Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    LARGE Eric et Bun

    REPLAY – Macron président : et si c’était le début des problemos ?


    Le Gros Journal avec Eric Judor et Bun Hay Mean… par legrosjournal

    Mouloud : Salut et bienvenue dans le Gros Journal. Un nouveau Président de la République a été élu. Et si c’était le début des “Problemos” ? “Problemos” en tout cas, c’est le début d’une nouvelle génération de cinéma français. Un nouveau vent souffle sur la comédie en France. Le film est réalisé par Éric Judor, et il est sur le plateau du Gros Journal avec Bun Hay Mean.
    Mouloud : Salut et bienvenue dans la forêt d’Hyrule.
    Éric Judor : Là par exemple ça tourne ?

    Ça va tourner. Salut, et oui ça tourne, ça a commencé.
    Éric Judor : Tu nous donneras un top quand ça commence.

    Top.
    Éric Judor : Ça commence là ? Allez, c’est parti.

    « Problemos », c’est pour moi la comédie de l’année. Je vous le dis en toute sincérité. On a Éric Judor son réalisateur, et Bun Hay Mean qui joue dedans.
    Éric Judor : Salut Bun, tu as entendu ?

    Ils se félicitent, et ils peuvent. Non mais vraiment, c’est la comédie de l’année. Je te le dis.
    Éric Judor : Oh ! Des petites mains, je n’avais pas vu. Comme une sorte de petit crabe.

    Et je vous mime avec mes petites mains le lancement de la bande-annonce de « Problemos ». Est-ce qu’on peut faire le gros pitch de « Problemos » ? L’histoire de Problemos, c’est un mec qui part en vacances avec sa femme et sa fille. Et il décide d’aller chez un ami de sa femme, qui est dans un camp…
    Éric Judor : Prof de yoga.

    Ils vont dans un camp avec des altermondialistes, des « zadistes ».
    Éric Judor : C’est ça, des « zadistes », des gens qui ont une zone à défendre comme Notre-Dame-des-Landes.

    Ils sont contre la société, ils ont tenté de créer leur société. Jusqu’au jour où arrive une pandémie. Et là…
    Éric Judor : Ils n’ont plus d’ennemis en fait. Ils ne sont plus contre quoi que ce soit. Donc finalement, leur modèle doit être érigé en modèle principal. Et c’est là que les problèmes commencent. L’homme reste un homme avec ses défauts. La nature humaine est peut-être un peu crade.

    Est-ce qu’on peut se faire un petit kiff et écouter la chanson des règles ?
    Éric Judor : Tu l’as là ?

    Ouais.
    Éric Judor : Vas-y !

    Moi je vous le dis : c’est la meilleure réalisation d’Eric Judor. Déjà, tu m’avais bluffé avec « Platane ».
    Éric Judor : Merci, c’est très gentil.

    Et ce film-là, ça renouvelle la comédie française parce que, ces derniers temps, on ne va pas se mentir, la comédie française ça galère un petit peu…
    Éric Judor : Vous avez des noms, vous avez des trucs, vous critiquez des gens en particulier ?

    Non, un film c’est trois ans, on respecte le travail des gens. Mais on respecte aussi…
    Bun Hay Mean : Je n’avais pas vu… Pour les sourds et muets, vous avez compris de quel film on parle…
    Éric Judor : Ne tirons pas sur l’ambulance.

    Exactement, on respecte tout le monde, mais on respecte aussi le public et on invite à aller voir “Problemos.” La personne qui est à côté de toi, ce n’est pas Ramzy, c’est Bun Hay Mean.
    Éric Judor : Oh putain, ouais, ah ouais ! Il faut que j’y aille alors. C’est pas le plateau avec Ramzy ?

    Est-ce que tu peux nous présenter Bun Hay Mean ?
    Éric Judor : Bun Hay Mean, je l’ai découvert sur Internet.

    Oui je vois ce que c’est.
    Éric Judor : Et, il y a une section dans Internet, YouTube, tu vois, c’est une bannière rouge. Et j’ai vu la légende du Chinois Marrant. Et je me suis dit, mais qui est-ce ?
    Bun Hay Mean : Il y a des mecs qui passent.
    Éric Judor : Ah putain les gars…

    Mouloud, Eric & Bun Hay Mean : Salut !
    Éric Judor : Et donc je l’ai vu sur Internet, et je me suis dit : “Mais d’où sort ce gars ?” “Qui est ce mec ?” Et je suis allé le voir à l’Apollo Théâtre, et j’ai pleuré de rire comme tous les gens dans la salle.

    Comme tous les gens qui regardent l’émission et qui vont pleurer de rire parce que je vous mets un extrait de Bun Hay Mean, a.k.a le Chinois Marrant. Est-ce que tu peux nous parler du rôle de Bun Hay Mean ? Parce que c’est le rôle le plus touchant du film. Il faut rappeler que c’est quand même une communauté de gens, qui se dit “anti-système” mais qui reproduit les pires choses que le système peut créer.
    Éric Judor : La société qu’ils essaient de recréer, finalement, va – comme tous groupes – naturellement rejeter les éléments faibles. Du coup, Bun, qui est censé être le chaman au départ, donc celui qui invoque le bien, le bon, qui a les bonnes énergies, qui fait les bonnes mixtures, les bons thés et tout ça, ça devient un mec à exclure. C’est le début du délitement de cette société, où les gens commencent à se dire : « on va dégager les maillons faibles du groupe pour que le groupe continue d’être viable ».

    Et c’est aussi important de voir un rôle dans lequel un comique d’origine asiatique ne joue pas l’asiatique de service.
    Bun Hay Mean : Ça fait tellement plaisir en fait. Et c’est un gros pari que tu as fait. Vraiment.
    Éric Judor : Et j’étais mal engagé puisqu’en termes de vannes sur les “noichs”, j’en ai fait une carrière.

    Le Super Chinois.
    Éric Judor : Mais tu ne m’en as jamais voulu ?
    Bun Hay Mean : On n’en a jamais parlé.

    J’aimerais bien qu’on règle ça ici, comme ça on crève l’abcès.
    Bun Hay Mean : Tu le fais mieux que mon père. Donc à un moment, j’ai cru que tu étais mon père.

    Comment tu expliques que tu peux rire à “Super Chinois” et pas à Michel Leeb ?
    Bun Hay Mean : Je n’avais pas le même âge. Quand tu es tout petit et que tu n’as pas le recul sur ça, tu te dis juste : “putain bordel, c’est comme ça qu’on me voit”.
    Éric Judor : Tu as une oreillette ? Il y a quelqu’un qui te parle ?
    Bun Hay Mean : Oui.
    Éric Judor : D’accord, c’est dicté quoi.
    Bun Hay Mean : C’est dicté par Mao !
    Éric Judor : Mais moi, Michel Leeb me faisait marrer. C’est horrible, mon père est renoi et tout, mais quand il faisait “ce ne sont pas mes narines, c’est mes lunettes”, c’est ultra raciste. C’est très moche ce que je vais dire, mais aujourd’hui on n’a plus le droit de rire de rien, mais c’est vrai. On s’autorisait des vannes, Les Nuls s’autorisaient des vannes sur les feujs, et Michel Leeb, qui n’est pas renoi, s’autorisait des vannes sur les renois, et sur les asiates et ces ambiances de Baygon jaune et tout ça… Mais on riait et on passait à autre chose, enfin je ne sais pas, personne ne le prenait : “tu attaques ma communauté, tu vas voir, ça, ça ne se fait pas : procès” ou alors, menaces, insultes Internet et tout ça. Les Internets n’existaient pas, déjà.

    Mais même l’humour d’Eric & Ramzy, c’est un humour qui était anti-raciste parce qu’il était ultra raciste.
    Éric Judor : Exactement.

    Quand on regarde « Halal Police d’Etat » c’est méga raciste.
    Éric Judor : C’est méga raciste.

    Même envers les extraterrestres c’est raciste.
    Éric Judor : On a reçu sur Internet des commentaires. Déjà, c’est écrit en vert. C’est étonnant. Incompréhensible. Je pense par exemple, qu’à un autre stade, à un autre niveau de comédie, Coluche qui « choppait » tous les travers de la société, tous les travers de tous et qui attaquait toutes les couches sociales… Mais je pense qu’aujourd’hui, le mec aurait beaucoup de mal avec son style. Il serait attaqué par toutes les associations de tout : par les keufs, par les rebeus, par les renois, par tout le monde…

    Quand Ramzy est parti en solo, il a fait « Hibou », qui est un film hyper touchant. Toi en réalisateur, tu as fait « Problemos » qui est…
    Éric Judor : Par touchant du tout.

    Qui est vraiment pour moi la comédie de l’année. Pourquoi est-ce que le cinéma d’Éric et Ramzy ne ressemble pas à ça ?
    Éric Judor : Écoute, on a fait La Tour de Contrôle Infernale. Je me souviens, quand je suis arrivé sur le plateau de Problemos, la moitié des acteurs disait que c’était de la merde ce que j’avais fait avant, La Tour de Contrôle, donc le film. Dont Bun.
    Bun Hay Mean : Je ne l’ai pas vu.

    C’est un grand « tar-ba ».
    Bun Hay Mean : Je ne l’ai pas vu, mais c’est de la merde.
    Éric Judor : Moi je trouve que c’est un des films les plus travaillés, les plus malins que j’ai faits. C’est incompréhensible.

    Juste le générique est fou.
    Éric Judor : C’est incompréhensible, et après tu ne luttes pas contre les goûts du public. Ils te disent “c’est de la merde” et bien voilà, mange ton caca. Mais, c’est vraiment pas un truc qu’on a écrit par dessus la jambe pour capitaliser sur un premier film qui avait cartonné en disant : “Ah on a une marque de fabrique, les gens vont foncer et à nous les thunes.”

    Tu sais que je ne t’ai lancé aucune de ces accusations, auxquelles tu réponds.
    Éric Judor : Non mais c’est ce qu’on a pensé, certainement. On est quand même une des seuls comédies qui, sur un site qui répertorie tous les films et qui met des étoiles, a le double d’étoiles en presse qu’en public. C’est-à-dire que la presse a encensé le film quand il est sorti et le public nous a fait un doigt. Et c’est le public qui a raison en vrai.

    Est-ce qu’il y aura un autre film Éric & Ramzy ?
    Éric Judor : Oui, j’espère. Mais moi je suis amoureux de Ramzy donc…

    Parce que lui il est sympa comme amant.
    Éric Judor : Ouais…
    Bun Hay Mean : Je sais que je ne suis qu’un remplaçant.
    Éric Judor : Mais quel remplaçant ! J’ai ramené Messi !

    Sérieusement, Platane ?
    Éric Judor : C’est en écriture.

    Mais qu’est-ce qu’il va t’arriver ?
    Éric Judor : Alors, j’étais parti sur un truc, et je vois Rock’n Roll (NDLR : le film de Guillaume Canet), et il y a carrément une idée que j’avais… C’est peut-être une coïncidence.

    « Rock’n Roll » de Guillaume Canet ?
    Éric Judor : Oui, pas de bol. Du coup je suis obligé d’écrire un autre truc.

    Ah merde.
    Éric Judor : C’est con. C’est relou. Alors je ne sais pas, il écoute à mes portes ou quoi ? Non, je déconne mais voilà, il faut que je bosse.

    Est-ce que tu as envie de refaire de la télévision ?
    Éric Judor : J’ai envie de faire un “late show”

    Moi j’aimerais bien que tu fasses ça.
    Éric Judor : C’est vrai tu veux ?

    Tu ne veux pas venir le faire sur Canal ?
    Éric Judor : Oui ok, lundi.

    Il n’y a pas moyen que je le produise ?
    Éric Judor : Le truc c’est que…

    C’est que tu veux un vrai producteur ?
    Éric Judor : Ma mère, moi elle m’a dit…
    Bun Hay Mean : C’est bien les trucs dans la forêt mais…
    Éric Judor : Comme il fait froid dehors et tout ça, j’aimerais vraiment le faire à l’intérieur. Ma mère m’a dit “c’est que dehors tout ça, ne le fais pas avec lui”. C’est en cours, c’est une idée qu’on travaille avec Bun.

    Il vient de l’apprendre.
    Éric Judor : Oui, il vient d’avoir la trad.

    Bun Hay, c’est quoi l’avenir pour toi ? Est-ce qu’il y a un nouveau spectacle ?
    Bun Hay Mean : Il y a un nouveau spectacle, et peut-être l’écriture aussi d’un film.

    Tu partirais sur ton long-métrage ?
    Bun Hay Mean : Pas moi en tant que réal, mais j’ai envie de raconter une histoire.

    Quel genre d’histoire ?
    Bun Hay Mean : Ça serait un road trip.

    Qui irait d’où à où ?
    Éric Judor : Ça partirait certainement de chez eux, pour venir chez nous, c’est ça j’imagine non ?
    Bun Hay Mean : Exactement.

    Avant que l’émission ne se termine, je voudrais vous redire d’aller voir « Problemos », c’est le film que j’ai préféré cette année, c’est la comédie qui m’a fait taper des barres de rire du début à la fin et on en a vraiment besoin en ce moment avec ce qui se passe dans le pays. 
    Éric Judor : Moi j’ai un conseil à donner pour l’émission : respectez les invités. De deux, table régie. On bosse la table régie, on propose des cacahuètes. Franchement, c’est la pire table régie de toutes les émissions de télé que j’ai fait. J’ai fait cinq fois Cauet, j’ai fait six fois Ardisson, je n’ai jamais vu…
    La loge, c’était un camion…
    Bun Hay Mean : C’était un camion !
    Éric Judor : Un camion Hertz !
    Bun Hay Mean : C’était un camion !
    Éric Judor : Il n’y avait même pas les clés, il y avait une fenêtre ouverte, et je caillais ma race. C’est normal ça ? Et c’est comme ça que tu veux faire un Late Show…

    Comme il est relou, est-ce que tu avais vu ce film autrichien dans lequel joue Éric ?
    Éric Judor : C’est mon oncle qui l’a réalisé et qui l’a écrit. Et je ne vais pas dénigrer ma famille. Mon oncle va tomber sur cette émission. Donc je passe un bonjour.
    Bun Hay Mean : À ton oncle.
    Éric Judor : Mon oncle le réalisateur. Le film s’appelle Der Atem Des Himmels. Voilà, on coupe ?

    Le Gros Journal CANAL+ Chinois Marrant

    Commentaires
    Newsletter