Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Des étudiantes afghanes créent un jeu vidéo pour lutter contre la production d’opium

    Fight Against Opium est, a priori, un jeu on ne peut plus ordinaire : des graphismes en 2D pas franchement révolutionnaires, une quête assez simple et une musique 8-bit… Pourtant, lorsque l’on connaît son histoire, on se rend compte que ce jeu est finalement très spécial.

    Il a été créé par un groupe de jeunes afghanes formées par « Code to Inspire », la toute première école de codage ouverte exclusivement aux femmes dans le pays. À l’origine de cette initiative se trouve une féministe militante invétérée : Fereshteh Forough.

    Fereshteh Forough photographiée par Julie Evensen

    Née en Iran de parents réfugiés afghans, elle s’installe en Afghanistan après le renversement du régime taliban au début des années 2000. Elle entreprend alors des études à l’Université d’Herat où elle sera diplômée en informatique et étudiera ensuite à l’Université technique de Berlin. Un parcours riche auquel toutes les jeunes femmes en Afghanistan n’ont pas eu accès. C’est ce pour quoi se bat l’organisme qu’elle a fondé :

    « Code to Inspire (CTI) utilise l’éducation et la sensibilisation à la technologie pour fournir aux femmes afghanes un moyen de pression dans leur lutte pour l’égalité sociale, politique et économique » peut-on lire sur le site web de l’école.

    Un moyen efficace, donc, pour elles de s’émanciper et de bouleverser la condition des femmes dans le pays. En leur donnant accès à des ressources techniques et professionnelles, l’organisme espère permettre à ses élèves d‘obtenir une autonomie financière et d’affirmer leur place dans une société très conservatrice. La plateforme d’apprentissage, disponible intégralement en ligne, permet aux femmes de travailler à distance.

    « Nous allons autonomiser les filles ‘en ligne’ sans être inquiets des distances physiques et géographiques » explique Fereshteh Forough, la fondatrice de Code to Inspire.

    Éviter les déplacements est un enjeu majeur dans le pays où, en raison de contraintes géographiques et sécuritaires, les trajets sont très limités pour les femmes.


    Extrait du jeu Fight Against Opium

    Rapidement, les étudiantes ont décidé d’utiliser ce pouvoir à bon escient et de porter un message politique fort. Ce qui fait la spécificité du jeu est sa quête : lutter contre la production d’opium en remplaçant les graines de pavots (à l’origine de la fabrication d’opium) par des bulbes de safran.


    Extrait du jeu Fight Against Opium

    Le pays est à l’origine de 90% de la production mondiale d’opium. Un commerce très lucratif qui représente 63% de son PIB comme le rapporte Le Monde. Cette narco-économie serait à l’origine de nombreux conflits et d’un problème sanitaire national : 4,6 millions d’Afghans en consommeraient (sur 34 millions d’habitants), soit plus de 13% de la population.


    Des consommateurs d’Opium à Kaboul – Johannes Eisele / AFP © 

    Pour jouer à Fight Against Opium, il vous suffit de le télécharger ici, et si vous voulez suivre les actions de Code to Inspire vous pouvez les retrouver sur leur site web.

    Image à la Une : Fight Against Opium – Code to Inspire 

    Société Afghanistan Code

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter