Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Huit résolutions réalistes pour être en bonne santé (et rester en vie) en 2018

    Huit résolutions réalistes pour avoir une vie meilleure en 2018. Simple, basique ?

    Passée l’euphorie du réveillon (et la difficulté du lendemain pour beaucoup d’entre nous), les résolutions du début d’année peuvent être synonymes d’une amélioration du quotidien ou même d’un nouveau départ. Mais mal formulées, ces résolutions peuvent se révéler être un écueil fatal à l’objectif visé…

    Pour vous aider à tenir dans ce combat intérieur pour votre santé, le New York Times a sélectionné et expliqué huit résolutions importantes mais surtout réalistes, pour tenter d’avoir une vie plus équilibrée qu’en 2017. Plutôt que de se focaliser sur l’objectif à atteindre, le quotidien américain souligne à ce titre l’importance de l’habitude pour créer le changement.

    « Mettre en place des objectifs grâce à des comportements est plus avisé et plus utilise que de se dire « je veux plus ou moins de ça ». Quand vous installez une habitude, vous n’avez même plus à y penser. » – Dr Yoni Freedhoff, directeur médical de l’institut de bariatrie d’Ottawa (État de l’Ontario, Canada).

    « Vous n’avez pas besoin du dernier régime à la mode, de compléments alimentaires, d’entraînement sophistiqués, de beaucoup de temps ou d’argent pour améliorer votre santé. À la place, focalisez-vous sur des comportements spécifiques, que vous avez déjà entendu, mais surement sous-estimé », écrit la journaliste Tara Haelle pour le New York Times.

    Faire plus d’activités physiques au quotidien (et ne pas arrêter).

    Cela ne veut pas dire qu’il faut s’enfermer pendant des heures à la salle de sport, ou s’époumoner à courir tous les jours. Ici, le but n’est pas de faire quelque chose que l’on abandonnera le lendemain : l’idée est plutôt d’allier le plaisir au bienfait d’une activité physique pratiquée de manière quotidienne – ou du moins régulière.

    Le tout est de ne jamais abandonner, même en cas de coup d’arrêt. En clair, préférez donc toujours danser sur le dernier « Niska » plutôt que de préparer un marathon que vous ne courrez jamais.

    « Ce qui mine beaucoup d’efforts chez les gens, c’est qu’ils font plus qu’ils ne peuvent, et devant l’impossibilité de maintenir le rythme, ils arrêtent. La meilleure activité est celle que vous aimez le plus, et dans laquelle vous vous voyez le plus continuer » commente le Dr Freedhoff.

    Ne pas fumer, ou en tous cas tenter d’arrêter. 

    C’est (presque) aussi simple que ça.

    Manger plus de fruits et de légumes. 

    On n’invente rien, et pourtant il est toujours utile de le répéter : il faut manger plus de fruits et légumes. En France, seul un quart de la population mange cinq fruits et légumes par jour (contre 30% en 2010). Regorgeant de vitamines et d’apports nutritionnels avec un faible taux de calories, peu de choses sont plus saines à consommer que les fruits et légumes. Et la meilleure manière d’intégrer les légumes (qu’ils soient frais, congelés ou en conserve) à son alimentation est évidente : se faire à manger soi-même. À ce titre, mieux vaut éviter les excès de jus de fruits ou de fruits sec, très riches en sucres ajoutés.

    « Si vous vous concentrez sur le fait de cuisiner avec de nouveaux ingrédients, cela vous mènera nécessairement à augmenter votre dose de fruits et de légumes », Dr Freedhoff.

    Manger et boire moins de sucre. 

    Suite logique de la dernière résolution, le sucre est à diminuer. Selon l’OMS, la part de sucre dans notre apport énergétique journalier ne doit pas excéder les 10%. Or, en France, le sucre représente près de 20% de notre apport journalier total, soit 35 kg par an. Longtemps sous-estimé, le sucre est lié à de nombreux maux tels que l’obésité, le diabète, ou des maladies cardio-vasculaires. Pour commencer facilement : évitez au maximum les sodas et boissons sucrées et remplacez-les par… de l’eau, tout simplement.

    À ce titre, on ne saurait que recommander le documentaire d’arte Sucre, le doux mensonge (diffusé en juillet dernier) et qui retrace le parcours de l’industrie du sucre ainsi que son combat pour discréditer toute mise en cause sanitaire.

    Dormir suffisamment.

    Si Emmanuel Macron avouait ne pas subir les conséquences de son manque de sommeil (« Je dors peu mais j’ai toujours peu dormi, donc ça me coûte très peu ») lors de sa dernière interview en décembre dernier, le New York Times nous conseille de ne pas suivre l’exemple présidentiel. Le quotidien rappelle l’importance du sommeil en soulignant son influence cruciale sur notre système immunitaire, nos hormones, notre poids, notre concentration, et même notre espérance de vie (entre autres).

    Le manque de sommeil peut aller jusqu’à contribuer à développer des symptômes de dépression nerveuse voire des tendances suicidaires. Si le nombre d’heures nécessaires à une bonne nuit varie selon les personnes, la qualité du sommeil doit aussi être surveillée.

    Se faire vacciner. 

    Depuis quelques semaines en France, le débat autour de la vaccination s’est une nouvelle fois tendu avec la nouvelle obligation d’administrer onze vaccins aux nourrissons à partir de janvier 2018. Ici, on se contentera de vous conseiller de surveiller la validité de vos vaccins dans la mesure du possible, histoire d’éviter des maladies comme la rougeole, jadis dévastatrices, mais qui tuent encore aujourd’hui.

    Passer plus de temps au soleil. 

    Peut-être la résolution la plus injuste de cette liste selon votre localisation géographique ou celle de vos vacances. Oui, le soleil est important pour notre bien-être. La vitamine D est par exemple en effet intimement liée à la qualité de notre sommeil. Donc, à défaut d’habiter en Martinique, tentez de profiter tant que vous pouvez des rayons du soleil dès que possible (oui, cela veut dire sortir de chez vous). Évidemment, on ne saurait rappeler qu’il faut se méfier également des rayons ultra-violets qui peuvent être à l’origine de cancers de la peau.

    Moins de réseaux, plus de social. 

    Dans son article, la journaliste Tara Haelle rappelle que l’être humain est avant tout un être social qui ne peut se passer de son rapport aux autres pour évoluer. Que cela passe par plus de sorties entre amis, s’inscrire dans un club de sport, ou participer aux fêtes de familles (à la manière d’OrelSan) : peu importe. L’important ici est d’entretenir des interactions qui maintiendront votre santé et votre état d’esprit en éveil.

    « Encourager l’amour, l’attachement ainsi que des relations étroites est la chose la plus importante que vous pouvez faire pour le bonheur. «  – Dr. Britney Blair, psychologue, et professeur à l’Université de Stanford.

    Meilleurs voeux à toutes et à tous de la part des équipes de Clique.tv et Clique Dimanche.

    Photographie à la Une © AP Photo/Lionel Cironneau. 

    Société New York Times Nouvel An

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter