Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    LE SON DU JOUR de Yann Barthès : Charles Aznavour, « Tu t’laisses aller »

    Le Petit Journal du 22/09, avec Charles Aznavour :

     

    La version en duo avec Annie Cordy :

    « C’est drôle c’que t’es drôle à r’garder
    T’es là, t’attends, tu fais la tête
    Et moi j’ai envie d’rigoler
    C’est l’alcool qui monte en ma tête
    Tout l’alcool que j’ai pris ce soir
    Afin d’y puiser le courage
    De t’avouer que j’en ai marre
    De toi et de tes commérages
    De ton corps qui me laisse sage
    Et qui m’enlève tout espoir

    J’en ai assez faut bien qu’j’te l’dise
    Tu m’exaspères, tu m’tyrannises
    Je subis ton sale caractère
    Sans oser dire que t’exagères
    Oui t’exagères, tu l’sais maint’nant
    Parfois je voudrais t’étrangler
    Dieu que t’as changé en cinq ans
    Tu l’laisses aller, tu l’laisses aller

    Ah! Tu es belle à regarder
    Tes bas tombant sur tes chaussures
    Et ton vieux peignoir mal fermé
    Et tes bigoudis quelle allure
    Je me demande chaque jour
    Comment as-tu fait pour me plaire?
    Comment ai-je pu te faire la cour
    Et t’aliéner ma vie entière?
    Comme ça tu ressembles à ta mère
    Qu’a rien pour inspirer l’amour

    D’vant mes amis quelle catastrophe
    Tu m’contredis, tu m’apostrophes
    Avec ton venin et ta hargne
    Tu ferais battre des montagnes
    Ah! J’ai décroché le gros lot
    Le jour où je t’ai rencontrée
    Si tu t’taisais, ce s’rait trop beau
    Tu l’laisses aller, Tu l’laisses aller

    Tu es une brute et un tyran
    Tu n’as pas de cœur et pas d’âme
    Pourtant je pense bien souvent
    Que malgré tout tu es ma femme
    Si tu voulais faire un effort
    Tout pourrait reprendre sa place
    Pour maigrir, fais un peu de sport
    Arrange-toi devant ta glace
    Accroche un sourire à ta face
    Maquille ton cœur et ton corps

    Au lieu d’penser que j’te déteste
    Et de me fuir comme la peste
    Essaie de te montrer gentille
    Redeviens la petite fille
    Qui m’a donné tant de bonheur
    Et parfois comme par le passé
    J’aim’rais que tout contre mon cœur
    Tu l’laisses aller, tu l’laisses aller ».

    Musique Charles Aznavour Le son du jour

    Commentaires
    Newsletter