Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    CLIQUE EXCLU – « Who run the world (Girls) » : Ibrahim Maalouf reprend Beyoncé

    Début septembre sortait « Red & Black Light », le dernier album du trompettiste et compositeur Ibrahim Maalouf. Parmi les huit titres qui composent le CD se trouve une reprise de la chanson « Who run the world (girls) » de Beyoncé. Pour l’occasion, Ibrahim Maalouf a fait appel à Hajiba Fahmy, danseuse française qui participe depuis 2013 à toutes les tournées de Beyoncé. Elle incarne dans le clip la dirigeante d’un groupe de résistance clandestin. En exclusivité pour Clique, l’artiste nous livre un clip engagé, faisant écho à l’actualité politique, notamment à la montée de l’extrême droite en France.

    Pourquoi avez-vous décidé de sortir votre clip aujourd’hui ?

    J’ai souhaité à la fois dénoncer l’imminence d’une crise sans précédent, et de montrer qu’il ne faut surtout pas baisser les bras. Si lors des régionales ou des prochaines élections, l’extrême droite était amenée à prendre le pouvoir de certaines régions, voire du pays, pour la première fois de son histoire le peuple français, vivant en République française, ferait délibérément le choix d’un parti radical, qui prône depuis toujours une supériorité ancestrale, une forme de privilège d’une supposée tradition française et de ses valeurs judéo-chrétiennes. Et ce, en dénigrant systématiquement la richesse d’une partie de son peuple, métisse et multiculturelle depuis des siècles.

    Quelle est l’idée et l’histoire de ce clip ?

    J’ai imaginé une hypothétique France d’extrême droite, où toutes les personnes jouissant d’une double nationalité, se voient devoir y renoncer (ce qui est au programme des partis d’extrême droite). Ces personnes refusent de le faire et tombent en situation irrégulière. Pour rester en France, ces populations dont je ferai partie, devront vivre dans la clandestinité.

    Ce clip poétique ne cherche pas la consensualité, ni à polémiquer et à faire le buzz en étant trash. Par le biais de la musique et de la danse, il montre une résistance douce dirigée par les femmes.

    Mes musiciens, ainsi que toute l’équipe ayant participé au clip (/ELSE et Mi’ster Productions) sont tous convaincus que dans une telle situation, l’humanité finit toujours par vaincre.

    Alors nous avons opté pour un clip humain.

    Musique Beyoncé Exclu Clique

    Commentaires
    Newsletter