Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Moi, Asiatique, j’ai mal devant le spectacle de Kev Adams et Gad Elmaleh

    Update du 22/12, 09h50 : Suite à des dévoiements nauséabonds de cette tribune, Anthony Cheylan et Mouloud Achour ont publié une mise à jour à lire ici.

    Vous avez déjà imaginé ce que vous ressentiriez si tout un pays – votre pays – se moquait gratuitement de vous ?

    Le 4 décembre, M6 retransmettait en direct de Bercy le spectacle Tout est Possible, des humoristes Kev Adams et Gad Elmaleh. L’événement était le point d’orgue de la tournée de deux artistes historiquement appréciés des Français : Kev Adams était la personnalité préférée des 7-14 ans jusqu’en 2015 (il est passé à la troisième place cette année) ; Gad Elmaleh est quant à lui onzième au classement général et son site officiel le décrit comme étant « probablement l’humoriste le plus connu et populaire d’Europe ».

    Leur spectacle commun est donc un événement populaire majeur en France, d’autant plus amplifié par sa diffusion à 21 heures, idéale pour toucher un public familial.

    Pendant tout le show, les humoristes se renvoient la balle et se taquinent sur des sujets plus ou moins inoffensifs. Jusqu’à ce que, en plein milieu de la soirée, le spectacle déraille.

    Après une heure de show, la scène laisse place à un décor bigarré dans lequel débarquent huit danseuses européennes, visiblement grimées en japonaises. Elles se livrent à une chorégraphie avec des éventails. Au bout de quelques minutes, Kev Adams apparait alors sur scène, vêtu d’un kimono. Il arbore un chapeau rond, une tresse postiche et mime des mouvements d’arts martiaux. Au cas où le public ne l’aurait pas compris, Kev est déguisé en « Asiatique ».

    La preuve : il écarquille les yeux, imite lourdement un accent chinois, lève ses sourcils et se déplace avec une gestuelle caricaturale. Le public applaudit, hilare.

    Par moments, les spots semblent même diffuser de la lumière jaune vers son visage, pour que les spectateurs saisissent bien le comique de la situation. Mais ils n’en ont pas besoin : à ma consternation la plus totale, ils rient depuis le premier mot prononcé par le personnage, appuyé avec un accent grotesque (« Bondour »). Kev Adams marmonne des onomatopées censées imiter le mandarin. Dans ce qui s’apparente à une allusion au Om, syllabe sacrée du bouddhisme, l’humoriste encourage même l’audience à faire le bruit d’« un petit avion qui passe très vite ».

    Racisme (définition) : attitude d’hostilité et de mépris envers des individus appartenant à une race, à une ethnie différente généralement ressentie comme inférieure.

    Au bout de quelques minutes (plus exactement, trois sur les dix que durent ce sketch), il est rejoint sur scène par Gad Elmaleh, déguisé en un personnage tout aussi cliché – celui du « maître spirituel ». Pendant un court instant, un espoir : Elmaleh annonce à Adams qu’il n’est pas convaincu par cette séquence ni ce déguisement, qui risquent de « niquer vingt ans de carrière ». On s’imagine alors qu’on va assister à un sketch meta, qui va dénoncer cet humour raciste que l’on pensait disparu en même temps que la carrière de Michel Leeb.

    Mais non. Bien que le personnage d’Elmaleh essaie rapidement de faire prendre conscience que cette scène et ces personnages sont caricaturaux, rien ne vient vraiment dédouaner le numéro d’Adams.

    Le jeune humoriste continue ses imitations et déroule des blagues racistes (et éculées) pendant quatre longues minutes. Pire encore : en jouant vaguement la distanciation, Gad Elmaleh ne sert qu’à donner bonne conscience à son binôme et au public.

    Manipulation humoristique ? Mauvaise foi ? Ratage industriel ? Maladresse gigantesque ? Le résultat est là : dix minutes de blagues racistes, d’imitations grossières et de personnages grimés de façon caricaturale. Dix minutes pendant lesquelles le public glousse sans se poser de question, sans aucune culpabilité.

    Dix minutes pendant lesquelles j’ai honte.

    Kev Adams

    J’ai honte pour la communauté asiatique. J’ai honte pour Kev Adams et Gad Elmaleh. J’ai honte que des sketches pareils soient encore possibles à notre époque, dans notre pays. J’ai honte de voir des spectateurs en rire. J’ai honte en lisant les innombrables tweets – tous au premier degré – de gens qui trouvent cela très drôle. J’ai honte que cela soit diffusé à une heure de grande écoute, volontairement choisie pour cibler des jeunes. J’ai honte parce que plus de 4 millions de téléspectateurs ont vu ce sketch (dont presque un tiers de moins de 50 ans selon les chiffres de la chaîne), et qu’à l’exception de mes confrères de 20 Minutes et de Brain, aucun média ne semble avoir trouvé cette scène choquante.

    J’ai honte de penser que, si Kev Adams et Gad Elmaleh s’étaient moqués d’autres communautés, les réactions auraient été immédiates.

