Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cinq questions à Mac Miller

    Pour la sortie de son quatrième album solo "The Divine Feminine" disponible ce vendredi, Mac Miller nous a accordé un entretien téléphonique pour discuter de son album, de sa vulnérabilité assumée, d'Anderson .Paak, et évidemment de Donald Trump.

    Salut Mac ! Pour ton quatrième album, énormément de morceaux ont en commun la romance. Qu’as-tu voulu exprimer avec ce Divine Feminine
    L’amour, tout simplement. Je trouve que ces derniers temps notre société a poussé les gens à devenir complètement hystériques. La chose que j’aime le moins chez les gens, en ce moment, c’est cette volonté de cacher tout ce qui t’affecte, et de faire le fier. Je pense que c’est important en tant qu’être humain, s’ouvrir et d’oser se dire que l’on peut être vulnérable ou que l’on peut tomber fou amoureux par exemple.

    À l’écoute de ce disque, on sent que tu assumes au grand jour ta part de fragilité, est-ce que cela a été difficile pour toi ? 
    Tu sais quoi, il y a un moment où être vulnérable peut être terrifiant, mais tu dois apprendre à grandir. Je ne sais pas si moi-même j’ai vraiment grandi, si cet album représente un aspect plus mûr de ma personne. Je prends chaque album comme un moment particulier de ma vie d’être humain, et je me sers du disque pour décrire ces étapes de manière créative.

    Je ne sais pas si cet album est le plus personnel, car chacun de mes albums porte la marque de ma trajectoire dans la vie. Mais c’est définitivement l’album le plus vulnérable.


    L’amour, un des fils rouges de l’album, illustré notamment par le titre « My Favorite Part » en featuring avec Ariana Grande avec qui le rappeur partage sa vie. 

    La couleur musicale est définitivement plus soul que sur tes précédents disques, est-ce inconscient, ou un choix délibéré de ta part ?
    Je dois avouer que c’est un peu des deux. La musique que je fais n’est qu’une réflection de ce que je suis à un moment précis.

    Concernant cet album, je n’ai pas envie de dire que cela a été l’album le plus facile à réaliser, mais disons que le processus de création a été moins compliqué, en tous cas plus naturel.

    Ma vision d’ensemble a été beaucoup plus plus claire que d’habitude. C’est comme si je savais exactement ce que je voulais faire. Il y n’y a pas eu ces aller-retours incessants qui peut y avoir dans une direction artistique, et je me suis concentré sur le travail, tout simplement.

    « Dang! » en featuring avec Anderson .Paak,  est le premier clip de l’album The Divine Feminine. 

    Sur The Divine Feminine, on retrouve Kendrick Lamar, Ty Dolla Sign, et évidemment Anderson .Paak présent sur le tube « Dang! ». Comment se sont établies ces connexions ?
    C’est génial ! C’est juste incroyable de pouvoir travailler avec des gens aussi créatifs qu’Anderson .Paak. Il a beaucoup apporté à cette chanson et j’espère vraiment qu’on pourra collaborer à nouveau ensemble. Les gens comme Anderson .Paak apportent un regard vraiment neuf à la musique, et ça fait du bien. En ce qui concerne Kendrick Lamar, Ty Dolla Sign, ou Cee Lo Green, ce sont des personnes dont j’apprécie énormément le travail et que j’écoute beaucoup.

    Et puis il y a aussi quelque chose de l’ordre du chimique, dans ces connexions…

    Ce sont des artistes avec qui je prends du plaisir à travailler, et chacun d’entre eux ont apporté leur énergie à l’album. Et je suis très heureux de pouvoir considérer ces artistes comme des amis et non plus comme de simples collaborateurs artistiques.


    « Donald Trump » par Mac Miller. En 2011, Mac Miller s’est fait découvrir par une grande partie du public avec ce titre devenu tube. Écrit quatre ans avant que le businessman ne se déclare candidat à l’élection américaine, le morceau évoque la puissance financière de l’homme d’affaires : ‘Conquérir le monde quand je suis en mode Donald Trump, Regarde ce fric, c’est pas des conneries’. 

    Toi qui es l’auteur du morceau « Donald Trump », que penses-tu du fait qu’il est potentiellement le prochain président des États-Unis ? 
    « Fuck that ! ». Je me suis dit « mais comment aurais-je pu savoir ». Tout ce que je sais, c’est que je ne veux pas de lui comme président. J’ai juste fait une chanson, qui a du succès, et ça s’arrête là. Et je m’excuse auprès des gens qui ont pu associer ma chanson à ses idées.

    The Divine Feminine, le dernier album de Mac Miller en écoute:

    Image à la Une © Brick Stowell.

    Musique Anderson .Paak Dang!

    Commentaires
    Jalal Kahlioui
    Journaliste
    Voir tous ses billets
    Newsletter