Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    REPLAY – Le Gros Journal avec NTM : Toujours électriques

    Retrouvez le Gros Journal spécial NTM avec JoeyStarr et Kool Shen. Les deux rappeurs légendaires du 93 ont discuté avec Mouloud de leur retour sur scène prévu pour Mars 2018.


    Le Gros Journal avec NTM, l'intégrale du 07/06… par legrosjournal

    Salut et bienvenue au Gros Journal, ce soir une émission exceptionnelle avec la réunion de Joey Starr et Kool Shen aka NTM. Le Suprême Nique Ta Mère est ce soir sur le plateau du Gros Journal. Ça vient de la Seine-Saint-Denis et ça se reconnaît au débit baby. Comment ça va les gars ? Je suis très content de finir la saison avec NTM. Pas avec Joey Starr, pas avec Kool Shen, avec NTM.
    Kool Shen : Très content de faire une petite interview au bord de l’eau comme ça.
    JoeyStarr : J’adore tes nouveaux locaux, terrible.

    Ils nous ont mis dehors en fait.
    Kool Shen : L’hiver, il te remettent un peu au chaud ?

    Exactement !
    Kool Shen : D’accord, ça va.

    Il y a un truc dingue, c’est que vous annoncez quelques dates sur internet et tout de suite ça a été booké en 3-4 jours. Est-ce que vous avez conscience que NTM ça veut encore dire quelque chose de très ancré chez plusieurs générations ?
    Kool Shen : C’est quand on voit ça qu’on s’en rend compte. Sinon au jour le jour, pas vraiment. Evidemment tu rencontres des gens dans la rue qui disent “Quand est-ce que vous remontez sur scène ?”. Donc tu peux t’en rendre compte un peu, mais un engouement pareil tu ne peux le voir que lorsque tu mets des places en vente, ce n’était pas garanti.

    JoeyStarr : Je suis surpris, mais contrairement à monsieur, je suis un peu plus à Paris et je lui disais qu’il y a 3-4 jours je suis arrivé chez des gens, on s’est fait une soirée qu’avec des titres de NTM… Ça aurait dû être un guet-apens, mais finalement je me suis dit “Ouais ça va être bien ce qu’on va faire”.

    Parce qu’il y a un truc que NTM a toujours refusé, c’est se mélanger avec les autres, et la nostalgie. Vous n’avez jamais été dans un délire “C’était mieux avant”.
    Kool Shen : Oui, et puis dans le discours. Je sais que sur l’album que j’ai sorti il y a un an, la première question c’était “Alors le rap c’était mieux avant ?” Evidemment, ils attendent de notre part qu’on dise oui, c’est juste différent. Il y a des trucs déplorables comme il y avait à l’époque…

    JoeyStarr : C’est aussi bien maintenant, c’est pour ça qu’on n’est pas nostalgique aussi.

    Quand on est de votre génération, qu’on a été les pionniers, le hip-hop c’est une culture qui s’est construite contre la nostalgie, qui s’est construite vers le futur.
    Kool Shen : Complètement. Bon, aujourd’hui, le fait qu’il n’y ait plus que ça et plus du tout de nostalgie, et que le hip-hop ait un peu disparu, ce n’est pas super non plus. A un moment, c’était quand même un mouvement avec des graffitis, avec de la danse et tout ça. Aujourd’hui, toutes ces disciplines existent mais chacune un peu de son côté.

     

    Il y a une question, c’est que NTM c’était “Allons à l’Elysée brûler les vieux et les vieilles”, maintenant le Président est plus jeune que vous ?
    Kool Shen : Ouais, mais ceux qui sont derrière, ils sont encore là, non ? C’est encore les mêmes, un peu ? Et t’as raison qu’il est plus jeune que nous ! Qu’est-ce que tu as dit ?
    JoeyStarr : J’ai dit “ceux qui tirent les ficelles ne sont pas…”. Et faut savoir qu’à nous deux, on a 100 ans, aussi !
    Kool Shen : Et puis il est jeune, mais je pense que la politique qu’il va garder ne sera pas très différente de ce que l’on a pu connaître et par Hollande, et par Sarkozy… On est quand même à peu près dans le même système !

