Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Une campagne de crowdfunding pour la Maison des Femmes de Saint-Denis

    Elle a ouvert ses portes en juillet 2016 et a accompagné plus de cinq mille femmes depuis : la Maison des Femmes de Saint-Denis (93) est un centre de soins, un espace de parole, et un lieu d’écoute. Le magazine ChEEk nous a fait découvrir leur histoire via un documentaire repéré sur Spicee.


    Inna Modja, la marraine de la Maison des Femmes de Saint-Denis
    à son inauguration. 

    Elles sont entre 30 et 60 à passer, chaque jour, le seuil de la maison. Certaines viennent pour être conseillées dans leur choix de contraception. D’autres pour être accompagnées dans leur IVG. Mais la particularité de cette maison – pas comme les autres – est de mener un combat en particulier : celui de la lutte contre les violences et les mutilations sexuelles, qui toucheraient actuellement plus de 250 000 femmes en France.


    Ghada Hatem, la fondatrice de la Maison des Femmes de Saint-Denis
    Extrait de LA MAISON DES FEMMES : UNE HISTOIRE D’HÉROÏNES
    de Paloma Moritz pour SPICEE.

    Psychologues, chirurgiens, assistantes sociales, sexologues, policiers, conseillers juridiques, professeurs de sport : de nombreux professionnels sont présents pour accueillir ces femmes dans leur reconstruction, qu’elle soit physique ou psychologique.

    « Quand on est médecin, on veut quand même avoir un impact social. Je pense qu’on ne peut pas déconnecter le soin du reste. On se dit : qu’est-ce que je peux faire, à mon petit niveau? » explique Ghada Hatem, gynécologue, obstétricienne et fondatrice de la Maison des femmes, dans le documentaire dédié au projet sur Spicee.

    Extrait de LA MAISON DES FEMMES : UNE HISTOIRE D’HÉROÏNES 
    de Paloma Moritz pour SPICEE.

    Dans ce documentaire disponible en accès libre jusqu’a dimanche, on découvre le travail des professionnels du centre et les témoignages glaçants de victimes. De manière anonyme, une jeune femme raconte comment elle a été excisée à l’âge de sept ans, mariée de force à quinze, puis excisée une seconde fois à seize ans. Une autre partage le chemin qu’elle a parcouru depuis la reconstruction de son clitoris :

    « On ne demande rien d’autre que de vivre normalement, que de vivre des vies de femmes pleines, épanouies et heureuses. Tout simplement. « 

    Un ton à contre-courant qui, loin du misérabilisme, présente les victimes comme des « héroïnes des temps modernes ». De quoi s’affranchir des critiques taxant les discours féministes de victimaires. Toutes et tous se battent pour que les violences sexuelles soient reconnues comme un problème de santé public, alors que plane au dessus du centre un réel sentiment d’abandon de la part des services publics…

    Début mai, en raison de difficultés de financement et d’une volonté d’étendre son action, le centre a lancé une campagne de crowdfunding. Vous pouvez contribuer au projet en faisant un don avant la clôture de la cagnotte, dimanche prochain.

    Vous pouvez retrouver le documentaire complet sur le site de Spicee ici, et la campagne de crowdfunding pour la Maison des Femmes de Saint-Denis .

    Image à la une : la Maison des Femmes de Saint-Denis 

    Société Droits des Femmes Excision

    Commentaires
    Newsletter