Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    À VOIR : le film « KRANK », une plongée dans les bas-fonds de Paris

    Krank est un film qui mérite le coup d'oeil, même s'il est à réserver aux spectateurs avertis. Maï, toxicomane berlinoise, est envoyée par son père à Paris pour fuir le monde de la nuit. Les sujets abordés ne sont pas simples : drogue, schizophrénie, proxénétisme, deuil. Ce premier long-métrage raconte l'enfer de l'addiction.

    Le film s’ouvre sur un couloir d’hôpital : une jeune femme fredonne une mélodie, les portes se ferment. Maï, jeune toxicomane berlinoise, a frôlé la mort. Overdose d’héro. Son père l’envoie chez son oncle à Paris qui l’intègre dans un cercle d’addicts anonymes. Demi-finaliste au festival cinématographique international de Berlin, Krank fait mal dès les premières scènes.

    Plan fixe – regard réaliste, Caroline Chu opte pour une caméra omnisciente. Elle ne nous cache rien, et tant pis si on est mal (vraiment). Pas étonnant, « krank » veut dire « malade » en allemand.

    Mia Jacob, actrice allemande, dans Krank

    Au cours de son séjour dans la capitale française, l’héroïne croise une galerie de personnes heurtées par la vie – et qui s’en sont sorties (ou pas). La barque est chargée : drogue, prostitution, schizophrénie, mensonge, deuil… Le film traite de manière bienveillante de sujets pourtant difficiles. Comme le dit l’un des personnages du film, « derrière chaque addiction se cache un manque ou un évènement traumatisant »

    Maï erre dans ce Paris crépusculaire, tout en essayant de comprendre ce qui l’a menée jusqu’ici. « Nous avons mis quatre ans pour le faire. C’est un film indépendant fait par des professionnels. Ce n’est pas une histoire drôle, c’est un drame psychologique, une pièce identitaire« , explique Caroline Chu, la réalisatrice. Au casting, on salue la prestation de l’actrice allemande Mia Jacob (Maï), et on retrouve avec plaisir l’acteur Raphaël Liot, découvert dans le court métrage Jour de Pluie de Jhon Rachid.

    Une intention forte, un projet mené à bout de bras, un univers âpre : malgré une réalisation parfois hésitante et quelques raideurs dans le jeu, Krank prend aux tripes.

    KRANK de Caroline Chu, à partir d’aujourd’hui au cinéma Saint-André des Arts, 30 rue Saint-André-des-Arts, 75006 Paris. Toutes les séances ici.

    À la Une : @cinelora 

    Cinéma Berlin Caroline Chu

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter