Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    « The March for our lives » : les jeunes américain.e.s se mobilisent face au problème des armes à feu

    Retenez bien cette date : le 24 mars 2018 a eu lieu a plus grande manifestation contre les armes de l’histoire des Etats-Unis. Ce jour là, Donald Trump jouait au golf. Les jeunes n'ont rien lâché au rythme des "never again". Né au lendemain de la tuerie de Parkland où 17 adolescents sont morts, "March for our lives" ("Marche pour nos vies") commence à faire bouger les lignes.

    Deux jours après cette manifestation inédite dans l’histoire des Etats-Unis, le monde retient un visage : celui d’Emma Gonzales, 18 ans, rescapée de la tuerie de Parkland (Floride) le 14 février dernier. Son visage est devenu celui de la révolte des jeunes américains contre les armes à feu. Samedi à Washington, devant un demi-million de personnes silencieuses, Emma a rendu hommage aux « dix-sept amis qui nous ont été arrachés ». Son discours a duré le temps de la tuerie – six minutes au rythme de « plus jamais ça« .

    Emma Gonzales, 18 ans, à Washington le 24 mars 2018

    Inédit : 1,5 millions de personnes à travers le pays

    Selon l’organisation Crowd Counting Consortium, cette journée anti-armes a rassemblé plus de 1,5 millions de personnes dans plusieurs centaines de villes, de Washington à Salt Lake City en passant par des petites bourgades du nord de la Géorgie. Point commun : seuls les jeunes ont pris la parole. La petite fille de Martin Luther King, Yolanda Renee King (9 ans) a confié son rêve sur scène : « j’ai fait un rêve dans lequel trop c’est trop. Il ne devrait pas y avoir d’armes dans ce monde ». 

    Yolanda Renee King lors de son discours « Enough is Enough » le 24 mars 2018.  

    La loi évolue doucement

    Depuis la tuerie du 14 février, le président américain a proposé une interdiction des « bump stocks », ces dispositifs permettant de tirer en rafale (utilisés à Parkland) – rien de plus. De son côté, la NRA, le puissant lobby des armes, manœuvre pour minimiser le mouvement, caricaturant les manifestations de samedi en « carnaval ». Malgré le silence politique, les jeunes obtiennent quelques victoires. En Floride, les « bumps stocks » sont désormais interdits et le relèvement de l’âge légal pour acheter une arme est passé de 18 à 21 ans.

    Pour rappel : les armes à feu font 30 000 victimes chaque année aux Etats-Unis.

    Seule réaction officielle, ce communiqué de la Maison Blanche publié sur Twitter:

    Le relais le plus fort se trouve du côté des artistes. Miley Cyrus, Kim Kardashian, Lady Gaga, Kanye West, Charlize Theron et George Clooney se sont mêlés à la foule. L’acteur et sa femme Amal ont même fait un don de 500 000 dollars au mouvement, tout comme Oprah Winfrey.

    Photo prise par @shannonrwatts sur Twitter 

    « Lors de la guerre du Vietnam, le mouvement de protestation est venu des jeunes. Ce sont les étudiants qui ont répandu ce bruit et fait en sorte qu’il ne s’arrête pas. Et c’est le même bruit que font ces lycéens de Floride aujourd’hui. » Bill Murray

    « March for our lives » inspire même. Bill Murray a pris la parole sur THINK NBC pour comparer ce mouvement à la vague de contestation contre la guerre du Vietnam. « Le mouvement de protestation est venu des jeunes. Ce sont les étudiants qui ont répandu ce bruit et fait en sorte qu’il ne s’arrête pas. Et c’est le même bruit que font ces lycéens de Floride aujourd’hui. »

    Bill Murray pour la promo de « L’Ile aux chiens » de Wes Anderson.

    Pour l’acteur de Broken Flowers, les étudiants ont une force de frappe inédite par rapport aux adultes et aux ONG traditionnelles : leur idéalisme n’a pas encore été souillé. « L’idéalisme est une voix qui est à l’intérieur de vous ; c’est votre conscience. Tout le monde l’a. Parfois, c’est juste un murmure mais, chez certaines personnes, c’est un cri. » « March for our lives » a eu un écho au-delà des États-Unis. Le pape François a lancé hier un appel aux jeunes du monde entier pour ne pas « qu’ils se taisent face à leurs ainés« .

    Image à la Une : Emma Gonzales

    Société Bill Murray emma gonzales

    Commentaires
    Pauline Baduel
    Journaliste
    Voir tous ses billets

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter