Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Hommage à DJ Duke, aux origines du Hip Hop Français

    Architecte du Hip-Hop français, DJ Duke est parti vendredi 6 novembre, à 47 ans. Avec près de 30 ans de carrière, il a marqué le monde du rap à travers ses morceaux, son oreille aiguisée, sa passion pour la (bonne) musique, ses magnifiques collaborations et son engagement. Il l’a souvent répété, pour lui, « le rap français, c’est une histoire d’amis ». Hier avaient lieu ses obsèques. Aujourd’hui, ses proches et les nombreux artistes avec qui il a travaillé lui rendent hommage.

    Dans la musique, des amis, il en avait plein. Et pour cause : Dj Duke est là depuis le début. Dj, producteur et réalisateur, il a assisté et participé à l’essor du Hip Hop en France dès les années 90. C’était la grande époque des mixtapes de rap. Les cassettes s’échangeaient comme de précieux bijoux et de nouvelles formes musicales d’une richesse foisonnante émergeaient des banlieues de Marseille, Paris et Lyon. C’est dans ce contexte que DJ Duke sort sa toute première mixtape nommée Duke Flava avec 2Bal 2Neg, Assassin, Stomy Bugsy ou encore Passi.

    Mixtape « Duke Flave », 1997

    Et tout s’enchaîne : il sort le morceau « Les Lions Vivent Dans la Brousse » avec Cut Killer et Al qui connait rapidement un grand succès. Puis, très vite, et parce qu’il s’entend bien avec lui, Dj Duke commence à travailler avec Rockin’ Squat. Ils formeront le groupe mythique Assassin. Il devient alors, au même titre que les DJ Cut Killer, Dee Nasty ou DJ Pone, une figure centrale du Hip Hop en France.

    « Les Lions Vivent Dans La Brousse », 1998

    Le Hip Hop évolue, Dj Duke aussi. En 2003 il crée son propre label Street Trash Records dans l’idée de rester le plus indépendant et libre possible. « Je voulais faire des vinyles et des disques pour qu’ils existent et non pas forcément pour que ça marche » explique t-il en 2016 dans une interview donnée à The Backpackerz. La passion passait toujours avant le reste, pour lui :

    « Faire de la musique avec des gens que tu ne connais pas et que tu n’apprécies pas vraiment ça n’a aucun réel intérêt ». C’est certainement pour ça que toutes ses collaborations étaient aussi puissantes. En plus de sonner juste, elles sonnent vraies.

    « Time to Shine », 2016

    DJ Duke a toujours été curieux en musique. En France, il travaille avec Oxmo Puccino, Akhenaton, La Caution, Némir, Profesy, Youssoupha. Mais il ne s’arrête pas là. Il est l’un des premiers DJ Français à collaborer avec des rappeurs américains. Plusieurs relations musicales de confiance s’installent. Incognegro, Oh No, Sean Price, Keith Murray, Conway The Machine… La passion les lient, ils parlent le même langage.

    « American Warewolf », 2015

    Pour ses proches, Dj Duke se démarquait par son indépendance, la qualité de sa musique et sa bienveillance. Comme le rappellent les mots d’Oxmo Puccino, dans l’hommage qu’il lui a adressé sur Instagram :

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    À un ami 🖤

    Une publication partagée par oxmo puccino (@oxmopuccino) le

    Dans une interview, DJ Duke définissait sa relation avec Oxmo Puccino de cette manière : « Oxmo et moi c’est comme deux joueurs de pétanque qui se croisent de temps en temps. On se voit rarement, on bosse très peu ensemble parce qu’à part la musique on a plein de choses à se dire, mais on ne sait jamais… Il peut venir chez moi demain et enregistrer dix morceaux ».

    De leurs collaborations sont toujours né des morceaux magnifique. Si le plus connu est très certainement « Toucher L’Horizon », un autre mérite d’être écouté et réécouté tant sa qualité est grande, c’est « Papaëlla » :

    « Papaëlla », DJ Duke et Oxmo Puccino.

    L’un de ses grands amis, DJ Fab, a lui aussi écrit un texte. Nous le publions sur Clique :

    « Salut Duke,
    Avant de partir, t’as oublié de venir mixer dans mon émission tu sais… je dis ça, je dis rien. Comment te dire, grande perche, que ton travail de beatmaker restera à jamais gravé dans la roche ? Comme moi, tu avais le même goût prononcé pour tout ce qui n’était pas commercial. Quand on était là, tout les deux sur scène, ça sentait le Hip Hop à plein nez. Pour chacun, les platines étaient notre expression, notre langage : scratch beats and rhythm. Purée tu étais un bon. Un turntablist hors pair. Être passionné ça nous a fait tenir, ça nous a fait voyager, voir d’autres cultures. Sacré toi, mon Duke.
    Je me rappelle, après les concerts avec La Caution. On rigolait tous ensemble, à se vanner jusqu’à l’infini avant de s’endormir dans les bras de Morphée au petit matin. Comment veux-tu que ça ne me manque pas ? Tu as été rappelé, mais nous continuerons ton travail de passionné, sans te trahir, tel que tu étais. Ton pote et ami. DJ Fab. »

    Une pluie d’hommage est venu de nombreuses personnalités du Hip Hop français. Dj, producteurs, rappeurs, des journalistes, des amis… Le travail de Dj Duke a influencé le rap et il lui doit beaucoup. La mentalité Hip Hop il l’avait, sa musique en est le témoignage. Son travail, il le définissait comme ça :

    « Je suis un artiste libre ! Ça ne rapporte pas des millions mais ça permet d’être bien dans sa vie. L’équilibre dans la vie c’est bien ça le principal. L’oseille c’est bien, mais la passion passera toujours devant »

     

     

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    Quelle terrible nouvelle… On perd un frère aujourd’hui… Pas de mots…Plus de mots… Repose en paix mon frère @djdukeassassin Allah y rahmak

    Une publication partagée par La Caution (@la_caution) le

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    Triste 😡😡😞😞😞#ripdjduke

    Une publication partagée par CUT KILLER (@djcutkiller) le

     

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    Quelle terrible nouvelle… On perd un frère aujourd’hui… Pas de mots…Plus de mots… Repose en paix mon frère @djdukeassassin Allah y rahmak

    Une publication partagée par Nikkfurie De La Caution (@nikkfurieofficiel) le

    Repose en Paix.

    Musique DJ Duke

    Commentaires
    Charlotte Vautier
    Journaliste
    Voir tous ses billets
    Newsletter