Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Une nouvelle technologie qui détecte les émotions les plus cachées

    Emotient, Affectiva et Eyerus sont des start-ups américaines d’un nouveau genre : elles établissent des bases de données d’émotions humaines à l’aide de la reconnaissance faciale. Elles ont produit des logiciels qui, grâce à une caméra et un algorithme, parviennent à déceler les micro-expressions des gens et à déterminer ce qu’ils ressentent. En somme, même si vous dissimulez votre peine derrière un grand sourire, une caméra de ce type saura déterminer qu’en fait, vous êtes infiniment triste.

    Ces entreprises prolongent le travail de l’éminent psychologue Paul Ekman, selon lequel nos expressions faciales sont universelles. Dans les années 70, Paul Ekman (qui a aujourd’hui 80 ans) a établi un catalogue de plus de 5000 expressions faciales et leurs correspondances émotionnelles. Colère, aigreur ou joie intense : selon lui, lorsque nous ressentons une émotion particulière, nous bougeons tous notre visage de la même manière.

    Les start-ups américaines en question ont donc établi une base de données d’expressions à partir de plusieurs centaines de milliers de vidéos, et comparent les visages qu’elles filment à leurs « archives d’émotions » (sur son site internet, Affectiva affirme avoir scanné les expressions de plus de 2,5 millions de personnes, sur plus de 75 pays différents).

    ekmanPaul Ekman © Wall Street Journal

    Le Wall Street Journal, qui consacre un long article au sujet, note que cette technologie pourrait éventuellement sauver des vies. « Les caméras pourraient sentir lorsqu’un chauffeur est épuisé et pourraient l’empêcher de s’endormir au volant », précise-t-il. Postées dans une salle de classes, elle pourraient aussi déterminer si les élèves sont attentifs. À l’hôpital, elle pourraient servir à mesurer le niveau de douleur des enfants qui viennent de subir une opération.

    Cette technologie pourrait être généralisée dans les années qui viennent. Elle a déjà été testée par Honda et Coca-Cola, qui l’utilisent pour scruter les réactions des consommateurs face à leurs produits. En mai dernier, relevait alors le site TechCrunch, Emotient a levé 6 millions de dollars et s’est rapprochée de Google pour inclure sa technologie sur les Google Glass.

    Mais comme toujours avec ce nouveau type d’inventions, vient la question de la vie privée. À ce propos, Paul Ekman confie au WSJ qu’il a très peur d’avoir « créé un monstre » : plus cette technologie sera au point, plus elle sera capable d’affiner sa perception de nos émotions. Elle sera donc capable de révéler ce que ressentent les personnes … sans avoir demandé, évidemment, leur autorisation préalable… et les robots sauront alors déceler quand on leur ment ! Noooooooon !

    Sciences Émotions Reconnaissance Faciale

    Commentaires
    Newsletter