Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Clique x Kendrick Lamar : How to Clique a butterfly

    Nous avons rencontré Kendrick Lamar à l’occasion de son dernier passage à Paris. Le rappeur originaire de Compton, qui vient de sortir son troisième disque, To Pimp A Butterfly, a placé son album à la première place du classement Billboard dès la semaine de sa sortie.

    Mouloud : « Je respecte le fait que tu ne boives pas, que tu ne fumes pas, et que tu n’aies pas peur de le dire ».

    « Ne pas fumer, ou ne pas boire, ça ne me rend pas moins viril ou moins cool. Je suis cool depuis l’école primaire ».

    « Je ne pourrai jamais mettre dans mes paroles : ‘avant, on ne m’aimait pas, et maintenant que je suis riche…' ». « Je me sers de cette attention que j’ai toujours reçue et je l’applique à mon mode de vie actuel ».

    « Je ne me sens pas dépassé par les événements, je n’ai pas besoin d’avoir des tonnes de chaînes autour du cou ».

    À quand le prochain album ?

    « C’est Dr. Dre qui y travaille, c’est un génie. Et comme pour tout génie, je ne peux pas en parler ».

    Mouloud lui demandent quelle relation lui et Dre entretiennent :

    « J’ai beaucoup appris de Dr. Dre en studio. Il m’implique à 100 %. Il travaille à fond, j’ai parfois l’impression de le ralentir ».
    « Dre est perfectionniste. La musique est une science pour lui ».

    Mouloud lui demande comment il a vécu sa rencontre avec Dr. Dre : « c’était comment, t’avais la pression, de te retrouver face à lui ? »

    « Malgré la présence d’Eminem et de Dr. Dre dans le studio, j’ai réussi à écrire des textes de qualité, sans que les nerfs aient raison de moi ».

    « Au moment de l’écoute, j’ai su que j’étais prêt à faire face à tous les défis du monde de la musique, parce que j’avais réussi à exprimer mon talent face à des gens qui m’avaient toujours inspiré. Dès cet instant, j’ai su que rien ne pourrait m’arrêter ».

    Quand il était plus jeune, Kendrick a participé au tournage d’un clip de Tupac. Dans son dernier album, To Pimp A Butterfly, on entend également la voix du rappeur.

    Mouloud : « Il y a une chanson de Tupac qui me fait penser à toi, c’est Temptation. J’ai l’impression que toute ta carrière consiste à lutter contre la tentation. A quelle tentation essayes-tu de résister, en ce moment ? ».  « La contradiction », répond Kendrick.

    « J’ai le sentiment que dans ma musique, il y a plein de contradictions, et c’est pour ça que les gens s’y identifient ».

    « J’essaye de faire passer des ondes positives, mais en réalité, dans ma vie d’homme, je ne suis pas exactement comme ça. Mes textes traduisent l’idéal que j’aimerais atteindre. »

    Avec vous, je partage mon monde et la frustration liée à la violence des gangs, ça fait partie de mon vécu ».

    « Dans mon album, la contradiction, c’est : comment je peux utiliser mon influence ? Pour le meilleur, comme pour le pire ».

    « Je viens d’un milieu où on suivait les plus grands. Aujourd’hui, je dois guider des milliers de gens, à travers le monde. Ça fait une sacrée différence ».

    Mouloud : « Tu dis que les enfants prennent très au sérieux le message véhiculé par les rappeurs. C’est pour cette raison que tu prêtes attention à ce que tu dis ? Pourtant, quand tu étais petit, tu écoutais NWA ».

    « Les chansons de NWA relataient juste la violence à laquelle j’étais déjà exposé au quotidien ».

    « C’est toujours du gangsta rap, il y a des paroles explicites et je comprends que certains parents refusent de laisser leurs enfants écouter certains de mes morceaux. Mais en même temps, quand je fais ces chansons, je montre l’envers du décor. Quand je parle de meurtre, je parle également des conséquences, des 25 ans que tu risques dans une prison fédérale. Je n’en parle pas avec des femmes et de l’alcool autour de moi ».

