Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    En Chine, le boom des « love hotels »

    Dans les métropoles chinoises, des centaines de chambres d’hôtel à louer pour de courtes durées fleurissent un peu partout.

    La 204 est la chambre « Shakespare » de « l’Hôtel plein d’amour », de Shanghaï. Sur la porte, une pancarte : « Zhongxia ye zhi meng » ou « Songe d’une nuit d’été ». À l’intérieur, les amants sont invités à venir batifoler sur un lit circulaire recouvert de pétales de roses ou se détendre dans le jacuzzi. Les couples, qui payent à l’heure ou à la nuit, s’y rendent pour échapper au regard d’une société toujours conservatrice, comme le raconte le Guardian.

    En Chine, le marché des love hôtels est en plein essor. Des centaines d’établissement – avec des noms tels que « L’amour au premier regard » et « L’hôtel que nous aimons » – ont vu le jour, depuis la création du premier love hôtel chinois en 2008, dans la ville de Nanning« La demande est là. Il y a tellement d’amants et ils ont un vrai besoin d’amour », explique Wang, qui a ouvert neuf branches de sa chaîne de love hôtels à travers la Chine depuis 2011, et qui ne compte pas s’arrêter là. « On affiche complet tous les jours ».

    Depuis la fin de l’ère Mao en 1976, la Chine n’est pas seulement frappée par un boom économique, mais aussi par une révolution sexuelle. Cette semaine, l’Université de Pékin a publié une étude révélant que les Chinois se marient de plus en plus tard, perdent leur virginité plus tôt et ont plus de relations que les générations précédentes. En 1989, seuls 15% de la population avaient eu des relations sexuelles avant leur mariage. Aujourd’hui, ils sont plus de 70%. La Chine est aussi devenue le plus grand producteur de sextoys… Le marché de l’amour et le business du sexe ont encore de beaux jours devant eux.

    Société Chine Love Hotels

    Commentaires
    Newsletter