    Parce quand on écoute ton dernier solo, il y avait déjà un dégoût total de la politique de François Hollande. C’était encore plus amer que lorsqu’on avait Sarko.
    Kool Sheen : Bah parce que c’est comme à l’époque de Mitterrand, t’y crois. Quand tu sais que ça va être la droite et que le côté social va être complètement gommé et qu’on va arrêter de donner des thunes aux associations et tout ça, tu le sais quand c’est Sarko. Quand c’est Hollande qui arrive, que c’est exactement la même merde et que c’est la continuité de ce qu’il y a eu avant, tu as quand même une déception, même si évidemment en votant Hollande, tu ne te disais pas que la France allait complètement changer. On est pas utopiste à ce point-là. On est plutôt de gauche on va dire…
    JoeyStarr : C’est aussi pour ça que c’est super décevant !

    Vous vous êtes déjà dit “je t’aime”, ou pas ?
    JoeyStarr : Oui. C’est mon côté nègre, je le dis plus facilement que lui. Bien sûr !

    Vous ne voulez pas vous dire “je t’aime” ?
    Kool Shen : Là, en direct ? Non, on fait ça en privé nous…
    JoeyStarr : C’est notre hétérosexualité, respecte-la s’il te plait !

    C’est quoi un “je t’aime NTM” ?
    Kool Shen : Un coup de tête, un câlin.
    JoeyStarr : Oui, c’est câlin-parpaing. Je crois que le “je t’aime”, il vient quand on vient de faire quelque chose et qu’on est très content de nous… Comme c’est un sport d’équipe…
    Kool Shen : On enlève le filtre.
    JoeyStarr : On se le signifie l’un l’autre, c’est ça aussi surtout

    Quand on lit ce qui s’est dit sur NTM pendant 20 ans, on a eu “NTM face à la police”, “Joey Starr le bad boy”, “NTM face à l’État”, “NTM les émeutes”, alors que j’ai l’impression que le principale ennemi de NTM, ça a été l’individualisme. Depuis le début c’est ce que vous avez combattu…
    JoeyStarr : Oui c’est pas faux.
    Kool Shen : Je ne sais pas si c’était notre principal ennemi mais…
    JoeyStarr : De manière sous-jacente, sans même y réfléchir, oui.
    Kool Shen : On a toujours grandi qu’en collectif nous. En banlieue, chez nous, là où on habitait… On aurait eu du mal à rentrer chez nous si on n’avait pas respecté les choses. À l’époque, je parle. Aujourd’hui des gens qui peuvent se permettre des choses, je me demande comment ils peuvent encore rentrer dans leur quartier.

    Mon premier souvenir de NTM, j’étais petit et pour la première fois de ma vie j’entendais le 93 dans une chanson. Est-ce que vous avez conscience de ce que vous avez laissé aux gens de ma génération ?
    Kool Shen : Quoi ? ce code numérique ? Tu viens du 7-2, je viens du 9-3…

    Non, mais que tout d’un coup on se dit “En fait la culture, on a notre place là-dedans”.
    JoeyStarr : Moi je dirai un truc, c’est un truc que tu as dit que je trouvais pas mal, c’est…
    Kool Shen : Sympa.
    JoeyStarr : Quoi ?
    Kool Shen : Je dis “Sympa”
    JoeyStarr : Oui mais attends, je ne l’ai pas encore dit.
    Kool Shen : Mais je sens que ça va être sympa.

    Catherine et Liliane !
    JoeyStarr : C’est vrai que là c’est un peu ça, il manque juste les perruques. Il disait un truc “Quand on a pas grand chose, représenter les siens c’est déjà quelque chose”. Et je crois que oui, effectivement, le mec qui était à tel endroit quand il entendait ce genre de truc, il ne se sentait pas tout seul dans son slip et dans ses pompes. Il y en a d’autres ailleurs. Après c’est de la symbolique, mais je crois que ça ne voulait pas juste être symbolique, mais il y avait un vrai truc quoi.

    Et faire du fric sans jamais tâcher l’image de ma clique ?
    Kool Shen : C’est compliqué ça. On a essayé de faire les choses avec nos tripes, donc il y avait une certaine authenticité dedans. Après tu déçois toujours des mecs de ta clique, forcément.
    JoeyStarr : Tu ne peux pas emmener tout le monde. Et ça forcément, ça crée des dissensions. On a toujours eu la tête haute, le menton vers les étoiles et puis voilà quoi. Il faut savoir qu’on a très peu réfléchi à tout ça, on a acté et on en a subi les conséquences après.
    Kool Shen : Et on y réfléchit que quand on nous pose les questions : “Alors NTM est ce que…” Et nous on se regarde et est obligé de trouver une réponse maintenant au truc. Parce que nous on avait pas réfléchi…
    JoeyStarr : Quand on trouve une réponse on se dit “Ah elle est bien celle-là, garde-là. Écris-là quelque part” Mais ce que je voulais dire, c’est qu’à mon avis, on aurait altéré le truc si on avait commencé à réfléchir. Je crois qu’on a commencé à se projeter après le premier album, quand on a signé. Parce qu’il y avait les objectifs etc…

    Vous la regardez parfois la pochette du premier album avec tous les gens qui sont dessus ?
    Kool Shen : On vient de la voir tout à l’heure parce qu’on a signé un truc d’un mec qui nous l’a ramené la pochette.

    Qu’est-ce qui a fait que vous vous êtes fachés à un moment ? On a entendu les rumeurs les plus folles du monde…
    JoeyStarr : Lui et moi, on se connaît depuis qu’on a 17 ans, et on était collé ensemble tout le temps. Et puis moi je suis insupportable…
    Kool Shen : Oui c’est très dur de le supporter, tu le sais toi ? Mais il n’y a pas eu de fâcherie quoi. On a pris des vacances quoi…
    JoeyStarr : Au bout de 20 piges, c’est plus des vacances !
    Kool Shen : Elles ont duré 10 ans avant qu’on se retrouve.

    On sent qu’il y en a un qui a plus manqué à l’autre…
    JoeyStarr : Bah écoute je sais pas. Tu essayes de foutre la merde ? C’est quoi ton problème ? J’ai senti ton petit côté berbère qui remonte à la surface là.

    Je veux que le couple avance. C’est une thérapie de couple.
    Kool Shen : On a mis un petit peu de côté, et c’est vrai que ça a duré un bon moment.

    Est-ce qu’aujourd’hui dans votre vie, “tout n’est pas si facile” ?
    Kool Shen : Moi ? Je serais un enculé de dire ça. Je suis béni des dieux. Ma famille c’est magnifique, je fais ce que je veux. Je fais du poker, je fais de la musique, on me propose des films alors que j’ai rien demandé. Je suis en bonne santé pour l’instant, tout va bien.

    Le fiston ?
    Kool Shen : Le fiston au top. C’est vrai que tu connais mon fils. Franchement je ne peux rien dire, paradis paradis.
    JoeyStarr : Moi j’ai 3 enfants. Mais il y a trois jours, les condés sont venus chez moi, ils ont essayé de fracasser la porte parce que l’hôtesse de l’air est encore sur mes reins, je lui dois encore de l’argent parce que la justice lui donne gain de cause. Donc ils sont venus à 15 avec un huissier plus des camions, des képis devant. Je te laisse devenir la suite…

    On a l’impression que Joey, quoi qu’il fasse…
    JoeyStarr : Je suis le Van Gogh… Je vais pas faire ma pleureuse. On a des enfants, pourquoi il n’y a pas de nostalgie ? Parce que ça se passe encore tous les jours. On fait des choses intéressantes, on voyage, on rencontre des gens, je fais du cinéma, du théâtre, je rencontre un autre public… Mon quotidien est régi par ce luxe que j’ai d’être artiste.

    Est-ce que état d’urgence, c’est un mot qui définirait bien ta vie ?
    JoeyStarr : On peut dire oui, parce que je sais que du jour au lendemain il peut se passer des trucs. Le petit caillou dans la godasse comme disait l’autre. Je ne suis pas à l’abri de ça moi.

    Quand NTM chantait plus jamais ça contre le FN, la jeunesse était derrière vous. Pendant cette élection, une majeure partie de la jeunesse a voté FN. Qu’est-ce que ça vous fait ?
    Kool Sheen : Je comprends qu’on puisse voter Marine Le Pen si on est raciste. Le point commun, je le vois, il est très rapide. Ce qui est plus inquiétant, c’est une fois qu’elle a fait le débat, quand tu vois la bêtise de la personne, même en étant raciste, t’as le droit aussi de te dire “Putain elle est trop conne, je ne peux pas lui donner le pays”. Ce qui est très inquiétant, c’est que les gens sont tellement écoeurés des élites qu’ils sont capables d’aller voter pour ce truc-là.

    Vos enfants ils vous en parlent de la politique ? C’est quoi leurs interrogations ?
    JoeyStarr : Déjà ils savent qui est Marine Le Pen, et c’est une bonne chose.
    Kool Shen : Mon fils a essayé de comprendre qui représente la droite, qui est plutôt de droite, qui est plutôt de gauche, qu’est-ce que c’est que l’extrême gauche, qu’est-ce que c’est que l’extrême droite… Il me pose des questions.

     

    Cette génération, vous la sentez concernée par la gauche ? On a l’impression que c’est quelque chose qui n’existe plus aujourd’hui, que dans les quartiers, les petits, ce qu’ils veulent c’est entreprendre…
    Kool Shen : Déjà, moi j’ai fait 40 ans dans un quartier, mon fils a 13 ans, il a fait 0 année dans un “quartier”, ce qu’on appelle un quartier populaire quoi. Mais il est humain mon fils, il a un coeur et tout ça. Donc quand tu lui expliques un peu les idées prônées par ce côté-là et celui-là… Il aime bien Mélenchon par exemple quand je lui explique l’ensemble des trucs, même si je vais peut-être un peu vite pour lui expliquer. En tout les cas, lui, le premier truc, c’est un gosse quoi, si tu lui dis “Lui en gros, il est un peu plus pour le partage”. Ah bah lui il a l’air mieux que les autres, même si il ne vient pas spécialement d’un quartier lui, mon fils.

    Et les enfants de Joey Starr croient en la politique ?
    JoeyStarr : Pour les deux plus grands, les parents sont artistes. Donc on a une approche de la vie particulière. Ils connaissent les haut et les bas. Que ce soit leur mère ou moi, ils ont bien compris que leur père était quelqu’un d’à part. Quand je leur demande “Tu veux être comme moi ? Tu ne veux pas te laver les chicos ? Tu veux aller au placard ?” Je pense qu’ils sont en train d’acquérir une certaine vigilance, mais ils n’ont que 9 et 11 ans. Les hormones vont commencer à parler, ça va un petit peu fausser tout ça… On va voir.

    Mais à 11 ans, le fils aîné est dans le clip de Sofiane…
    JoeyStarr : C’est le plus petit. On dirait qu’il a 11 ans mais il en a 9. C’est le deuxième pardon.
    Kool Shen : Moi j’ai les deux dans le mien, les deux fils de Joey. Et le mien, mon fils.

    Ce sont déjà des stars.
    Kool Shen : Quand ils montent sur scène avec nous, ils kiffent.
    JoeyStarr : L’idée, c’est de pas en faire des “fils de”, d’en faire des gens autonomes, qu’ils aient leur libre-arbitre, savoir ce que c’est tout ça. Pas être des “fils de”, c’est la priorité.

    Vous avez déjà grillé un mytho de vos enfants ?
    Kool Shen : Les notes. “Je te jure 14, l’autre m’a rendu ça” “Comment ça 11,5 ?” “Ouais mais…”

    NTM, merci d’avoir été là, ça me fait kiffer de dire NTM.
    JoeyStarr : Tu pourrais dire “nique ta mère” tu sais ?

    Je pourrais, mais je suis poli et j’ai déjà rencontré ta maman, elle est très gentille. Merci de nous avoir regardé. Est-ce que vous pouvez me faire un kiff ? Cette caméra : “C’était Nique Ta Mère et vous avez regardé le Gros Journal”
    Kool Shen et JoeyStarr : C’était Nique Ta Mère et vous avez regardé le Gros Journal.

    Merci !

    Le Gros Journal CANAL+ JoeyStarr

    Commentaires
    Newsletter