    À propos de Compton, où Kendrick Lamar a grandi : « Tu as grandi dans un environnement où les MC étaient très compétitifs, dans un contexte agressif. Mais dans tes paroles, tu restes très positif, avec toujours cet esprit de compétition.. »

    « Je suis toujours un produit de cet environnement ». « C’est un peu thérapeutique pour moi d’introduire des ondes positives entre la frustration et l’aspect négatif des choses. Quand je partage des choses positives, j’ai l’impression d’accomplir de grandes choses ».

    Mouloud lui parle de la difficulté à regarder en arrière, lorsqu’on vient d’un endroit comme le sien et que l’on est médiatisé.

    « Je ne pense pas qu’une personne qui vit dans le ghetto souhaite y rester ».

    « Ceci dit, on ne veut pas oublier d’où on vient. C’est important de transmettre cette envie de réussir ».

    « Mes parents m’ont toujours dit que la meilleure chose à faire est de sortir et d’inspirer les jeunes de mon quartier. Tout ce que je fais en-dehors de ça, ce n’est que du bonus ».

    « J’ai pas vraiment changé, il y a toujours un « Original Gangster » en moi (…) Personne ne m’y force. Peu importe l’endroit où je me trouve, c’est ancré en moi, c’est dans mon coeur ».

    Mouloud lui parle de la mort de Zyed et Bouna, à Clichy-Montfermeil, et des émeutes qui ont suivi les événements, en France, il y a 10 ans. Il poursuit : « Tu fais partie de la génération des jeunes qui ont connu les émeutes de Los Angeles, qui ont élu un président comme Barack Obama et qui voient encore des Noirs se faire tuer par la police. Qu’est-ce que ça fait de vivre dans cette schizophrénie ? ».

    « C’est frustrant parce qu’on ne sait pas vraiment quoi faire. Il y’a toujours eu ce genre d’événements dans mon quartier. Mais maintenant, avec tous les médias et la technologie dont on dispose, on se rend vite compte que ça ne se passe pas qu’à Compton, mais un peu partout dans le monde. C’est triste et révoltant ».

    « Ma famille, mon petit frère et ma petite soeur, sont à Compton. Moi-même, j’ai le sentiment d’être encore un ado. Quand je vois des jeunes se faire tuer comme ça, c’est difficile à encaisser. Mais je ne peux pas vraiment me plaindre, à moins d’essayer de trouver une solution ».

    Mouloud : « Quand tu grandis dans un milieu comme ça, et que tu constates que le rap game, maintenant, se concentre plus sur le « game » que sur le « rap », tu en penses quoi ? »

    « C’est ridicule, surtout quand on sait comment ça se passe vraiment, et qu’eux-mêmes le savent. Mais pour l’argent, il y a certains artistes qui sont prêts à s’inventer un personnage ». « J’ai un peu pitié d’eux, c’est leur seul moyen d’y arriver. J’espère ne jamais devenir ce genre d’artiste » .

    Mouloud évoque avec lui le nom de l’album.

    « Je pense que c’est le genre de nom d’album qu’on n’oublie pas », répond Kendrick.

    « Ça parle de tirer le meilleur des choses et de la prise de décision. Mon album parle aussi de la façon dont je gère mon image : la façonner pour en tirer un intérêt pour tous, ou jouer à l’égoïste et en tirer profit en me disant que j’emmerde le monde. J’ai enfin les bijoux, les vêtements, les femmes, les voitures de luxe. C’est une décision que je laisse en suspens dans mon album, c’est la feinte : je peux changer d’avis du jour au lendemain ».

    Et sa définition d’une clique ?

    « La première chose qui me vient à l’esprit, quand je pense à une clique, c’est une bande de potes. Un esprit d’équipe, des amitiés soudées. C’est l’unité ».

    Mouloud : « Bienvenue dans la Clique »
    Kendrick : « Merci de m’intégrer dans ta clique ».

    Musique Hip-Hop Passion Conversation

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter