Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Lomepal

    Dans la peau d’un présentateur télé, Lomepal critique la folie de notre société dans « Pal Pal »

    Après avoir parlé de la complexité de l’amour dans son dernier clip « Yeux Disent », Lomepal s’attaque au caractère ridicule et dangereux des jeux télévisés dans « Pal Pal ». « Et maintenant on accueille nos merveilleux candidats, Laurent et Marie, on les applaudit bien fort » scande le rappeur, déguisé en présentateur télé – trop – souriant.

    L’émission imaginaire, et imaginée par le rappeur aux côtés des réalisateurs Dario Fau & Mohamed Chabane, est régie par une règle : plus un candidat fait souffrir son partenaire, plus il gagne d’argent. Étrangement, cette émission fictive peut procurer à celui qui la regarde un effet de « déjà vu » assez déstabilisant… Tantôt bourreau, tantôt victime, les participants de l’émission dépasseront les limites du rationnel, toujours sous le regard et les applaudissements d’un public hilare. À travers ce clip, Lomepal fait le procès d’une société individualiste souvent dirigée par l’argent.

    « Ok Pal sait bien s’exprimer mais il a connu la vie de « White Trash » / Ce petit con est fier, des fois il crie, des fois il crache / Peut-être que la richesse ça rend pas heureux, mais crois-moi la pauvreté c’est un fleuve de douleur / J’ai oublié mon parapluie, pourvu qu’il pleuve des dollars ».

    C’est exactement le même principe qu’une émission fictive qui a fait l’objet d’un documentaire en 2009. Nommé La Zone Xtrême, ce faux plateau de télé était en fait le lieu d’une expérience sociologique (inspirée de celle de Milgram dans les années 60) : un candidat doit envoyer des décharges électriques à un autre candidat (qui est en fait un acteur qui feint de souffrir) lorsque ce dernier n’a pas trouvé la bonne réponse. L’objectif était de tester la capacité des candidats de faire souffrir quelqu’un ou de désobéir à une autorité (la présentatrice) sous la pression de la télévision. Le résultat ? 81% des participants iront jusqu’à asséner à l’acteur une décharge pouvant causer la mort.

    Si le constat que dresse Lomepal à travers « Pal Pal » est amer, il n’est pas légion dans la production musicale du rappeur. Les titres « Pommade » ou « Ray Liotta » traitent de sujets plus légers. On ne sait pas à quoi s’attendre avec le prochain album de Lomepal, Flip, à paraître le 30 juin, tellement ses morceaux sont éclectiques, mais une chose est sûre : son humour cynique sera au rendez-vous.

    Musique Flip Lomepal

    Commentaires
    Charlotte Vautier
    Journaliste
    Voir tous ses billets

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter