Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Bonne nouvelle : une étude montre que les sites de rencontres permettent plus de mélange dans nos sociétés

    Vous n’êtes pas convaincu par les rencontres virtuelles ? Vous allez peut-être y trouver un intérêt nouveau : selon une étude récente, les sites et applications de rencontre ont favorisé une augmentation du nombre de mariages mixtes.

    Les mariages mixtes désignent majoritairement les unions composées de personnes de deux nationalités différentes. En France, 27% des mariages célébrés en 2015 étaient mixtes selon cette définition, d’après une étude de l’Insee publiée en mars dernier. Mais cette désignation peut s’étendre à plusieurs autres aspects : les mariages entre classes sociales, groupes d’âge, religions ou ethnies différentes peuvent aussi être considérés comme tels. Dans le cas de cette étude à propos des sites de rencontres, il s’agit des mariages interethniques aux États-Unis.

    Avant l’arrivée massive des sites de rencontres, les célibataires croisaient leur futur partenaire par hasard ou via leurs réseaux directs : les amis d’amis, le voisinage, les collègues au travail ou durant les études. Ces connexions sont les ponts qui relient le plus fréquemment les gens entre eux. Mais cette époque est révolue : depuis le Minitel jusqu’à Tinder, les rencontres en ligne ont cassé les barrières des distances physiques, culturelles et sociales qui empêchaient certaines personnes de sortir de leurs réseaux restreints.

    Sur Internet, il n’y a plus de frontières, les relations évoluent dans une géographie qui prolonge le monde « réel » ; Internet a créé un nouvel espace.

    home-clique-tv-mariage

    Répartition des moyens par lesquels les célibataires rencontraient
    leur futur partenaire entre 1940 et 2010 aux États-Unis.

    La rencontre en ligne est aujourd’hui le second moyen le plus fréquent pour créer une connexion avec quelqu’un dans le cas des célibataires hétérosexuel.le.s, et le moyen le plus fréquent pour les célibataires homosexuel.le.s. C’est à partir de cette donnée que les chercheurs Josue Ortega de l’Université d’Essex aux États-Unis et Philipp Hergovich de l’Université de Vienne en Autriche se sont posés la question de la mixité :

    Comment cette nouvelle façon de rencontrer un.e partenaire modifie la diversité ethnique dans notre société ?

    « Comprendre l’évolution du mariage mixte est un problème important, car il est largement considéré comme une mesure de distance sociale dans notre société », expliquent les chercheurs dans un communiqué de presse.

    Les chercheurs ont commencé par faire une expérience en introduisant des liens directs supplémentaires (amis d’amis, collègues, études etc…) entre des réseaux composés d’hommes et de femmes d’ethnies différentes. Dans ce cas de figure, tous veulent épouser une personne du sexe opposé, mais ne le peuvent que si des connexions existent déjà entre eux. Ce schéma conduit à un taux relativement bas de mariages mixtes.

    Mais si les chercheurs ajoutent des liens de façon aléatoire (réseaux sociaux et sites de rencontres) entre des personnes de différents groupes ethniques, le niveau de mariage mixte augmente de façon spectaculaire :

    « Notre modèle prouve que les mariages mixtes augmentent suite à l’utilisation des sites de rencontres, et qu’ils durent plus longtemps« .

    home-clique-tv-interacial-mariage

    Pourcentage de mariages mixtes de 1967 à 2015 aux États-Unis. Les lignes rouge, verte et violette représentent la création des plateformes de rencontres « Match.com », « OkCupid » et « Tinder ».

    Lorsqu’ils comparent leur expérience aux chiffres réels des mariages aux États-Unis, les chercheurs se rendent compte que l’augmentation des mariages mixtes coïncide avec l’arrivée des sites de rencontres sur Internet.

    « Il est intrigant que, peu après l’introduction des premiers sites de rencontres en ligne en 1995 comme Match.com (racheté par Meetic.com en 2009, NDLR), le taux de mariage de couples mixtes ait augmenté rapidement » constatent les chercheurs.

    En 2000, le taux a encore augmenté. En 2014, il a explosé : c’était deux ans après l’année de création de Tinder, l’application de rencontre la plus utilisée aujourd’hui. Elle compte quelque 50 millions d’utilisateurs et produit 12 millions de matchs par jour. Au bout de deux ans, les premiers utilisateurs de la plateforme qui avaient trouvé l’amour commençaient à se marier.

    Si la simple comparaison de données ne peut pas prouver la cause de l’augmentation des mariages mixtes, elle est néanmoins conforme à la théorie de Hergovich et Ortega, qui avancent par la même occasion que le fait de sortir de son réseau direct en passant par un site de rencontres augmenterait la longévité des mariages. Les rencontres virtuelles ne seraient donc pas si terribles que cela… Quoi qu’il en soit, que l’on hésite encore à s’y mettre ou pas, il est certain que cette étude ouvre la voie d’un changement qui ne peut que profiter à notre société.

    Société Diversité Étude

    Commentaires
    Charlotte Vautier
    Journaliste
    Voir tous ses billets

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter