Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Benedict Cumberbatch refusera des rôles si les actrices avec qui il joue sont moins payées

    L’acteur britannique Benedict Cumberbatch (Docteur Strange, Sherlock Holmes) a décidé qu’il ne s’investirait désormais que dans des projets où ses partenaires féminines sont payées autant que lui. De quoi ouvrir la voie et montrer l’exemple dans le monde du cinéma où les inégalités salariales ont la vie dure.

    « Regardez les pourcentages puis demandez aux femmes combien elles vont toucher. Et dites : “Si elle n’est pas payée autant que les hommes, je ne le fais pas ».

    Dans une interview au magazine Radio Times parue ce dimanche 13 mai, l’acteur britannique a annoncé que désormais, il refuserait les rôles qu’on lui propose si son ou ses homologues féminines ne sont pas aussi bien payées que lui. Et d’ajouter que sa société de production SunnyMarch ne produira elle aussi que des projets où l’égalité des salaires est respectée. Une prise de position forte de la part de l’acteur d’Avengers Infinity Wars : « Notre prochain projet est une histoire de femmes et offre un regard féminin sur la maternité. Si c’est centré autour de mon nom pour attirer les investisseurs, nous pourrons alors utiliser cette attention médiatique pour une série de projets féminins. »

    Ce qui semble relever du simple bon sens est loin d’être commun dans l’industrie du divertissement…

    • À rôles égaux, salaires inégaux

    La disparité entre les salaires des acteurs et actrices à Hollywood n’est pas une révélation. Le classement des acteurs les mieux payés au monde, publié par le magazine Forbes, le montre systématiquement, chaque année. En 2017, Emma Stone, l’actrice la mieux payée au monde, ne serait arrivée qu’en 15ème position si le classement avait été mixte. D’autre part, cette disparité tient au fait que les rôles féminins d’importance restent en sous-nombre par rapport aux personnages masculins. En 2014 par exemple, seuls 12% des rôles principaux étaient attribués à des femmes.

    Mais hormis Forbes, les chiffres sont rares et aucune étude sérieuse n’est disponible. Récemment, de nombreuses productions ont été accusées de ne pas payer autant leurs actrices que leurs acteurs. Ainsi, l’actrice principale de la série britannique The Crown, Claire Foy, a été payée 11 000 euros de moins par épisode que son partenaire Matt Smith. Claire Foy joue pourtant le rôle principal, celui de la Reine d’Angleterre, Elizabeth II…

    The crown

    Claire Foy dans la série « The Crown ».

    Même cas de figure pour l’actrice de Westworld, Evan Rachel Wood. Moins bien payée que ses collègues, elle devra attendre la saison 3 de la série pour toucher un salaire équivalent à ceux d’Ed Harris ou Anthony Hopkins, alors que son personnage est plus présent à l’écran que les leurs.

    • Time’s Up : le changement est en marche

    Mais ces derniers mois, à la faveur de l’élan de rébellion créé par l’affaire Weinstein, les langues se délient. Début janvier, la presse américaine a révélé que l’actrice Michelle Williams avait perçu 1 000 dollars pour retourner des scènes du film Tout l’argent du monde, quand son partenaire de jeu, Mark Wahlberg, avait été payé 1,5 million de dollars. L’acteur a fini par s’engager publiquement à verser l’intégralité de ce cachet au fonds de défense juridique de la nouvelle association Time’s Up, pour aider les victimes de harcèlement sexuel.

    Les femmes, elles, ont décidé de prendre les choses en mains. Ce samedi 12 mai, pas moins de 82 actrices, cinéastes, réalisatrices, monteuses ou productrices ont monté les marches du Festival de Cannes pour protester contre les inégalités, notamment salariales, dans le monde du cinéma. Une montée des marches symbolique à l’initiative du collectif français 50/50 en 2020 contre les inégalités dans le 7e Art et de Time’s Up.

    la-montee-des-marches-des-femmes-au-festival-de-cannes-2018

    Cate Blanchett et Agnès Varda prononcent un discours à propos de l’inégalité homme/femme dans le cinéma avec 80 femmes primées depuis la création du Festival de Cannes, le 12 mai 2018 © Stephane Cardinale / Getty Images

    « Nous mettons au défi nos gouvernements et nos pouvoirs publics d’appliquer les lois sur l’égalité salariale », a déclaré la réalisatrice française Agnès Varda aux côtés de la présidente du jury Cate Blanchett. « Les femmes ne sont pas minoritaires dans le monde, et pourtant, notre industrie dit le contraire ».

    Et de terminer, poing levé : « Allons-y ! Let’s climb ! »

    Texte : Doria Laib

    Image à la une : Benedict Cumberbatch

    Arts Benedict Cumberbatch Cinéma

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter