Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    LA PHOTO DU JOUR : « Tupac a l’air d’un cerf surpris par des phares »

    Chi Modu, grand photographe du Hip-hop des années 90, revient pour le Guardian sur sa photographie préférée.

    « Il n’y avait aucune barrière entre nous. Il s’était préparé à baisser la garde pour que je puisse montrer l’humain derrière les Unes de journaux.

    Cette photo est en fait l’une de celles que j’ai écartées au départ.

    Après avoir pris quelques photos de lui majeurs en l’air, j’ai appuyé sur le déclencheur pendant qu’il jouait avec son bandana. Son regard est sensible : il ressemble un peu à un cerf surpris par des phares. Mais nous somme tous comme ça à 23 ans, non ? »

    C’est un souvenir ému dont fait part au Guardian le photographe Chi Modu, qui a choisi une photo monochrome de Tupac pour illustrer son « best shot » – la meilleure photo de sa carrière, selon lui. Il en a pourtant vu d’autres : à bientôt 51 ans, il est à l’origine de dizaines de couvertures du magazine Hip-hop de référence The Source.

    Les photos du premier album de Snoop Dogg, en 1993 ? C’est lui. Celle, quelques mois plus tard, d’un Nas tout jeune et quasi-anonyme, assis sur son lit de Queensbridge avant que sorte son premier album studio, Illmatic ? C’est aussi lui. Tout comme il est à l’origine de ce cliché de Craig Mack, Puff Daddy et Notorious B.I.G., hilares au fast food pour promouvoir leur mixtape/jeu de mots B.I.G. Mack.

    Cette photo de Tupac, prise en 1996 à Atlanta, marque la première rencontre entre Chi Modu et Tupac. Devenue célèbre au fil des ans, elle s’est même retrouvée en 2012 en couverture du magazine Rolling Stone. L’image est pourtant le fruit d’une erreur, qui date du matin précédent.

    Ce jour-là, Tupac et Chi Modu ont rendez-vous, mais lorsque le rappeur pénètre dans le studio, le photographe constate avec horreur que son matériel est en panne. Bien obligé de reporter le shooting, il se confond en excuses et promet de prendre un vol pour le rejoindre dans n’importe quelle ville, pourvu que Tupac accepte de le revoir. Le lendemain, surprise : Tupac, pas vexé pour un sou, se présente à sa porte.

    « Il est arrivé tôt, a fait 20 pompes et m’a dit : c’est parti frère ! »

    Cette rencontre quasi avortée a, finalement, signé le début d’une relation durable. Chi Modu, invité quelques jours plus tard à fumer des joints dans la maison de Tupac, peut peut se targuer d’être l’un des seuls photographes qu’il ait laissé entrer dans son intimité, au point de le considérer comme un ami. En résultent des centaines de photos que l’on sent sans artifices, visibles en partie sur le compte Instagram du photographe, @chimodu (qui regorge d’ailleurs d’incroyables images du Wu-Tang, de Mobb Deep ou de Mary J. Blige).

    Chi Modu a réuni les meilleures de ces images – une centaine, dont certaines inédites – dans un livre autoédité et en vente sur son site, Tupac Shakur : UNCATEGORIZED. Quant aux propos recueilli par Thomas Hobbs, le journaliste du Guardian, ils sont à lire en intégralité (et en anglais) sur ce lien.

    Tupac Shakur : UNCATEGORIZED, 200 pages, 57 photos en noir et blanc, 57 en couleurs, 60 dollars.

    Photographie à la Une – Chi Modu, 1996.

    Arts Photographie The Guardian

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter