Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    LE SON DE L’ANNÉE : Mohamed Lamouri ft. Anais Commaret, « DONNE MOI TON 06 »

    "Charmante la menthe, la sorcière t'a jeté un sort"

    Mohamed Lamouri connaît bien Barbès : son métier, c’est de chanter dans le métro, sur la ligne 2 qui s’arrête à cette station du 18e arrondissement de Paris. Là, les discussions houleuse à propos de la gentrification déclenchées l’an dernier par l’ouverture de la Brasserie Barbès, ont changé, finalement, très peu de choses à l’ambiance du quartier. À la sortie du métro, entre ce nouveau bar trop chic pour le coin et le cinéma Le Louxor, devant les Tati ou aux abords des boutiques alignées sur le boulevard, celles où Haroun Potter débloque votre téléphone, les filles se créent un petit casque virtuel qui les rendent sourdes aux « charmante » et aux « très belle », plus ou moins insistants selon les jours.


    « DONNE-MOI TON 06 »

    Mêlées à la voix et au synthétiseur portatif de Mohamed Lamouri, alors qu’une dame aux griffes roses ensorcelle la caméra d’Anaïs Commaret, ces injonctions se changent en chanson d’amour teintée de désespoir (« Mademoiselle accompagne-moi ou meurs ») et la quête du numéro – « ton 06 est poésie éternelle » – se fait digne héritière d’Ombre Elle. Avec ce morceau, sorti en 2000, (« Oh, je voudrais être un fauteuil dans un salon de coiffure pour dame seulement, pour que fesses des belles âmes s’écrasent contre mon orgueil ») Gnawa Diffusion avait su rendre les salons de coiffure et les banals objets du quotidien plus gracieux qu’à-peu-près n’importe quoi. Ici, c’est pareil : qui eût cru qu’un jour « On sortira du métro pour aller au KFC château d’eau » sonnerait si juste, et si joli ?

    Revoir notre interview de Raïs M’Boli, avec Mohamed Lamouri :

    Musique Barbès Le son de l'année

    Commentaires
    Newsletter