Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Justine vs l’Homme pas si parfait

    Chaque semaine, retrouvez la chronique de Justine Paolini.

    Un dernier coup d’œil devant le miroir avant de partir :

    Rouge à lèvres : en place.
    Mascara : bien réparti.
    Décolleté : discret mais efficace.
    Jambes : bien visibles.

    C’est bon, t’es au top pour une rupture chic et classe.

    Enfin, si on peut appeler ça une rupture… Disons plutôt « un recadrage en douceur quant à la nature de vos relations ». Pour rompre, il faut avoir été ensemble, même juste un peu. Vous, vous avez été ensemble mais surtout dans vos têtes. D’accord, vous avez beaucoup beaucoup fait l’amour, mais uniquement par texto. Ça compte pas, si ?

    En temps normal, tu trouves rien de plus pathétique que les sextos. S’exciter sur un petit boitier avec un écran en lisant des emojis de fruits et légumes et en s’envoyant des photos salaces ne t’a jamais fait fantasmer outre mesure. Mais avec lui, t’as compris que si quelqu’un remplaçait les photos salaces par de jolis mots bien mis côte à côte, bizarrement ça faisait un effet sympa au niveau du ventre. Et le mec était fort dans cet exercice : arriver à être classe en décrivant une lev… bref on va pas rentrer dans les détails, c’est pas donné à tout le monde. À personne, en fait.

    Les quelques rendez-vous avaient été dingues d’évidence. Le mec est TOUT ce que t’aimes : intelligent, charmant, drôle, charmeur, gentil, fou… Pfffiou, limite t’aurais vu passer une licorne, tu ne te serais pas étonnée. Et le jour de votre première pelle restera gravée dans ta mémoire comme le baiser le plus cosmique de ta vie. Ça va être difficile de remettre ta langue dans la bouche de quelqu’un après ça. Alors vous vous dites : mais pourquoi n’ont-ils pas couché ensemble ? Parce que de un : on n’est pas des bêtes. Et de deux, on n’a jamais eu le temps. True story. Il y a une troisième raison, mais ça te revient pas, là…

    Et ce soir, ça fait exactement deux mois que le game a commencé. Et qu’il va finir.

    Comme d’habitude, vous vous êtes donnés rendez-vous dans un endroit plutôt classieux. Enfin… à 8€30 le diabolo, on peut même affirmer que ça se la raconte carrément. Il est là, en face de toi, tellement…lui. L’idée de mettre fin à cette histoire te retourne le bide. C’est trop injuste. En plus, t’adores le regarder parler… Tout chez lui se mobilise : ça passe par son œil qui devient de plus en plus vif, ça passe par ses mains qui tranchent l’air, par son cou qui se détend à chaque fois que tu ris… Il ne contrôle rien, c’est magnifique autant de spontanéité en une seule personne. Et il fait partie des rares personnes capables d’être intéressantes tout le temps… Ahlalala qu’il est génial et fantastique… Mais ARRÊTE ! T’es là pour stopper cette histoire pas pour trouver des arguments pour la continuer ! Mon Dieu, je sais pas si t’es là-haut, mais c’est dégueulasse ce que tu me fais.

    Une heure passe, ponctuée de « Ahahah » sonores, d’effleurements de genoux l’air de rien et de séduction très mal dissimulée. Intérieurement, tu meurs à chaque fois qu’il ouvre la bouche, une vraie midinette.

    Qu’est-ce qu’il est beau…
    Qu’est-ce qu’il est intelligent…
    Qu’est-ce qu’il est drôle…
    Qu’est-ce qu’il est sexy…
    Mais qu’est-ce qu’il est marié…

    Ah oui, c’était ça la troisième raison. L’Homme parfait est marié, sinon c’est pas drôle. C’est d’ailleurs toute la nature du problème, l’Homme parfait n’est pas si parfait.

    S’il y a bien un truc dégueulasse sur cette terre, c’est quand une nana que tu connais pas a été plus rapide que toi sur quelque chose dont t’étais même pas au courant. Pourquoi t’as pas été prem’s ? Bon, vu la différence d’âge, si tu l’avais croisé au moment où il était célib’, ça aurait été sûrement chez Toys’R’Us, mais n’empêche. Si Dieu a un plan pour toi, il le tient visiblement dans le mauvais sens.

    Au moment où tu commences à t’en prendre mentalement au Karma, tu entends à la volée un mot sorti de nulle part : « blabla distance blablabla ».
    Distance ? Quoi quoi quoi quoi ?? Merde, en fait ça fait dix bonnes minutes que tu ne l’écoutes plus du tout.

    – Pardon, mais t’entends quoi par « distance » ?
    – Qu’on ne se donne pas de nouvelles pendant quelques temps… Pour toutes les raisons que je viens d’évoquer.
    – …

    Justine, il faut écouter les gens. On sait que ton cerveau parle très fort, mais des fois il faut se concentrer sur la personne en face de toi qui te parle.

    – Parce qu’on vaut mieux que ça, qu’une relation adultère à la con. Si on doit vivre un truc, ça sera un vrai truc.

    – Ah… Oui… c’est sûr…

    Il vient de te voler ton argument le bâtard.

    – Mais… Tu veux qu’on arrête carrément de se parler ?

    – Au début oui, mais je veux pas que tu sortes de ma vie. Je ressens des trucs incroyables pour toi et je veux qu’on puisse basculer dans une vraie amitié.

