Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Une méthode pour rendre le virus du SIDA inoffensif ?

    Verra-t-on naître un jour une barrière réellement efficace contre le VIH (le virus de l’immunodéficience humaine) ? Une étude, publiée le 18 février par la revue Nature, nous apporte un supplément d’espoir. Lorsqu’un vaccin conventionnel est administré, on inocule un virus affaibli dans le corps et les anticorps présents dans l’organisme s’entraînent à le combattre. Dans le cas du virus responsable du SIDA, c’est un casse-tête : comme il change régulièrement de forme, n’importe quel vaccin devient rapidement obsolète.

    Une expérience mise en place par des chercheurs du Scripps Research Institute, un centre de recherche basé en Floride, a pris à rebours le principe même du vaccin. Elle n’a pas provoqué une réponse immunitaire du corps, au contraire : les chercheurs ont développé une substance injectée par voie veineuse, qui fait en sorte que l’organisme ne s’emploie pas à tuer le virus, mais à le « leurrer » pour que le VIH devienne incapable de l’agresser.

    La méthode a d’abord été testée sur des souris, puis sur des singes (seulement quatre). Bingo : leur corps est parvenu à bloquer le virus. Exposés à haute dose au au VIH, les animaux en étaient toujours protégés 34 semaines après qu’on leur ait administré ce « vaccin » (qui, s’il a l’effet recherché, n’en est techniquement pas vraiment un). L’avancée est intéressante, mais « pour autant », précise Paul Benkimoun, journaliste au Monde, dans un article qui détaille l’expérience et ses limites, « des questions essentielles comme celles de la transposition à l’homme et de la toxicité possible restent entièrement en suspens ».

     

    Sciences Recherche Sida

    Commentaires
    Newsletter