Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    COPELICAN : la plateforme collaborative qui permet d’envoyer vos colis dans le monde grâce à des voyageurs

    On connait tous quelqu’un qui habite à l’étranger. Ou parfois, on est nous même cet étranger. On a tous, un jour, galéré à envoyer un colis de l’autre côté du globe. Trop cher, trop long, trop compliqué, mais le remède pourrait bien être là…

    Maade Guettouche et Saliha Chekroun, deux anciennes camarades de classe, se sont associées pour fonder Copelican : une plateforme qui met en relation expéditeurs de colis et voyageurs du monde entier. Sacrée meilleure start-up du 93 l’année dernière lors de la première édition de la Startupper Academy – un programme d’accompagnement et de promotion des start-up françaises – Copelican est en passe de simplifier l’envoi de colis à l’international.

    Le site internet de Copelican. 

    Tout part d’un constat : chaque jour, des milliers de voyageurs se déplacent en voiture, en train, en avion à l’endroit même où une personne à besoin d’envoyer son objet. Pourquoi donc, ne pas mettre en relation cet expéditeur avec ce voyageur ? C’est là que l’idée de Copelican prend son envol.

    « On a de la famille et des amis dispatchés un peu partout dans le monde. À chaque fois c’était la même question : « Est-ce que tu connais pas quelqu’un qui fait le voyage ? » explique Maade Guettouche.

    Le concept est simple : l’expéditeur fixe un prix pour indemniser le voyageur et le voyageur rentabilise son déplacement. Vous postez votre annonce, (les caractéristiques de votre objet, son volume…) vous recevez les offres correspondant à votre annonce et vous choisissez le « pelican » (donc le profil du voyageur) qui vous convient. Pour finir : vous confirmez la bonne réception de votre objet (en bon état, bien sûr) son arrivée uniquement.

    Sur le site internet, vous pouvez retrouver une annonce pour envoyer une télévision de Lille au Maroc pour 32€, une veste de Saint-Priest à Toulouse pour 4€ ou encore votre chat vers Istanbul pour 122€…

    En moyenne ce sont 100 kilos de CO2 qui sont économisés pour chaque trajet réalisé avec Copelican.

    Ce projet se veut écologique et responsable et « réduit l’impact environnemental généré par les transports à vide ou incomplets« . C’est donc une véritable économie collaborative où tout le monde y trouve son compte. Pour plus d’informations,  rendez-vous sur le site de Copelican.

    Image à la Une : Maade Guettouche et Saliha Chekroun, les fondatrices de Copelican. @Cheek Magazine

    Société Copelican Maade Guettouche

    Commentaires
    Camélia Kheiredine
    Voir tous ses billets
    Newsletter