Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Francesca Jones : 15 ans, 5 doigts manquants et une sélection à Wimbledon

    Elle ne serre sa raquette qu’à quatre doigts. Pas pour le style, mais par la force des choses : Francesca Jones, 15 ans, est née avec seulement trois doigts et un pouce à chaque main.

    La main droite, celle qui tient la raquette, est aussi plus petite que la moyenne. La maladie n’a pas non plus épargné ses membres inférieurs : son pied d’appui, le droit, n’a quant à lui que deux doigts.

    Depuis son plus jeune âge, Francesca Jones se bat pour surmonter son ECC (une ectrodactylie associée à une dysplasie ectodermique), la maladie avec laquelle elle est née. Ce syndrome, rare et congénital, entraîne l’absence totale, chez ceux qui le subissent, d’un ou plusieurs doigts. Au Guardian, qui l’a rencontrée, la jeune fille raconte qu’elle a commencé le tennis à 4 ans, un peu par hasard, parce qu’elle était « un peu joufflue » – une jolie manière de dire qu’elle avait quelques kilos à perdre.

    jones2
    Photographies via BBC.com

    À 9 ans, son talent l’embarque à Barcelone, dans une école spécialisée. Ses parents, restés au Royaume-Uni et tous les deux conseillers financiers, financent ses études. Au fil des ans, elle se perfectionne et termine, 5 ans plus tard, 4e joueuse mondiale. La jeune fille, qui dit avoir perdu le compte de toutes les interventions qu’elle a subies, a été opérée trois fois du poignet cette année alors que son os commençait à perforer son tendon. Et si sa défaite en junior face à Kayla Jones (6-4 5-7 1-6), mardi 5 juillet, au deuxième tour du tournoi de Wimbledon lui laisse un goût amer, elle ne se décourage pas – d’autant que Francesca Jones poursuit l’aventure en double avec une autre britannique, Ali Collins :

    « Je n’aurais pas joué au tennis de façon aussi compétitive, je n’aurais pas eu la même motivation sans mon handicap. Mentalement, cela fait une grande différence, et ça rend même le fait de perdre des matchs comme ça, même si c’est au niveau junior, assez frustrant » dit-elle au Telegraph.

    « Le fait que cela me définisse m’importe peu, parce que j’en suis fière. (…) À tous les gens qui sont malades : quoique vous fassiez, faites-le de votre mieux ». Avant d’ajouter : « Je veux être la meilleure du monde. Je veux juste que les gens sachent que rien n’est impossible ».

    Le tournoi de Wimbledon a lieu jusqu’au 10 juillet. 

    Société Sport Tennis

    Commentaires
    Newsletter