Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    LE FILM DE LA SEMAINE : La difficile reconstruction de l’Algérie dans « Les Bienheureux » de Sofia Djama

    L’omniprésence des Derniers Jedi dans les médias ne doit pas vous faire passer à côté d’un autre joyau sorti cette semaine au cinéma : Les Bienheureux, de la réalisatrice algérienne Sofia Djama, va vous hanter longtemps. Et il commence déjà à ramasser des prix dans tous les festivals…

    Il n’y a pas très longtemps, dans un univers pas très, très lointain, l’Algérie émergeait d’une décennie noire, frappée par la montée de l’Islamisme et la guerre civile qui avait ensanglanté le pays. Que reste-t-il des petites victoires humaines, et des grandes trahisons idéologiques ? Comment reprendre une vie normale après avoir traversé l’horreur, et que le champ de vos libertés se réduit brutalement ? C’est cette difficile reconstruction que raconte le film Les Bienheureux.

    La bande-annonce du film Les Bienheureux.

    Filmé à hauteur d’homme – ou plutôt de femme, car ce sont elles les vraies héroïnes de ce drame – l’écrivaine Sofia Djama réalise ici son premier film, adapté d’une de ses nouvelles.

    On y suit les errances parallèles dans Alger d’un couple (Sami Bouajila et Nadia Kaci), de leur fils (Amine Lansari) et de sa bande de potes (Adam Bessa et Lyna Khoudri, grande révélation du film). Marqué par les souvenirs de la réalisatrice, Sofia Djama dissèque l’ennui, la peur, les amours qui naissent et ceux qui s’étiolent, la déchirure entre l’attachement inconditionnel à ses racines et le désir de s’en libérer et, par-dessus tout, la rage de vivre face à l’oppression.

    Le film, qui n’est malheureusement projeté que dans une vingtaine de salles (dont trois à Paris), rencontre déjà un succès critique important :

    Prix d’interprétation Meilleure Actrice Section Orrizonti à la Mostra de Venise pour Lyna Khoudri
    Présélection de Lyna Khoudri aux Révélations des César 2018
    Prix de la meilleure œuvre au FIFF Namur
    Prix du meilleur premier film au Festival Cinemed
    Prix de la meilleure réalisatrice au Dubai international film festival
    Nomination meilleur premier film au Prix Lumières

    Parmi les récompenses remportées par le film, soulignons tout particulièrement le prix de la Meilleure Actrice Section Orrizonti à la Mostra de Venise remporté par Lyna Khoudri. La jeune actrice sera notre invitée pour une interview High Five très prochainement ; point notable : formée au Théâtre National de Strasbourg, elle fait partie de l’association 1000 Visages, fondée par la réalisatrice Césarisée Houda Benyamina (Divines), tout comme la comédienne Oulaya Amamra, qui a remporté cette année le César du Meilleur Espoir Féminin. Lyna est présélectionnée pour l’édition 2018, on souhaite de tout coeur à l’association de réaliser un doublé historique…

     

    Le discours très émouvant de Lyna à la Mostra de Venise.

    Il y a quelques mois, suite au succès rencontré par le très esthétique clip « Territory » des Français The Blaze – qui met en scène le désoeuvrement de la jeunesse algérienne  – le directeur créatif Mohammed Sqalli signait une tribune dans laquelle il regrettait que les artistes arabes ne racontent pas eux-mêmes leur histoire. Qu’il soit rassuré : avec Les Bienheureux, Sofia Djama ouvre la voie.

    Image à la une : Sofia Djama et Lyna Khoudri © Bertrand Noel/SIPA

    Cinéma Algérie Lyna Khoudri

    Commentaires
    Newsletter