Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    FOLLOW FRIDAY : Émir Shiro, roi du collage

    Jeune graphiste et illustrateur français, Émir Shiro s’exprime depuis un an sur la plateforme Instagram à travers ses collages.

    Son compte est notre recommandation de la semaine. Impossible d’y échapper, ses collages inondent Instagram et Internet : ils sont partagés chaque jour partout dans le monde par des médias tels que Streetartglobe, Vice_Espagne, plastikmagazine

    🏸 @emirshiro

    Une publication partagée par Konbini (@konbini) le

    Il a débuté cette pratique en 2015 à sa sortie des Beaux-Arts de Grenoble-Valence. Il puise son son inspiration dans tout ce qui l’entoure : la société, l’actualité, l’humain et… la sexualité. En effet, nombreux de ses collages sont créés à partir du corps de la femme, dans des représentations très évocatrices. Cela lui a d’ailleurs valu une censure de la part d’Instagram, qui a supprimé ses publications… L’ironie ? Émir ne montre jamais directement de sexe, il ne fait que le suggérer avec une autre image.

    « Mon travail artistique est un jeu avec la censure et un clin d’œil à la pop culture. »

    « SENSES’ORED », la publication d’Émir Shiro censurée par Instagram.

    Le principe ? Recycler des images déjà existantes pour en créer une toute nouvelle à partir de celles-ci : ainsi, il donne une nouvelle vie et un nouveau sens à deux images complètement opposées.

    « Je conçois mes visuels comme des poésies, et les titres que je leur donne renforce cela. Ces titres sont aussi là pour orienter la lecture de mes images, même si chacun est libre d’y voir ce qu’il veut… »

    « D(HOE)NALD »

    Ses productions sont colorées, excentriques, mêlant pop culture, sexe, art et nature. « Surprenantes » et « provocatrices » sont les termes qui reviennent le plus souvent dans la bouche des personnes qui les découvrent. C’est justement l’effet que recherche Shiro : le but de ses créations est de susciter des réactions, qu’elles soient mauvaises ou bonnes.

    « Provoquer des réactions est finalement une sorte de divertissement. »

    « SAINT BEYONCÉ »

    « AFRO COMB »

    L’ensemble de son œuvre est à retrouver lors de son exposition à Lyon le 31 mars, organisée par Ninki Mag au Bomp (1 Place Croix-Paquet, Lyon 69001) et à Paris à partir du 7 avril au Céréaliste. (10-12 rue des coutures Saint-Gervais Paris 75003).

    Vous pouvez suivre l’actualité d’Émir Shiro sur InstagramTwitter ainsi que son site.

    Image à la Une : « Assthetic » par Émir Shiro.

    Article de Kahina Agoudjil.

    Arts Art contemporain art digital

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter