Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Clique x Future

    Entretien exclusif avec Future, le seul qu’il ait accordé en France.

    Nayvadius DeMun Wilburn de son vrai nom, ou plutôt « Future » est né dans une banlieue d’Atlanta en Georgie. Son dernier album, sorti en juillet 2015, est arrivé en tête du classement Billboard 200. De passage à Londres, Clique a rencontré le rappeur, en exclusivité. L’occasion de revenir sur son succès, de parler réseaux sociaux, et de ses prochaines créations…

    Mouloud : Tu as grandi dans un studio, avec Dungeon…

    Future : J’ai grandi dans un fumoir de crack, avec des junkies.

    Mouloud : Tu es né en 1983, à Atlanta…

    Future : Je suis né dans le crack en 1983.

    Mouloud : Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petit ?

    Future : Comme tous les mômes.. je voulais être docteur.. je me rappelle avoir voulu devenir ingénieur… architecte… […] Tu dois vivre tes propres expériences et apprendre des erreurs des autres pour ne pas les reproduire..

    Mouloud : J’ai l’impression que tu utilises toujours un double langage. Quand tu montres comment les gens peuvent imaginer la vie d’un rappeur, je sens beaucoup de douleur.

    Future : Toujours. Parce que je pense qu’il y a toujours deux versions de l’histoire. Tu veux donner aux gens le bon, et le moins bon. Tu veux donner aux gens le choix. « Know the Meaning » est un des sons qui ont plusieurs sens.

    Mouloud : Quand tu parles de ce que les gens appellent le succès, pour toi, c’est une vision erronée du succès. Et c’est très malin de ta part.

    Futur : Parce que je sais que les gens ne voient pas tout de suite la réalité. Il y a tellement de superficialité, dans les réseaux sociaux. Dans les réseaux sociaux, tu me vois en tenue de soirée, ou aux concerts. Mais tu ne me vois pas en coulisses, tu ne me vois pas… avec des problèmes de micro, tu ne me vois pas… les techniciens monter la scène, démonter la scène. Tu ne vois pas toute la préparation qui accompagne le spectacle. Tu ne vois pas le moment avant d’arriver au concert, quand je dors, quand je sors de l’aéroport…

    Est-ce que j’ai eu une embrouille ? Est-ce qu’il vient de se passer un truc dans ma vie privée ? Je dois monter sur scène et sourire aux fans, qui ne savent rien de ce que je vis. Il faut découvrir ce qui se passe.

    Tu as beaucoup à gagner en vivant la vie que tu veux. Quand tu vivras la vie que tu veux, tu seras plus heureux, tu auras plus d’énergie au réveil, tu seras content de certaines choses. Ce qui te rendait fou ne te touchera plus. Tu ne te laisseras plus atteindre par d’autres choses. Tu découvres ce qui te convient.

    Tu fais un truc qui te fera du bien. De la chirurgie esthétique, prendre de la drogue, si tu as l’impression que ta vie sera meilleure, fais-le, c’est ta vie. Les gens doivent pouvoir vivre comme ils l’entendent. C’est ce qui rendra le monde meilleur. Plutôt que gens qui en copient d’autres parce qu’ils l’ont fait, qui en tuent d’autres pour faire plaisir à quelqu’un. Ils n’en ont peut être pas envie mais ils l’ont fait parce que c’était la chose à faire à ce moment-là.

    Beaucoup de gens seront perdus et feront des choses qu’ils ne supporteront pas parce qu’ils n’étaient pas préparés. Les autres étaient préparés pour ce qui allait se passer. Comme les gangsters. Ils ont toujours connu ça, ils vivent comme ça depuis toujours. C’est une habitude, ils s’en fichent, ils n’ont pas de sentiments. Toi, tu fais un truc dont tu penses te relever. Mais tu pleures, tu gémis comme un bébé. C’est dingue comme les trucs peuvent arriver, les situations se retourner.

    Même pour moi. Je me sens super à l’aise, je suis assis là, tranquille dans mon fauteuil, je fais une interview avec toi dans un super studio à Londres. Je viens d’Atlanta. Être ici, c’est une super bénédiction. Je ne tiens pas ces moments pour acquis, ni ces interviews. Je n’apprécie pas toujours ce que je fais mais ça fait partie du boulot. Je ne tiens pas ces moments pour acquis, ni ces interviews. Je n’apprécie pas toujours ce que je fais mais ça fait partie du boulot. Il faut le faire. On fait des compromis avec son équipe.

    Mouloud : Faisons l’opposé d’une interview et discutons. Je déteste les interviews.

    Future : La façon dont on discute, là, avec moi qui parle, c’est ce que je veux faire.

    Mouloud : C’est dur pour un artiste, aux États-Unis, de parler aux médias, parce qu’ils font du forcing et parlent de tout sauf de musique. Ils ne parlent jamais de leur musique. Toi, tout ce que tu dis est dans tes paroles. Tu es l’artiste le plus productif, cette année. Tu as fait trois mixtapes, un album…

    Je crois que tu as un truc sur le feu que tu vas sortir cette année. Et personne ne parle de toi et de ta putain de musique. Comment tu l’expliques ? Comment tu gères ça ?

    Future : Je ne le gère pas. Comme je l’ai dit, je gère ce que je supporte, ce que je contrôle, ce que je peux changer. S’il y a un truc que je ne peux pas contrôler, je ne le gère pas. Je ne gère pas les réseaux sociaux, je ne peux pas contrôler ce qui se passe sur Internet, les réactions des gens sur les propos, je ne peux pas contrôler les sites où ils postent des trucs.

    Si je ne peux pas le contrôler, je ne m’en occupe pas. Je ne gère pas les problèmes que je ne peux pas contrôler. Si je ne peux pas contrôler quelque chose en ma possession, si je ne peux pas avoir de contrôle sur quelque chose… Si j’ai une douleur que je peux soigner, j’en parle, sinon j’en parle pas.

    […] Les gens compliquent les choses. Je ne me complique pas la vie, je suis un entrepreneur, je fais ce que je veux parce que je suis pop.

    Mouloud : Est-ce qu’être artiste permet de fuir tous les problèmes ? Ou est-ce que ça t’en a rajouté ?

    Future : Ce n’est pas une façon de fuir les problèmes. Ils arrivent, il faut gérer […].

    Mouloud : Tu me dis que tu as grandi dans une fumerie de crack, tu as vécu la vie que tu as vécu, tu as connu le succès…

    Future : Ma mère a toujours réussi à me faire vivre au mieux, peu importe la situation dans laquelle j’étais. Elle m’aidait à vivre mieux. C’est la seule chose à faire.

    Mouloud : Est-ce que c’est vrai qu’elle était d’astreinte pour le 911 ?

    Future : Oui, ma mère travaillait au 911. Elle travaillait tout le temps. Je devais rester chez ma tante. Ma tante ne prend plus de drogue, Dieu merci. Elle est clean depuis un certain temps. Mais avant, elle me frappait. Je ne savais pas ce qu’elle faisait parce qu’elle m’obligeait à rester au lit. J’ai toujours grandi sans juger les gens pour ce qu’ils disent. J’ai grandi comme les autres, j’ai dit non à la drogue.

    Je vis dans une maison où les gens ont eu des activités illicites mais je suis contre la drogue. Je ne suis pas allé à l’école. Si un truc se passait devant chez moi, je savais qu’il ne fallait rien dire, c’était mon environnement […].

    C’est ma façon de vivre, c’est mon histoire. Elle est normale. L’important, c’est comment tu affrontes les choses, comment tu les gères. Si je n’avais pas donné le meilleur de moi-même, je n’en serais peut-être pas là. J’aime pas regarder mon environnement et me dire que je pourrais être comme ces gens-là. Je me dis que c’est une expérience avec laquelle j’ai grandi et je fais attention à rester motivé. J’avais des rêves différents de ce que je voyais […].

    Ce que je vis, ma façon de vivre, j’ai voulu le vivre comme ça. Ce n’est pas parce que ma famille vivait comme ça. J’ai voulu créer mon propre environnement, j’ai créé ma voie, ma réussite. Ma réussite ce n’est pas la plus grande, mais tant qu’on réussit, c’est cool. Tu rencontres des obstacles, tu commets des erreurs, mais la plupart du temps, tu arrives à les surmonter.

    Mouloud : comme on dit, Inch’Allah, c’est le début du succès.

    Future : c’est toujours un départ, un nouveau départ. 2016… Peu importe ce qui est arrivé en 2015, si ça ne t’a pas atteint, c’est qu’il faut que tu avances. En 2016, tu peux être quelqu’un de différent, changer de vie. Tu peux oublier qui tu étais en 2015.