    J’ai honte parce que j’ai l’impression que tout cela est possible parce que – cliché encore – on pense que la communauté asiatique ne va rien dire, ni rien faire. Que le fait de la présenter – cliché toujours – comme un modèle qui s’intègre partout autorise à la traiter comme si elle ne représentait rien, nulle part.

    Mais c’est terminé.
    Les Asiatiques ne sont ni des guignols, ni des victimes, ni des punchlines.

    Je suis d’origine vietnamienne. Pendant toute mon enfance, comme tous les gamins d’origine asiatique (et plus généralement, ceux d’origine étrangère, racisés ou pas), j’ai eu droit aux remarques et aux blagues plus ou moins racistes, plus ou moins de mauvais goût. Les mêmes que celles que Kev Adams sort sur scène. C’était il y a presque trente ans. Je pensais que la mondialisation des cultures, l’évolution des mentalités et les discours d’acceptation des minorités rendraient inconcevables des scènes pareilles en France, en 2016. J’étais sûrement naïf.

    Grimace Kev Adams

    J’ai honte parce que les Asiatiques sont sous-représentés dans nos médias. J’ai honte parce que l’une des rares fois où une œuvre artistique les évoque à une heure de grande écoute, c’est pour les ridiculiser.

    Cette année en France, une chroniqueuse TV et une blogueuse se sont faites reprendre pour s’être grimées le visage en noir. Mais les deux humoristes les plus populaires du pays peuvent faire une tournée avec un sketch de dix minutes qui véhicule les pires clichés sur les Asiatiques, le présenter en prime time et personne n’est choqué.

    J’ai honte.

    J’ai honte parce que le 2 août dernier, un car de touristes chinois a été dévalisé près de Roissy. Trois personnes ont fini à l’hôpital. J’ai honte parce que cinq jours plus tard, Chaolin Zhang, un commerçant d’origine chinoise, est décédé des suites d’une agression, à Aubervilliers. Une mort qui a déclenché – fait rarissime – des manifestations de soutien. En septembre, en région parisienne, l’agression d’une famille a amené le tribunal de Bobigny à reconnaître, pour la première fois, un caractère raciste et anti-asiatique dans une agression – une décision qui pourrait faire jurisprudence. Dans les trois cas, les mêmes causes : des asiatiques sont agressés parce que, dans l’inconscient populaire, les clichés racontent qu’ils sont riches, vulnérables ou qu’ils ne vont rien faire après l’agression.

    Les mêmes clichés véhiculés depuis des années. Ceux que perpétuent, aussi, ces blagues qu’on voudrait nous faire croire innocentes.

    J’ai honte parce que c’est le cas partout dans notre monde occidental.Cette année aux États-Unis, une blogueuse américaine a dénoncé le « Yellowface » (cette pratique consistant à se déguiser en Asiatique de façon caricaturale) en « corrigeant » des images de films qui en usaient.

    En septembre, la série Master of None (qui, au détour d’un épisode intelligent et drôle, évoquait d’ailleurs la question des acteurs qui jouent avec un accent exotique – comme quoi c’est possible) a remporté un Emmy Award, l’une des récompenses les plus prestigieuses de la télévision américaine. Lorsque le créateur de la série a récupéré son prix, il s’est fendu d’un discours qui regrettait la mauvaise représentation des asiatiques dans les médias.

    Quelques semaines plus tard, suite à l’agression verbale d’un journaliste asio-américain, des étudiants réalisaient des photos pour dénoncer le racisme ordinaire qu’ils subissent régulièrement : « rentre dans ton pays », « tu parles asiatique? », « pourquoi vous avez tous la même tête? »... Surpris et navrés par l’énormité des propos, ils les ont marqués du hashtag #Thisis2016, traduisible par « Ça se passe en 2016 ».

    J’ai honte parce qu’en 2016, ça se passe en France aussi.

    Surtout, j’ai honte d’avoir honte. Parce que cela voudrait dire que c’est de moi, et de la communauté asiatique, que vient le problème.

    Et c’est faux.

    Peut-être que les Asiatiques se sont tus pendant trop longtemps. Mais le fond du problème, c’est que tout le monde devrait avoir honte de ce sketch – et de tous ceux de ce type. C’est une question de respect. D’éducation. De culture.

    Personne ne devrait accepter que des gens s’amusent à se déguiser et s’approprier des symboles culturels, pour ridiculiser des communautés et véhiculer les pires clichés. Que vous fassiez partie de cette communauté ou pas, nous devrions toutes et tous nous sentir concerné(e)s.

    Nous devrions tous avoir honte de ce sketch de Kev Adams et Gad Elmaleh.

    Et pas seulement les parents des gamins d’origine asiatique dont, le lendemain, les camarades se sont moqués à l’école.

    Anthony Cheylan, rédacteur en chef de Clique.TV

    Images : captures d’écran de « Kev et Gad, Tout est Possible » (M6)

    Société Asiatiques Gad Elmaleh

    Commentaires

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Newsletter