Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Latifa, le coeur du combat : Le film sur la mère du soldat tué par Mohamed Merah

    Le 11 mars 2012, 7 personnes sont tuées à Toulouse par Mohamed Merah. Parmi elles, 3 trois enfants scolarisés dans une école juive de la ville, un père de famille, ainsi que trois militaires dont Imad, fils de Latifa Ibn Ziaten. Quatre ans après la tuerie de Toulouse, les documentaristes Olivier Peyon et Cyril Brody ont décidé de réaliser un film appelé "Latifa, le coeur du combat", pour soutenir et diffuser son engagement associatif après la mort de son fils.

    Après ce drame personnel et national, Latifa a décidé de se battre pour que son fils ne soit pas mort en vain. Depuis trois ans, la franco-marocaine sillonne les routes de France pour aller à la rencontre de la jeunesse, des acteurs associatifs et des représentants institutionnels. Son but, ré-instaurer du lien au sein d’une société française qui a de nouveau fait face à la folie meurtrière des extrémistes en janvier et en novembre 2015.

    Des halls d’immeubles de la cité toulousaine de Mohamed Merah, aux salons des ministères, Latifa Ibn Ziaten s’est transformée en porte-parole d’une génération incomprise par la classe politique depuis de nombreuses années. Avec son association, qui porte le nom de son fils Imad, cette mère de quatre autres enfants entend bien responsabiliser les citoyens qu’elle rencontre pour les inciter à plus de tolérance.


    Très présente dans les lycées, Latifa met un point d’honneur à discuter avec la jeunesse. 

    Sensibles à son combat, les réalisateurs Olivier Peyon et Cyril Brody se sont engagés dans ce film pour propager le message de paix et d’ouverture de Latifa. Ils l’ont ainsi suivie dans tous ses déplacements pendant plusieurs mois. De Strasbourg à Épinay-sur-Seine en passant par le Maroc, les deux documentaristes ont pu plonger au coeur de son combat personnel. Pour lutter contre les dérives sectaires et extrémistes, elle met l’accent sur l’importance du dialogue et de l’écoute de l’autre.


    Jamel Debbouze est un des nombreux soutiens de Latifa.

    Ce vendredi 10 juin est un jour hautement symbolique pour toute l’équipe mobilisée autour de Latifa. La collecte de fonds nécessaire à la finalisation du long-métrage, destiné à être projeté en salles, prend fin aujourd’hui. L’argent récolté servira aussi à financer l’action sociale de l’association Imad.

    Société

    Commentaires
    Newsletter