Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L’ananas pourrait mettre une tannée à l’industrie du cuir !

    Oubliez le cuir animal, voici le cuir de fruit.
    Le Piñatex est un textile similaire au cuir, mais issu des feuilles d’ananas.
    La designer et entrepreneur espagnole Carmen Hijosa l’a découvert dans les années 90, alors qu’elle travaillait aux Philippines.

    Interpellée par un vêtement traditionnel local conçu à partir de fibres d’ananas, le Barong Tagalog, Carmen Hijosa a développé le concept et l’a décliné en sacs, en chaussures, protections pour iPad et même en revêtement de voiture. C’est ainsi qu’est née la marque Piñatex, lancée via son entreprise Ananas Amas.

    Goods made from leather-alternative Pinatex, designed by Carmen Hijosa

    En pratique, le textile Piñatex (de Piña, qui signifie ananas en espagnol) est fait à partir de feuilles d’ananas dont sont extraites les fibres. Celles-ci sont ensuite soumises à un traitement industriel et assemblées en textile. Le résultat a l’aspect de la toile, mais il peut être aisément traité et teint pour obtenir l’aspect du cuir animal.

    pinatex

    Aussi robuste que ce dernier, il est aussi moins cher (environ 23 euros le mètre carré, au lieu de 25 minimum pour le cuir animal) et plus écologique. Interrogée par le Guardian, la designer précise que le processus de fabrication est respectueux de l’environnement : puisque qu’il s’agit d’un sous-produit de la culture de l’ananas, la production de Piñatex se greffe sur les cultures déjà existantes, sans nécessiter leur extension.

    L’initiative se veut aussi solidaire. Sur son site, Carmen Hijosa précise que la biomasse restante, qui peut être convertie en biogaz ou en engrais bio, est une source potentielle de revenus supplémentaires pour les producteurs (en espérant qu’aux Philippines, où sont cultivés les ananas, on traite autrement les travailleurs qui les récoltent qu’au Costa Rica).

    Ananas

    Crédits image : Marianne Getti.

    Ce n’est pas la première fois que des fruits sont utilisés pour créer de nouveaux matériaux : au Costa Rica, par exemple, on produit du papier écologique à base de banane. Les accessoires Piñatex sont encore au stade de prototypes, mais Carmen Hijosa espère vendre son tissu au mètre d’ici 2018.

    Son initiative est soutenue par des marques comme Camper ou Puma, qui ont développé avec elle des modèles de chaussures. Gageons que le Piñatex a de beaux jours devant lui : Rihanna, récemment nommée directrice artistique de Puma, est elle-même une grande fan d’ananas.

    Sciences Innovation Textile

    Commentaires
    Newsletter