Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    COUP DE CŒUR : « L’ÉPOQUE », un documentaire lumineux sur Paris et les jeunes la nuit

    C'est le cœur de l'été. On parle beaucoup d'amour, de révolte, du temps qui passe, de musique, de faits divers... Tout ce qui empêche la jeunesse de dormir. C'est le thème de "l'Époque", un premier long métrage tourné la nuit, à Paris, depuis les attentats de Charlie Hebdo jusqu'à l'élection présidentielle. Le documentaire de Matthieu Bareyre est en compétition officielle au Festival du film de Locarno. Clique l'a rencontré avant son départ.

    Extrait de « l’Epoque » projeté eu Festival du film de Locarno. 

    L’Époque est un film sur ceux qui ne dorment pas ou rêvent debout – au choix. Des étudiants, des fêtards, des chômeurs, des dealers, des intellectuels, des agents de propreté… Le documentaire fourmille de témoignages poignants, pas de politique en apparence, mais un message fort qui vient des tripes. 2015, 2016, 2017, c’est quoi l’époque déjà ? On a posé la question au jeune réalisateur Matthieu Bareyre.

    « Il y a le Paris de l’après-Charlie, son ordre et son esprit.
    Et il y a les jeunes qui sortent la nuit.
    Je me demande ce qui les empêche de dormir ».

    Mathieu Bareyre : La plus belle définition, c’est Rose qui la trouve, l’un des personnages les plus importants du film. L’Époque, ça fait « poc ». C’est le bruit d’un coup de matraque, le son d’un mec qui a le crâne creux.

    Clique : Pourquoi avoir choisi de tourner la nuit? 
    Matthieu Bareyre : Parce que pendant la journée, les gens sont englués dans leurs fonctions, leur train-train quotidien. Les rencontres sont rares. Tandis que la nuit, c’est là où on peut tout dire. On choisit le masque que l’on veut porter. J’ai longtemps marché dans Paris avant de tomber sur les personnages de mon film. Fallait qu’ils soient sincères.

    Plus que la nuit, c’est la rue que tu as choisi : la place de la République, l’avenue des Champs-Elysées, la rue Oberkampf… Les vraies étoiles du soir. Comment s’est passé le casting? 
    Je ne suis pas parisien. Je n’ai pas grandi à Paris et j’ai vraiment du mal avec cette ville… Faire ce film m’a permis de me l’approprier. C’est une capitale de plus en plus privatisée, surveillée, cloisonnée, mais j’ai vraiment fait confiance à la rue. La première fois que j’ai rencontré Rose, elle s’est mise à pleurer au bout de cinq minutes. Je me suis dit, c’est elle ! Je vais la suivre pendant trois ans. Même chose avec tous les autres.

    Rose est française, ses parents sont togolais. « Une fille lumière rencontrée la nuit » pleine de poésie. Ici, elle récite un poème d’Aimé Césaire. 

    « Je veux entrer dans le visage des gens. Leur présence est importante à l’écran, plus que les discours. »

    Tu étais seul derrière la caméra, avec un ingénieur du son. Tu fixes le singulier, captes un regard, une mimique, un geste… 
    Je leur file même ma caméra parfois ! Je voulais capter l’instantané. Je ne voulais pas imposer une distance avec mes questions… Pour moi, l’art du portrait, c’est capter le sensible. Ce que je préfère, c’est le moment où on est de plain-pied avec les gens. Je veux entrer dans le visage des gens. Leur présence est importante à l’écran, plus que les discours. Rose a ce don d’être à la fois dans le film et hors du film, comme une vraie héroïne qui relaterait son épopée.

    Tu fais ressortir l’espoir, l’immobilisme, les rêves, les opportunités manquées… Comment fais-tu pour transmettre autant d’émotion?
    Je me suis clairement inspiré de Joli Mai de Chris Marker et de Pierre Lhomme. Dans la note d’intention, on peut lire : « c’est un film à ricochets. Les auteurs ne seront que des lanceurs de questions, sur l’eau de Paris : on verra comment les cailloux retomberont, et s’ils vont loin« . J’ai eu la même démarche avec l’Époque. Faut faire table rase de tout ce qu’on sait, partir à la rencontre des gens sans aucune idée reçue, leur laisser le temps de nous faire confiance et les suivre. Ça m’a pris trois ans et je n’ai pas beaucoup dormi !

    Photo de l’Époque, Place de la République, en 2015 

    « Je voulais pas stigmatiser ces jeunes. J’interviewe aussi bien des banlieusards, des dealers que des étudiants de Sciences Po qui s’interrogent sur pourquoi ils sont là. Je n’ai pas cherché à savoir qui ils étaient, ou leur statut social, juste ce qu’ils avaient à me donner. S’ils voulaient bien que je les regarde… Et j’ai croisé beaucoup de gens qui avaient besoin d’être regardés. »

    Pendant ces trois ans de tournage, il y a eu des moments plus difficiles que d’autres, non?
    Il y a eu le 13 novembre, déjà. Dans les jours qui ont suivi, j’ai filmé des heures et des heures de débats Place de la République. Les gens avaient vraiment besoin de parler, quels que soient leur religion, leurs origines… Mais les policiers les séparaient constamment. Malgré l’épreuve et l’abattement, l’énergie était là. Le moment le plus traumatisant est survenu le dimanche 29 novembre 2015 : ils avaient bravé l’interdiction de manifester la veille de l’ouverture de la COP 21. Les forces de l’ordre ont procédé à plus de 341 interpellations, qui ont donné lieu à 317 gardes à vue. C’est là où j’ai rencontré Mehdi, qui s’interrogeait sur son nom de « terroriste ». Il avait des rêves d’impuissance.

    Il y a un truc qui frappe, c’est l’ivresse…
    C’est un fait, la nuit, tu rencontres beaucoup plus de gens ivres. Pour moi, c’est juste un moyen d’exprimer des choses qu’on n’ose pas dire le jour. Tout se qu’on tait la journée, ou la semaine, on l’exprime aux happy hours. C’est la base. Je voulais pas stigmatiser ces jeunes, j’interviewe aussi bien des banlieusards, des dealers que des étudiants de Sciences Po qui s’interrogent sur pourquoi ils sont là. Je n’ai pas cherché à savoir qui ils étaient, ou leur statut social, juste ce qu’ils avaient à me donner. S’ils voulaient bien que je les regarde… Et j’ai croisé beaucoup de gens qui avaient besoin d’être regardés.

    Extrait de l’Époque : Qu’est-ce qu’on apprend à Sciences Po ? 

    Même si tu privilégies l’intime et le vécu, tu égratignes pas mal Manuel Valls et Emmanuel Macron.
    Oui, je joue sur le double discours, le fossé qu’il y a entre eux et la jeunesse avec leur « start-up nation ». Clairement, mon film montre à quel point c’est difficile d’être heureux en France. Rose hésite à partir, elle parle de déchéance de nationalité. Ça lui fend le coeur, on devrait pas en arriver là. Pour autant, mon film n’est pas daté, je me suis affranchi de l’actualité qui se perd vite. Dans ce film, il y a des jeunes qui ouvrent leur coeur. Ça compte. Je veux qu’ils soient fiers d’eux quand ils le regarderont dans vingt ans.

    L’Époque, Matthieu Bareyre, prochainement en salle. En compétition au Festival du film de Locarno

    IMAGE À LA UNE : BAC Films.

    Cinéma attentats l'Epoque

    Commentaires
    Pauline Baduel
    Journaliste
    Voir tous ses billets
    Newsletter