je te conseille de te raser la barbe, en ce moment c’est chaud. Si tu te fais choper dans une cheminée en PACA ou dans le Nord, pas sûre que t’en ressortes entier. Qu’est ce que tu veux, ils confondent tout ces derniers temps…

    Société Chronique Justine Paolini

    Commentaires
    Justine Paolini
    Comédienne & Auteure
    Voir tous ses billets
    Newsletter