Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Clique #JusticePourAdama

    Youssouf, le frère d'Adama Traoré, s'exprime pour la première fois depuis sa sortie de prison.

    Il y a quelques semaines, l’auteur et scénariste Laurent Chalumeau déclarait que l’affaire Adama Traoré, si elle n’avait pas été réelle, aurait fait une série télé incroyable. En ce début d’année, rien n’est malheureusement plus vrai.

    Le 19 juillet 2016, Adama Traoré est mort. Il aurait fêté ses 24 ans le soir même avec ses frères, à Beaumont-sur-Oise, où réside sa famille. Interpellé par les forces de l’ordre, le jeune homme est décédé dans la cour de la gendarmerie de Persan. Des mois plus tard, celles-ci n’ont toujours pas expliqué pourquoi elles ont ont attendu quatre longues heures avant d’alerter ses proches.

    Deux autopsies d’Adama se succèdent et se contredisent. Les bafouilles du procureur en charge de l’affaire entérinent la méfiance des proches. Dans sa bouche, le « syndrome d’asphyxie » qu’évoquent les médecins légistes se transforme en « infection grave ». La famille Traoré demande la vérité.

    Un clip de rap censuré, une plainte de la maire de Beaumont-sur-Oise, des conseils municipaux annulés, de violentes échauffourées entre les forces de l’ordre et les jeunes, l’incarcération de deux des frères d’Adama… Ces cinq derniers mois, pas une semaine ne s’est écoulée sans que l' »affaire Traoré » connaisse un énième rebondissement.

    Pourtant, le mystère plane toujours autour de la mort d’Adama Traoré. Ni la croisade médiatique de sa soeur Assa ni les témoignages de soutien dans la rue ou sur les réseaux sociaux n’auront eu raison de l’opacité de l’affaire.

    Pendant ce temps, la famille reste digne, fidèle à ses appels au calme répétés. Elle attend patiemment une réponse à son appel lancé au Président François Hollande dans le Gros Journal, début septembre. Et si elle est déterminée, elle craint de s’enliser. Bagui Traoré est en prison, jugé coupable de violences, menaces et outrages après le conseil municipal du 17 novembre dernier. Son jeune frère Youssouf, écroué pour les mêmes motifs, vient de la quitter.

    « Vous allez me tuer comme mon frère » a-t-il dit, le jour de son arrestation, aux forces de l’ordre. Aujourd’hui il est libre, mais il a perdu son poste de chauffeur de bus. Il résume, simplement : « Je n’ai plus rien ».

    C’est à lui, cette fois, que Clique a voulu donner la parole.

    Société Adama Traoré Assa Traoré

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter