Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    RCP avec Shakira

    SANTÉ : Comment Missy Elliott et Shakira peuvent vous sauver la vie

    Selon l’hôpital Presbyterian de New York, un arrêt cardiaque tue une personne toutes les 2 minutes dans le monde. Face à ce fléau, les médecins de l’institut ont trouvé ce qui est peut-être le meilleur moyen d’apprendre à sauver des vies… avec l’aide de la musique. C’est donc sur Spotify que cela se passe, avec une playlist de 39 titres, publiée cette semaine par l’hôpital dans le but d’enseigner la façon de secourir par la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), plus connue sous le nom de massage cardiaque.

    « Tous ces morceaux sont à 100 bpm – le bon beat pour pratiquer une RCP, annonce l’en-tête de la playlist. Choisissez-en unedont vous vous souviendrez au cas où vous devriez sauver une vie ».


    Campagne « Les gestes qui sauvent » initiée par le Ministère de l’intérieur français après les attentats de novembre 2015

    Pour pratiquer une RCP efficace sur une personne touchée par une crise cardiaque, deux éléments sont essentiels : exécuter des compressions sur le sternum à l’aide du talon de la main, et maintenir un rythme de pression de 100 battements par minute (bpm). Comme il est d’un peu moins de deux temps par seconde, ce battement peut être compliqué à reproduire (surtout pour ceux qui n’ont pas le sens du rythme). C’est là qu’intervient Shakira.

    Pour ouvrir la playlist, quoi de plus logique que l’évocateur « Staying Alive » des BeeGees ? Dans le même registre, on trouve aussi « I Will Survive » de Gloria Gaynor… En plus d’avoir de l’humour, les médecins ont fait en sorte que le leur initiative puisse toucher le plus grand nombre en intégrant à leur sélection des styles musicaux très éclectiques. Amateurs de hip-hop, référez-vous à Jay Z et Missy Elliott. Plutôt pop ? Shakira, Beyoncé, Madonna et Justin Timberlake sont dans la liste, tandis que les aficionados de rock trouveront The Doors, Pink Floyd ou Fall Out Boy.

    Ce n’est pas la première fois que les scientifiques démontrent le potentiel salvateur de la musique. En 2015, des chercheurs de l’université de Galveston (États-Unis), soulignaient que les chirurgiens qui ont l’habitude d’opérer en musique ont un geste plus précis que les autres. Mais ce n’est pas nouveau : en 1914 déjà, certains pratiquaient leurs opérations sur fond sonore pour se concentrer. Mais à l’époque, pas de streaming : la musique était diffusée via des phonographes placés dans les salles d’opération.

    Sciences Medecine Presbyterian Hôpital

    Commentaires
    Charlotte Vautier
    Journaliste
    Voir tous ses billets
    Newsletter