    Non, mais il a volé tes fiches ou quoi ? C’est à peu près mot pour mot ce que t’allais lui dire. T’es pas sûre de kiffer finalement… C’est une version plus fine du « On reste amis ? » mais ça sonne quand même nul.

    – Mais du coup, il se passera jamais rien entre toi et moi ?

    T’as subtilement accentué ton décolleté en posant la question. Pathétique… Meuf, tu viens vraiment de faire ça ?

    – On en sait rien. Pas comme ça en tous cas.

    – C’est à dire « comme ça » ?

    Mais pourquoi tu l’agresses ? T’es d’accord avec lui !

    – Ben comme ça, deux heures en fin d’après-midi à l’hôtel, tu vaux mieux que ça.

    – Non mais on pourrait trouver un arrangement…

    MAIS TAIS-TOI BORDEL !! Un arrangement ??? T’es en train de négocier une histoire avec un homme marié, t’es sérieuse ?? Et range-moi cette cuisse que t’as fait exprès de découvrir !

    – Ahahah ! On peut pas trouver d’arrangement dans cette situation, ma belle. Et moi, je peux pas t’aimer la nuit sans être avec toi le jour.

    Ça claque… C’est faux-cul mais ça claque.
    La connasse vexée qui est en toi commence quand même à se réveiller… En vrai, c’est qu’il ne veut pas s’emmerder avec une infidélité ou un divorce, c’est tout. Les deux coûtent cher. Il t’aime bien, mais faudrait pas que ça perturbe trop ni son emploi du temps, ni son compte en banque, hein ?! Ah bah bravo mec, très courageux !

    Le pire, c’est que la meuf sympa et intelligente qui est en toi sait aussi que t’es injuste et qu’il a bien raison. Il est en train de vous rendre service à tous les deux. C’est même moralement honorable, voire noble. Il aurait pu coucher avec toi et te jeter, ça se fait souvent. Mais c’est pas pour autant que t’as envie d’être celle à qui on explique que cette situation est pourrie. Parce que tu le sais. Évidement que tu le sais, tu te respectes un minimum. Finir pu… hum pardon, maîtresse d’un mec marié n’est pas exactement ce à quoi tu aspires dans la vie.

    Mais là, concrètement, ça devait être l’histoire d’une meuf célibataire qui doit expliquer à un mec marié qu’elle ne couchera pas avec lui parce qu’il est justement marié. Et ça finit en mec marié qui explique à une meuf célibataire pourquoi il ne couchera pas avec elle parce qu’il est marié. Cette version là est atrocement plus triste pour ton égo.

    – Tu m’en veux ?

    – Non… évidemment non.

    Avoue que tu lui en veux de t’avoir devancée. Surtout que si tu lui dis maintenant que t’allais potentiellement lui dire la même chose, il ne te croira jamais. Donc quoi que tu fasses ou dises à l’instant présent, tu n’enlèveras pas ce petit voile d’humiliation avec lequel il t’a enveloppée.

    Il a payé l’addition, vous vous êtes levés pour partir et il t’a prise dans les bras avec affection. C’est tellement vexant, on dirait qu’il veut te consoler. « J’te largue mais je t’aime quand même hein ! » T’as l’impression d’être un chaton à qui on fait un câlin avant de le noyer dans une bassine. Mon dieu, faites qu’il me lâche.

    Il est monté dans sa voiture et a disparu au bout de la rue. Bien bien bien… tout va bien… Tu n’es pas vexée, pas humiliée, non non non… Tu n’es rien d’autre qu’une meuf en train d’attendre un Uber pour rentrer chez elle, en tenue de cocktail à 19h, et qui vient de se faire méchamment friend-zoner par un mec déjà pris. Très chic et très classe en effet… Bravo, t’as gagné ta soirée.

    Rentrée à la maison, ça tourne dans ta petite tête de meuf qui kiffe les problèmes… Avoue que t’aurais adoré être la responsable de sa crise de la quarantaine. Not cool ma poule. Heureusement qu’il a plus de face que toi. En même temps, c’est pas toi la moins chic et la moins classe dans cette histoire. On ne va pas l’accabler, mais au départ, il s’est foutu dans la merde tout seul. La différence, c’est que lui, ce soir, il rentre à la maison, rien n’a changé, tout reste à la même place et tu ne lui manqueras pas. Alors que toi… Et bien, toi… tu vas réfléchir au sens de ta vie. Mais t’as un sacré boulot de démaquillage avant, tu vas vider ton paquet de coton tellement tu t’es tartinée la tronche…

    Bip bip

    – Tu me manques déjà. J’ai l’impression d’avoir fait une connerie… J’ai envie de te voir et de t’embrasser, de … *CENSURÉ*…

    YES ! YES YES YES ! MERCI mec !!! Quitte-moi j’te kiffe, kiffe-moi j’te quitte… il est marrant ce jeu en fait.

    – Non… Il faut pas, c’est pas bien… On vaut mieux que ça… T’avais raison, gardons un peu nos distances… Désolée.

    Gagné ! Game Over.

    Aaaah ça va mieux. Ça fait du bien de prendre les bonnes décisions, hein ? Tu es enfin une femme mature, tu as encore passé un cap. Pour une fois, tu n’as pas plongé la tête la première dans ton caca habituel. Tu es une adulte responsable, saine et évitant les relations dysfonctionnelles, tu peux être fière de toi. Bravo !

    Hum.

    Oh et puis merde, comment on dit « levrette » en émojis ?

    Société Chronique Justine Paolini

    Commentaires
    Justine Paolini
    Comédienne & Auteure
    Voir tous ses billets
    Newsletter