Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    La grosse version du Gros Journal : Raphaël Pitti, médecin urgentiste

    Juste après la diffusion du Gros Journal, retrouvez en exclusivité la suite de l’interview en version longue sur Clique. Mouloud Achour, son invité et un gros +. Place, ce soir, à Raphaël Pitti, médecin urgentiste. Ancien membre de la marine, il est intervenu sur de nombreux terrains de guerre. Depuis 2012, il forme médecins, infirmiers, sages-femmes et casques blancs en Syrie. Il a participé à l’ouverture de trois centres de formation aux frontières turque, libanaise et jordanienne et tire la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire du pays. Face au massacre en cours à Alep, il appelle à un sursaut de la communauté internationale et dénonce l’action de la Russie.


     

    Mouloud Achour : Bonjour !
    Raphaël Pitti : Bonjour !

    Pouvez-vous expliquer pourquoi est-on là ?
    Beaucoup viennent visiter le musée de l’armée mais les Invalides sont d’abord et surtout un hôpital qui continue à recevoir des blessés qui viennent de tous les théâtres d’opération où intervient l’armée française.

    Vous êtes médecin.
    Je suis médecin et ancien médecin militaire. Le fait d’être là me touche beaucoup.

    Vous étiez médecin à Metz, vous vous êtes engagés dans l’humanitaire et vous êtes allés en Syrie. Est-ce que vous pouvez nous raconter ?
    Un matin, j’étais dans ma voiture et j’écoutais France Culture. J’ai entendu l’interview d’un médecin-urgentiste franco-syrien qui expliquait que les hôpitaux en Syrie étaient des cibles et que les médecins étaient tués, arrêtés, torturés. Le fait de savoir que les médecins étaient condamnés alors qu’ils faisaient leur travail, qu’ils suivaient leur éthique et qu’on pouvait les prendre pour cible, m’a semblé insupportable. J’ai pris contact avec eux et je leur ai demandé d’aller en Syrie. Je voulais voir ce qu’il se passait. Je suis parti en 2012.

    Et qu’avez-vous vu en Syrie ?
    Dans un premier temps, je travaillais dans un petit hôpital situé à Dana, à 40 km à l’Ouest d’Alep. D’un seul coup, j’ai entendu le vrombissement d’un moteur, je me suis jeté par terre au pied de mon lit. Tout a volé en éclat, l’hôpital a été bombardé, il était inutilisable. Nous avons soigné et évacué tous nos blessés. Et avec nos collègues nous sommes tous partis.

    Quand on décide d’être médecin urgentiste, d’aller sur le terrain pour faire de l’humanitaire et qu’on sait que les hôpitaux sont bombardés…Qu’est-ce qui vous pousse à y aller ?
    J’essaye simplement de suivre ce que je ressens. Peut-être que je dois dire que je suis très croyant. Donc quelque part, je fais ce que ma conscience me dicte. Il en va de mon humanité. Et c’est ce que je fais spontanément.

    Pouvez-vous me parler de l’État islamique ? Pour nous, c’est quelque chose qui nous a frappé à plusieurs reprises. On n’arrive plus à comprendre les tenants et les aboutissements de cette histoire.
    Parce que nous avons laissé faire tout simplement. Au départ, la France en particulier, mais aussi d’autres pays occidentaux, ont soutenu cette révolution pacifique. Nous étions tous persuadés qu’en six mois, Assad allait partir, qu’il n’y avait pas de problèmes etc. Et donc nous avons soutenu. En fin de compte, quand on s’est rendu compte que ça allait durer et que ça allait nous coûter de l’argent, on a réuni « Les Amis de la Syrie », qui comprenaient l’Arabie saoudite et le Qatar, deux pays islamistes, deux pays salafistes…Tout le monde le sait et on leur a demandé de financer cette révolution. Evidemment, on ne pouvait pas attendre que le Qatar ou l’Arabie saoudite aille financer l’Armée syrienne libre. Ils ont financé les groupes islamistes. C’est ce que l’on voit avec Al-Nosra ou avec d’autres groupes financés par ces pays-là. On est face à une situation que nous avons créé d’une certaine manière. Quant à Daech, tout le monde sait que c’est une émanation d’Assad.

    Vous qui avez connu la guerre en Syrie, qui l’avez vu de vos yeux, pensez-vous que nous sommes en guerre, en France ?
    Ah non pas du tout, nous ne sommes pas en guerre en France. On voudrait nous le faire croire mais c’est faux. Il est effectivement nécessaire de se préparer à des éventuels attentats, ça c’est évident. Il est très important – et c’est ce qu’a fait le gouvernement – de décréter la nécessité pour tous les Français de se préparer aux gestes qui sauvent. Pourquoi ? Parce que 50% des victimes meurent d’hémorragie ou d’asphyxies dans les premières minutes.

    Pouvez-vous montrer ici quelques gestes qui sauvent ?
    C’est la mise en place d’un garrot. Avec une cravate, je peux simplement arrêter une hémorragie. C’est une mise en position de quelqu’un qui est en train de mourir asphyxié par son sang, c’est une mise en position latérale de sécurité, etc. Ce sont des gestes extrêmement faciles à faire. Mais ce sont des gestes qui sauvent.

    Comment ça se passe quand on sait qu’on a réussi à sauver une vie ? Est-ce qu’on passe tout de suite à la prochaine quand on est dans une guerre comme en Syrie ?
    Oui, bien entendu. Le problème essentiel, c’est  que dans ces situations, vous ne pouvez pas sauvez tout le monde. Ça il faut bien le comprendre. Vous allez essayer de sauver le plus grand nombre. Et c’est peut-être là que se situe la difficulté : choisir le malade que vous allez sauver.

    Et quand on n’arrive pas à sauver quelqu’un ? Est-ce qu’on l’a sur la conscience ou pas ?
    Je dois dire que oui. Vous l’avez sur la conscience très longtemps. À Djibouti, pendant un attentat, j’étais seul avec un chirurgien et il y a une petite fille qui avait une plaie du cou avec une artère carotidienne. Le chirurgien m’a dit que ça allait être compliqué pour lui, vu le nombre de victimes à soigner, car il fallait faire une thoracotomie – c’est-à-dire ouvrir le thorax – pour atteindre cette artère. J’ai donc laissé mourir l’enfant alors qu’elle était consciente et qu’il y avait un jeune marin qui lui comprimait sa carotide. Je dois dire que cette enfant est là avec moi. Je me demande si nous n’aurions pas dû essayer quand même.

    Avez-vous le sommeil tranquille ?
    En vérité, non. Je porte un peu tout ce que j’ai vécu toutes ces années. Je n’ai pas le sommeil tranquille mais ça ne m’empêche pas de continuer à m’engager.

    Vous dites qu’attaquer un hôpital est un crime de guerre.
    Tuer des médecins et du personnel soignant aussi.

    Vous dites même que c’est un crime contre l’humanité.
    C’est un crime contre l’humanité. Détruire un hôpital, tuer des médecins, c’est aller plus loin que vouloir gagner une guerre. C’est vouloir en même temps la souffrance des autres. Et la souffrance, non pas des combattants, mais des populations innocentes prises au piège d’une guerre. C’est en ce sens que c’est un crime contre l’humanité. Il y avait dix hôpitaux. Tous clandestins. Parce qu’ils étaient ciblés. Il n’en reste plus cinq. Aujourd’hui, dans la ville d’Alep, il n’y a plus de chirurgiens vasculaires. On ne fait qu’amputer. Les gens ne veulent plus aller à l’hôpital parce qu’ils savent que les hôpitaux sont des cibles. Ils n’ont pratiquement plus de médicaments. Sur la zone d’Alep, il y a 120 casques blancs pour 300 00 personnes. Les bombardements sont quotidiens. Il y a donc des endroits qui ne sont pas déblayés. Ça veut donc dire qu’il y a donc des gens qui meurent vivants sous les décombres. C’est ce qu’il se passe à Alep, à l’instant où nous sommes en train de parler. Ce qui veut dire qu’à Alep, dans deux à trois semaines, ils vont manquer de tout. Les secouristes n’auront plus de gasoil pour utiliser les machines, pour le déblaiement. Les ambulances n’auront plus de gasoil non plus pour se déplacer. Ils n’auront plus de gasoil pour les groupes électrogènes. Il n’y aura plus suffisamment de vivres. On est en train de tuer toute une population devant le cynisme des Russes et d’Assad, devant le silence hypocrite du monde occidental d’une certaine manière, et surtout des pays arabes.

    Cette émission touche à sa fin. Votre témoignage était important parce que c’est celui d’un médecin qui était là-bas pour sauver des vies. On n’était pas dans une démarche politique ou dans une ressasse perpétuelle de l’actualité. Merci beaucoup d’être venu au Gros Journal.
    C’est moi. Merci beaucoup.

    On ne s’intéresse pas à l’actualité mais au monde actuel. Et vous êtes un acteur important du monde actuel. Merci beaucoup.

    Le Gros Journal CANAL+ Syrie

    Commentaires
    Newsletter