    Mouloud : Alors qu’est-ce que sera Future en 2016 ?

    Futuer : En 2016, je vais me concentrer sur l’amélioration de la vie de mon entourage. Faire plus attention à ma famille, je vais lui consacrer plus de temps. Au début, je ne voulais pas que ma famille dise qu’elle était ma famille, je ne voulais pas susciter de réactions négatives par rapport à ce que je vivais, qu’ils se battent si on parlait mal de moi. Si on ne sait pas que tu es mon cousin, ma sœur, mon frère, c’est plus facile pour toi d’aller bosser.

    Mouloud : Dans la musique Trap, ils ont tous utilisé les mêmes rythmes, et à chaque fois que tu arrivais avec un nouveau style, tu trouvais de nouveaux rythmes et de nouvelles métriques.

    Future : Je suis un pionnier et je lance la mode. Je ne peux pas travailler sans donner le ton, je dois imposer une tendance.

    Mouloud : Mais comment te viennent ces idées, cette technique ?

    Future : Comprends que c’est Dieu qui m’a mis dans cette position. Ça ne s’est pas fait par hasard. Je garde le cap, sans me préoccuper des autres. […]

    Je vais juste de l’avant. Je vais toujours de l’avant et pense à la prochaine étape, aux prochains points à marquer, aux nouveaux concepts. Je ne m’inspire pas des concepts qu’un autre artiste a pu avoir, ce n’est pas ce que je fais. C’est ma manière d’appréhender les choses, même si peux aimer ce qu’ils font, je ne vais pas le faire de la même façon. Je ne le fais pas, c’est tout. Je suis assez bon pour me débrouiller tout seul… comme Jésus quoi ! […]

    Mouloud : Est-ce que tu es croyant ?

    Future : Je suis très croyant.

    Mouloud : Tu as l’air de te senti bien ici, en Europe ?

    Future : C’est ici que tout a commencé, la dernière fois, quand j’ai envoyé « Monster ». Ça a commencé ici. La course. La course folle, elle a commencé à Londres. Je n’ai encore rien sorti pour 2016, et je recommence maintenant, là où tout a commencé, avec « Monster ». Quand j’ai été interviewé pour « Monster », personne ne savait que j’allais lancer « Monster ». Là, on est en interview, mais tu sais ce que je suis sur le pont de lancer ? Je ne dis rien à personne sur les projets que je vais lancer. Je ne te dis rien, je vais juste le prouver. Donc, sache simplement que , quand je vais à Londres et que je repars, c’est un raz-de-marée. […]

    Je suis fou, les gens doivent penser que je suis drogué pendant les interviews. Quand j’ai fait « Monster », j’étais sobre, mais tout le monde pensait : « Il était drogué ! C’est pas possible ! » Je n’étais pas drogué et je ne suis pas drogué maintenant. Il n’y a rien à Londres. Je n’en trouve pas, désolé, mais je ne trouve pas les drogues que j’aime. Et celles que j’aime sont vraiment mauvaises.

    Mouloud : Je ne crois pas qu’il soit possible d’être aussi créatif et productif quand on prend de la drogue.

    Future : Ce n’est pas possible pour certains. Ça dépend, je n’en ai pas besoin tout le temps. Je ne suis pas vraiment accro. Ma musique transmet peut-être cette image. […]

    Mouloud : Mais tu dis souvent que Future est le mauvais garçon que tout le monde voudrait avoir.

    Future : Oui, ils adorent ça. Je suis comme El Chapo. […]

    Mouloud : C’est très difficile de trouver le grand amour.

    Future : C’est dur n’est-ce pas ?!

    Mouloud : C’est pour ça qu’on cherche.

    Future : On continue de chercher le grand amour, il n’y a pas de grand amour ! Il y a de vrais posts Instagram. Pour te rendre beau. Mais je ne veux pas qu’on m’aime sur instagram, je veux qu’on même loin des caméras. Mais maintenant je n’y pense même pas. Je suis l’Amour. Donc je n’ai pas à me préoccuper que quelqu’un m’aime. […]

    Mouloud : Et tu penses qu’on peut faire quelque chose sur les armes à feu aux États-Unis ? C’est dans la culture…

    Futur : Qu’on arrête de les vendre. Mais je ne peux pas m’exprimer sur quelque chose que je ne peux pas changer.

    Musique Future Passion Conversation

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter